Archives de Tag: Silopi

Silopi : Seve Demir, Pakize Nayir et Fatma Uyar mortes faute de soin

L’Humanité, 7 janvier 2015 :

Seve Demir, Pakize Nayir et Fatma Uyar, trois militantes de la cause kurde, sont mortes faute de soins.

Seve Demir, Pakize Nayir et Fatma Uyar, trois militantes de la cause kurde, sont mortes faute de soins, a accusé hier le Parti démocratique des peuples (HDP), principal parti progressiste. Ces trois civiles ont été atteintes par des tirs lundi soir dans la ville de Silopi, sans pouvoir être hospitalisées. « Le HDP a demandé aux autorités de les évacuer mais n’a eu aucune réponse », a précisé Leyla Birlik, élue de la province de Sirnak.

Lire la suite

Publicités

Turquie : Erdogan s’inspire ouvertement d’Hitler

L’Humanité, 1 janvier 2016 :

Le président turc, favorable à l’extension de ses prérogatives, a cité l’Allemagne nazie comme un exemple de régime présidentiel efficace. Les Kurdes, principales victimes de sa dérive meurtrière, apprécieront.

Tandis qu’il promettait le 31 décembre, dans ses vœux pour le Nouvel An, de « nettoyer » son pays des rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) en se targuant d’en avoir « éliminé » plus de 3.000 en 2015, le président islamo-conservateur turc, Recep Tayyip Erdogan, a évoqué l’Allemagne nazie d’Adolf Hitler pour défendre le système présidentiel fort qu’il veut instaurer en Turquie, rapporte vendredi la presse turque.

Lire la suite

Nouvelles de Cizre et de Silopi sous occupation militaire

Zamman, 28 décembre 2015 :

Cizre, dans la province de Sirnak, est au coeur de l’opération lancée voici une dizaine de jours par l’armée pour « nettoyer » la région des séparatistes kurdes, avec lesquels la trêve a volé en éclats en juillet dernier.

Cizre et Silopi, villes proches de la frontière irakienne, ont connu d’intenses combats depuis qu’un couvre-feu en vigueur 24 heures sur 24 y a été décrété voici une douzaine de jours.

Lire la suite

Union des Municipalités de l’Anatolie du Sud-Est : Appel à des actions de solidarité

Appel de municipalités de l’Anatolie du Sud-Est traduit par Labourstart ce 25 décembre 2015 :

Au cours du conflit armé qui a redémarré dans la région kurde de la Turquie après les élections générales en juin 2015, 186 civils, dont la plupart des femmes et des enfants, sont morts à ce jour, des centaines blessés et des milliers de personnes, arrêtées. Concernant les co-maires (maires adjoints ?) qui sont membres de notre syndicat, 17 d’entre eux sont maintenant aux arrêts, tandis que 25 d’entre eux ont été suspendus de leurs fonctions, 6 d’entre eux étant sous le coup de mandats d’arrêt depuis juillet 2015. Pour mettre fin aux violations des droits de l’homme dans notre région, il est urgent de revitaliser les pourparlers de paix et pour la résolution de la question kurde en Turquie.

