Archives de Tag: Salonique

Grèce : manifestations en mémoire d’un lycéen tué par la police en 2008

ATHENES – Des milliers de lycéens, étudiants et syndicalistes ainsi que des militants de gauche ont manifesté vendredi à Athènes et à Salonique (nord) pour commémorer la mort d’un adolescent tué par la police il y a cinq ans dans la capitale.

photo-1286795348401-3-0
En marge des manifestations, des escarmouches ont eu lieu entre des groupes de jeunes et des policiers, qui ont fait usage de gaz lacrymogènes pour les disperser.

Le décès d’Alexis Grigoropoulos, 15 ans, tué par un policier le 6 décembre 2008 à Exarchia, quartier qui est fréquemment le théâtre de manifestations contestataires, avait déclenché des troubles urbains inédits en Grèce, marquant le début de la crise sociale et économique qui allait ébranler le pays un an plus tard avec la crise de la dette. Lire la suite

Publicités

Mobilisation en Grèce pour le 40ème anniversaire du soulèvement contre la dictature

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dimanche en Grèce pour marquer le 40e anniversaire du soulèvement contre la dictature des colonels et protester contre la politique d’austérité du gouvernement (voir l’article). Selon Russia Today, ce sont « plus de 16.000 » manifestants qui ont défilé à Athènes. Des manifestations ont aussi eu lieu dans d’autres villes du pays comme à Salonique, ou à Patras où des centaines de manifestants ont affronter les forces de répression après avoir tenté d’attaquer le local des néo-nazis de l’Aube Dorée.

Manifestation à Athènes :

Ath

Ath4

Lire la suite

Salonique : Manifestation contre les néo-nazis de l’Aube Dorée

20 Minutes, 13 novembre 2013 :

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté mardi soir à Salonique, la deuxième ville de Grèce. Ils ont réclamé la fermeture des bureaux du parti néonazi Aube dorée.

Les récentes arrestations et mises en examen de responsables d’Aube dorée, parti représenté au Parlement grec depuis juin 2012, ne suffisent pas, a estimé dans un communiqué l’association antiraciste Keerpha, un des organisateurs. Les bureaux du parti sont des «bases d’opérations criminelles» et doivent être fermés, estime l’association.

Lire la suite

La Grèce antifasciste manifeste

Athènes – Des milliers de personnes ont manifesté mercredi à Athènes et ailleurs en Grèce, appelant à détruire « le monstre du fascisme » incarné par le parti Aube dorée dont un membre a avoué le meurtre d’un musicien antifasciste, provoquant un sursaut fébrile du gouvernement.

Des affrontements ont éclaté mercredi soir à Athènes entre policiers et manifestants à la fin d'un important défilé antifasciste organisé pour protester contre l'assassinat d'un musicien par un néonazi.

Des affrontements ont éclaté mercredi soir à Athènes entre policiers et manifestants à la fin d’un important défilé antifasciste organisé pour protester contre l’assassinat d’un musicien par un néonazi.

Ce drame, qui a bouleversé l’opinion publique, a conduit à une mobilisation commune des partis de gauche, dont le Syriza et le Pasok, et des syndicats, une première depuis l’entrée au Parlement du parti néonazi Aube dorée en juin 2012.  Lire la suite

Grèce : heurts entre manifestants et forces de l’ordre

Le Point, 18 septembre 2013 :

Des affrontements ont opposé policiers et manifestants antifascistes mercredi soir à travers la Grèce, après une journée de grève du secteur public et des défilés sans violences d’environ 20 000 fonctionnaires pour protester contre une brutale réforme de l’administration. À Athènes, Salonique (nord) et Patras (ouest), des militants d’extrême gauche protestant contre le meurtre d’un rappeur antifasciste par un militant néonazi présumé se sont affrontés en lançant des pierres contre la police antiémeute, qui a tiré des grenades lacrymogènes, selon l’agence de presse grecque ANA.

À Athènes, la manifestation, qui rassemblait environ 5 000 personnes, avait été organisée sur les lieux du drame, à Keratsini, un quartier populaire de l’ouest de la capitale, selon un photographe de l’AFP. Plusieurs heures après le début des affrontements, des renforts de police, en nombre non précisé, ont été envoyés sur place, selon les mêmes sources. À Salonique, deuxième ville du pays, deux manifestations antifascistes réunissant environ 6 000 personnes ont été marquées par des affrontements avec les forces de l’ordre, qui ont tiré des gaz lacrymogènes sur des manifestants qui s’en prenaient à des vitrines, selon l’agence ANA. À Patras, un millier de manifestants ont jeté des pierres et des cocktails Molotov sur la police, qui a riposté avec des gaz lacrymogènes. Un policier à la retraite, qui ne participait pas au maintien de l’ordre, a été blessé, selon une source policière.

Lire la suite

Salonique : 17.000 manifestants contre l’austérité

Atlantico, 8 septembre 2013 :

Ce sont environ 17 000 personnes qui ont manifesté samedi 7 septembre au soir à l’appel des syndicats à Salonique (nord de la Grèce). Un mouvement de protestation qui visait évidemment les politiques d’austérité pratiquées dans le pays depuis quatre ans.

Environ 4 500 policiers ont été envoyés sur place pour cadrer cette marche dans le centre de la ville. Les rassemblements ont été organisés à l’occasion de l’inauguration samedi matin par le Premier ministre Antonis Samaras de la 78e Foire internationale de Salonique, qui marque chaque année en septembre la rentrée politique et économique.

Grève générale : 60.000 manifestants en Grèce

Ouest France, 6 novembre 2012 :

Près de 40 000 personnes manifestaient mardi à Athènes et 20 000 à Salonique dans le cadre d’une grève générale de 48 heures dans les secteurs privé et public en Grèce pour protester contre la rigueur, selon les premières estimations de la police.

Manifestation à Athènes

Économies budgétaires

À Athènes, deux défilés séparés, l’un de quelque 15 000 personnes organisé par le Front des travailleurs Pame, proche des communistes, et l’autre par des syndicats du privé (GSEE) et du public (Adedy), ont rassemblé « de 35 000 à 40 000 personnes », a indiqué une source policière.

Les deux cortèges ont afflué sur la place Syntagma devant le Parlement, dans le centre de la capitale, où est discuté un projet de loi pluriannuel 2013-2016 controversé fixant des économies budgétaires à réaliser de 18 milliards d’euros, dont la moitié sur la seule année 2013. Le vote de cette loi est prévu pour mercredi soir.

Lire la suite