Archives de Tag: sanctions économiques

Quand le PS accusait la droite de stigmatiser les chômeurs

leparisien.fr, 2/09/2014

«Je demande à Pôle Emploi de renforcer les contrôles pour être sûr que les gens cherchent bien un emploi.» Cette mission, nécessite un «état d’esprit différent, des convocations et des vérifications». «Sinon on est radié.» Lâchée ce mardi matin par le ministre du Travail, François Rebsamen, cette déclaration résonne comme un virage à 180°.

«Nicolas Sarkozy préfère combattre les chômeurs à défaut de combattre le chômage», dénonçait le Parti socialiste, en février 2012. | Capture d'écran site du Parti socialiste

«Nicolas Sarkozy préfère combattre les chômeurs à défaut de combattre le chômage», dénonçait le Parti socialiste, en février 2012. | Capture d’écran site du Parti socialiste

Et ce, même s’il nuance en évoquant les «problèmes de salaires» et «d’adéquation» rencontrés par certains chômeurs. Car du temps où il était dans l’opposition, le Parti socialiste n’avait pas de mots assez durs pour accuser la droite de stigmatiser les demandeurs d’emploi, comme en témoigne notre plongée dans ses anciens communiqués.

Décembre 2005, «un véritable harcèlement».  Lire la suite

Publicités

Iran : Non aux sanctions économiques, non aux menaces de guerre et à la guerre

Communiqué du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran (PCOI), 26 janvier 2012 :

Non aux sanctions économiques, non aux menaces de guerre et à la guerre
Révolution contre le régime islamique d’Iran !

L’escalade du conflit entre les gouvernements occidentaux et le régime islamique d’Iran est sans précédent. Avec le déclin de la puissance de l’Islam politique, dont la colonne vertébrale est le régime islamique, lors de la vague de révolution de 2009 en Iran comme dans les récentes révolutions au Moyen-Orient, l’Occident espère maintenant imposer un nouvel équilibre des forces au régime islamique. Les sanctions contre la banque centrale d’Iran et de l’achat du pétrole du pays, lui coupant ainsi l’accès au marché mondial et de l’économie officielle, ainsi que les pressions diplomatiques, la guerre des mots et les menaces guerrières sont des moyens pour mettre le régime islamique à genoux et de l’amener affaibli à la table des négociations.  Le régime islamique réagit très durement à cette politique de l’Occident et estime qu’abandonner ses slogans et politiques anti-occidentaux équivaudrait à perdre sa position régionale et serait un coup terrible porté à sa cohérence politico-idéologique et à sa capacité à réprimer lors des confrontations avec la population en Iran.

Parallèlement à ce conflit, l’opposition bourgeoise iranienne est plus ou moins divisée en deux fractions : une soutient avant tout les gouvernements occidentaux et leurs politiques et l’autre fraction, implicitement ou explicitement, s’aligne sur le régime islamique.

Lire la suite