Archives de Tag: rue des Stocks

Nantes – Prison ferme pour deux expulsés de la rue des Stocks

Le Tribunal de Nantes s’illustre une nouvelle fois pas sa férocité particulière à l’encontre des plus fragiles et par sa complicité avec les oppresseurs.

Pas de Justice, pas de paix !

P1D2594173G_crop_640-330_

Le verdict vient d’être rendu à l’instant pour les deux des migrants expulsés, accusés de s’être rebellés vendredi matin devant la préfecture. Ils écopent 2 et 3 mois fermes avec mandat de dépôt – ils partent donc immédiatement en prison – et 1350 euros d’amende – 450 euros pour chaque policier pour « préjudice moral ».

Un cordon policier a empêché un spectateur direct des faits qui devait témoigner au procès d’entrer dans le tribunal.

Publicités

Nantes. Huit réfugiés de la rue des Stocks placés en rétention administive

Nantes, 1er août 2014 : 8 réfugiés placés en camp de rétention.

Leur seul tort est de ne pas être né au bon endroit. De ne pas avoir le bon nom. Ne pas être dignes d’un toit, d’un emploi, d’une vie libre.

Leur lieu de vie a été détruit, jetés à la rue, harcelés par les policiers et maintenant placés en rétention. C’est ça le Voyage à Nantes.

0

Ouest-France, 1/08/2014

Les quarante-cinq personnes rassemblées sur la place du Port-Communeau, devant la préfecture, après avoir été expulsées d’un squat de la rue des Stocks, ont été délogées par la police, ce vendredi matin, peu avant 7 heures. Lire la suite

Nantes : Les sans-papiers expulsés des abords de la préfecture

Évacués mercredi du squat qu’ils occupaient rue des Stocks, à Nantes, 45 sans-abri sans-papier ont été délogés ce vendredi, vers 6h. Huit hommes sont en garde à vue.

les migrants étaient installés devant la préfecture depuis mercredi soir© Marc ROGER

Les migrants étaient installés devant la préfecture depuis mercredi soir © M. ROGER

Ouest France, 1/08/2014

« Ils dormaient à même le sol, et sans toit au-dessus de la tête, explique Laurence Ortega, du collectif nantais un Toit pour toutes et tous. Vers 6 h 30, les CRS les ont encerclés. »

Les quarante-cinq étrangers, pour la plupart demandeurs d’asile fuyant les zones de conflits, étaient installés devant la préfecture de Loire-Atlantique à Nantes, entre quai Ceineray et rue de Strasbourg, depuis mercredi soir : quelques heures plus tôt, ils avaient été délogés du squat où ils vivotaient, rue des Stocks, à Nantes.  Lire la suite