Archives de Tag: Snop

Etupes : Grève pour les salaires à la Snop

L’Est Républicain, 28 juin 2016 :

« ON NE VEUT PAS moins que l’an passé. » Et c’est d’autant plus légitime, aux yeux de la représentante de la CGT, Rachel Dorcy, que son employeur enregistre toujours de meilleurs résultats.

À la Snop (Société noiséenne outillage presse), du nom d’une importante usine spécialisée dans la découpe-emboutissage pour l’industrie automobile implantée depuis la fin des années 90 sur Technoland Étupes, les débuts d’été se suivent et se ressemblent. Dans la mesure où, cette année comme l’an passé, les négociations salariales annuelles obligatoires achoppent de façon à précipiter un mouvement social.

Lire la suite

Publicités

Salaire de la peur chez SNOP à Etupes

France Bleue, 22 juin 2015 :

Depuis ce lundi matin, une soixantaine de salariés de l’entreprise SNOP à Etupes est en grève illimitée pour réclamer une hausse des salaires.

Devant les portes de l’usine, le climat est détendu mais la détermination est là.

Après un mois de discussions et de négociations, les syndicats estiment que la direction ne va pas assez loin : alors que la CGT demande une augmentation de 4,5% des salaires, la direction de l’équipementier automobile, qui emploie 275 salariés, ne veut pas aller au delà de 1,5%.

Lire la suite

Luttes ouvrières dans le Pays de Montbéliard

L’Est Républicain, 22 juin 2015 :

Il y a bien entendu les extrémités. La fermeture annoncée du site d’Eiffage sur Technoland Étupes (une trentaine d’emplois) en est le parfait exemple. D’autant que la décision du groupe répond plus à une gestion par anticipation. S’ajoute à cela, sur la même zone, la disparition chez Gefco, là encore récemment officialisée, de 65 emplois sur un effectif d’un peu plus de deux cents personnes. En cause : la restructuration à l’œuvre au sein de l’ex-filiale logistique de PSA Peugeot-Citroën aujourd’hui détenue à 75 % par les Chemins de fer russes.

Autant de perspectives à même de mobiliser, bien entendu. Mais le climat social se mesure aussi à l’aune de ces mouvements qui se multiplient dans des sociétés où la menace sur l’emploi n’est pas aussi prégnante, voire absente au vu des résultats. C’est ainsi du côté de la CTPM, la société de transport de bus du pays de Montbéliard, filiale de Kéolis, que l’on embrayait les premiers au printemps dans un mouvement de grève. Lequel s’est terminé sur un accord de revalorisation des salaires de 1,16 % en 2015.

Lire la suite

Gacé: fin de grève à la Snop

Tendance Ouest, 28 juin 2013 :

Syndicat et direction sont tombés d’accord sur une augmentation de salaire d’1%, mais avec un plafond minimal de 40 euros, ce qui revient à près de 3% pour les plus bas salaires. Accord également sur la prise en charge de la mutuelle et sur le paiement d’heures de grève.

Cet accord est répercuté sur l’ensemble des sites du groupe, qui avaient cessé le travail en solidarité avec les salariés de Gacé.

Gacé : l’usine Snop en grève

Tendance Ouest, 24 juin 2013 :

Une grève touche la Snop, à Gacé. Plus aucun camion n’entre ni ne sort de l’usine de découpage, emboutissage, assemblage, qui emploie quelque 300 salariés.

Les négociation achoppent sur les négociations annuelles dans l’entreprise : les salariés veulent +2,8 % avec un plancher minimum de 65 euros par salarié, là où la direction n’envisage d’accorder que +0,8%, soit 11 euros par salarié.

Le mouvement fait « boule de neige », puisqu’une autre usine du groupe, située également dans l’Orne, vient de se mettre en grève à Sainte Gauburge.