Depuis le mois d’août de cette année, en réaction à la résurgence des politiques répressives de l’Etat turc, les assemblées populaires de nombreuses villes et villages kurdes ont exprimé leur exigence pour l’auto-détermination. Ces demandes d’auto-gouvernance, -visant à atteindre une transformation structurelle décentralisée comme opposé au centralisme- ont reçu comme seule réponse, une violence disproportionnée de l’état turc, ordonnée par le gouvernement. Dans les villes kurdes à l’origine des demandes d’auto-gouvernance, en particulier Cizre, Sur, Sil-van, Nusaybin, Dargegit, Silopi et Yüksekova, le gouvernement turc a déclaré un couvre-feu durant plusieurs semaines au cours desquelles des civils ont été tués par les forces de sécurité turques alors que la migration massive des habitants des villes sous couvre-feu continue. L’enterrement des corps des civils tués par l’Etat turc n’est pas autorisé en raison du couvre-feu et ils doivent être gardés plusieurs jours dans les maisons. En plus, des dizaines de civils, visés par des tireurs embusqués turcs ne peuvent faire soigner leurs blessures, l’accès aux soins leur étant refusé par les forces de sécurité. Malheureusement, ces faits sont qutodiens dans les villes mentionnées ci-dessus. En raison des conflits armés en cours, plus de 200.000 personnes ont dû quitter les zones de conflit, et ce nombre augmente de jour en jour. En outre, les sites historiques du district de Sur dans la ville de Diyarbakirqui, reconnus par l’UNESCO comme patrimoine mondial, sont également en danger à cause des affrontements armés. La mosquée Kursunlu et Pasha Hamam, construits au 16ème siècle, ont été ciblés par les forces de sécurité turques et détruits où leur restauration éventuelle semble impossible.

Lire la suite

En Turquie, plus de 200 000 personnes évacuées après l’offensive gouvernementale

Libération, 21 décembre 2015 :

Tirs à l’arme lourde, perquisitions, ratissages et couvre-feu imposé aux habitants. Depuis mercredi, les autorités turques ont lancé de très vastes opérations dans le sud-est du pays, majoritairement kurde. Elles visent principalement les villes de Cizre et de Silopi, à la frontière de la Syrie et de l’Irak. L’armée assurait lundi matin avoir tué 123 rebelles du PKK, la guérilla kurde. Laquelle ne reconnaît que la mort de «deux martyrs». L’ordre des médecins et l’association de défense des droits de l’homme affirment qu’au moins 53 civils ont été tués par les forces de l’ordre. Plus de 10 000 militaires et policiers ont été déployés.

«Les policiers et les soldats masqués de cagoule noire cassent les portes des maisons, expulsent les habitants par la force et font des fouilles. Ils cherchent les guérilleros qui ne sont pas là», témoignait jeudi Ferhat Encu, député HDP (kurde, gauche) qui affirme que «des milliers de gens fuient Cizre» et dénonce «un véritable nettoyage ethnique». En tout, ce sont plus de 200 000 personnes qui ont évacué ces zones. A Cizre comme à Silopi, policiers et forces spéciales ont réquisitionné l’ensemble des bâtiments scolaires. Le ministère de l’Education avait invité dimanche par SMS l’ensemble du corps enseignant à quitter leurs écoles. «Alors que l’ouest du pays s’amuse avec le nouveau jeu vidéo Star Wars, l’Orient saigne à cause d’une vraie guerre», notait en fin de semaine Umur Talu du quotidien Haberturk. «Les opérations se poursuivront jusqu’à ce que l’ordre public soit rétabli», a déclaré le chef d’Etat-major, Hulusi Akar.

Lire la suite

Turquie : Bilan de la répression au Kurdistan

Liberté, 21 décembre 2015 :

Cent deux militants présumés du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ont été tués au cours des cinq derniers jours dans le sud-est de la Turquie. L’armée et les forces spéciales de la police y mènent une opération militaire d’ampleur inédite visant à déloger les militants kurdes des centres urbains. Au total, 10 000 hommes appuyés par des chars ont été mobilisés. L’offensive se concentre sur deux villes proches des frontières syrienne et irakienne: Cizre et Silopi.

L’armée turque a déclaré qu’elle poursuivra sa mission «avec détermination jusqu’à ce que l’ordre public ait été rétabli». Elle a en outre informé que des avions de combat avaient décollé vendredi de leur base de Diyarbakir, la «capitale» du sud-est anatolien, pour bombarder des camps du PKK dans le nord de l’Irak. Le quartier de Sur, situé dans la vieille ville historique de Diyarbakir, est aussi devenu un champ de bataille tout comme Nusaybin, une localité voisine.