Archives de Tag: STEG

Tunisie : Grève de la faim des ouvriers intérimaires de la STEG

Tunivision, 5 février 2013 :

Plusieurs agents intérimaires exerçant au sein de la Société Tunisienne d’Electricité et du Gaz, ont décidé d’observer à partir d’aujourd’hui, mardi 5 février, une grève de la faim, revendiquant leur titularisation.

Hassan Kanzari, secrétaire général-adjoint de l’Union des Travailleurs Tunisiens  »UTT », a laissé entendre que le dialogue est rompu avec la direction, indiquant qu’il n’arrive plus à négocier les revendications de ces intérimaires. Le secrétaire général-adjoint de l’organisation syndicale UTT, a également souligné que depuis le 11 avril 2011 une loi avait aboli le travail par intérim. ”

Publicités

STEG : Grève de trois jours des sous-traitants

L’économiste Maghrébin, 2 janvier 2013 :

Tunisie : Près de 3.000 agents sous-traitants de gardiennage et de nettoyage relevant de la STEG, ont entamé ce matin une grève de trois jours sur tout le territoire.

La grève soutenue par l’Union des travailleurs Tunisiens, vient pour dénoncer, comme nous l’indique M. Tarek Werghi, S.G. du syndicat de base, le manque du sérieux de la société dans le traitement du dossier de la sous-traitance. « On a été recruté en août 2010. Cela fait deux ans que nous sommes dans cette situation. Il y a un an, on nous a promis, comme pour tous ceux qui travaillent sous le régime de la sous-traitance, de régler notre cas, or rien n’a été fait », nous dit-il.

Lire la suite

Mobilisation à Sfax contre la répression anti-syndicale

Kapitalis, 2 août 2012 :

A la grève dans le secteur de la Santé à Sfax, s’ajoutent celles des employés des services des finances, de la Steg et de la Sonede. En soutien avec les 4 syndicalistes de l’hôpital détenus depuis la semaine dernière.

A l’appel des syndicats de divers secteurs à Sfax, une marche a eu lieu aujourd’hui en guise de solidarité avec leurs camarades détenus. Des habitants de la région se sont joints à la marche et la colère ne cesse de gonfler au fil des jours.

Les syndicalistes, qui reprochent au gouvernement de revenir avec force aux anciennes pratiques de Ben Ali, se disent déterminés à poursuivre le combat jusqu’à libération de leurs camarades.