Archives de Tag: répression

Réponse des dockers face à la répression

Suite à l’arrestation de deux dockers ce matin pour leur participation à la manifestation du 14 juin à Paris, les travailleurs du port du Havre ont une fois encore montré leur conscience et leur solidarité de classe. Les deux ouvriers (dont l’un avait déjà été jugé et en partie relaxé le 27 juillet) ont été interpellés ce matin à 6 heures à leurs domiciles. Apprenant la nouvelle, les dockers se sont lancés dans un mouvement spontané qui a conduit à l’arrêt « de toute activité sur le port ». Selon la CGT, « Il n’y a plus d’entrée ni de sortie de bateaux ».

dock2

Des feux ont été allumés à l’entrée du Grand port maritime et les ouvriers tiennent un piquet de grève. Voilà la réponse à donner aux mesures répressives alors que l’on prépare la journée de mobilisation du 15 septembre contre la loi travail !

Publicités

Le Havre : Deux dockers interpellés sur leur lieu de travail !

Paris Normandie, 31 août 2016 :

Selon nos informations confirmées par la CGT, deux dockers du Havre ont été interpellés, par des enquêteurs de la préfecture de Police de Paris, sur leur lieu de travail ce mercredi 31 août 2016, au matin. Leurs interpellations seraient liées aux violences qui se sont produites lors de la manifestation contre la Loi Travail à Paris le 14 juin 2016. Dans un tract, la CGT dénonce « une nouvelle répression policière (…) perçue comme une véritable provocation ». Par solidarité, il n’y a plus d’activité sur le port du Havre comme le confirme la CGT.

repress.jpg

Violation des des droits humains en Guinée

Guinée Matin, 30 août 2016 :

Contrairement aux slogans et communications officielles, les droits humains sont continuellement violés en République de Guinée et en toute impunité. Ci-dessous, Guineematin.com vous propose la déclaration d’un collectif d’organisations non gouvernementales qui dénoncent des faits récents avant de faire des recommandations.

Déclaration :

Nous, collectif d’ONG des droits de l’homme, avons le regret de constater que les libertés individuelles consacrées par la Constitution et les lois de la République sont en train d’être confisquées par les autorités publiques. Nous exprimons de plus notre inquiétude sur l’attitude de la justice guinéenne qui constitue le seul recours des citoyens en cas d’abus d’autorité et qui, il faut le dire, fait preuve de partialité dans l’interpellation et le jugement des citoyens.

Lire la suite

Anti-esclavagistes condamnés en Mauritanie

TV5 Monde, 20 août 2016 :

Les avocats de 13 militants de l’ONG anti-esclavagiste mauritanienne IRA, condamnés à des peines de 3 à 15 ans de prison ferme, vont pouvoir interjeter appel, la cour ayant finalement accepté de recevoir leur recours, a affirmé vendredi à l’AFP la défense.

Les 13 membres de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA) ont comparu devant la Cour criminelle de Nouakchott, qui les a déclarés coupables et condamnés jeudi soir.

Lire la suite

Manifestations durement réprimées au Zimbabwe

Euronews, 18 août 2016 :

La police de Robert Mugabe intensifie encore la répression. Jeudi, lors d’une manifestation un hommes a été lourdement battu par la police du régime alors qu’il offrait des fleurs aux forces de maintien de l’ordre.

Cet incident arrive au lendemain d’une manifestation durement réprimée. Les Zimbabwéens s’inquiète du plan du gouvernement de remettre en place la monnaie locale, le dollar zimbabwéen. Le mouvement demande aussi le départ de Robert Mugabe qui dirige le pays d’une main de fer depuis 36 ans.

Atmosphère lourde et peur de manifester en Ethiopie

Le Monde, 15 août 2016 :

Minchele avait prévu de s’habiller en noir dimanche 14 août. Il avait entendu dire qu’il y aurait une marche à Baher Dar, sa ville au Nord de l’Ethiopie. Pour rendre hommage aux victimes tombées sous les balles des forces de l’ordre la semaine précédente. Les femmes, les enfants et les vieux devant. Les hommes derrière. Tous vêtus de noir. Mais rien. Pas de marche. Une manifestation ? Encore moins. « Rien. Les gens ont peur », lâche, fataliste, le trentenaire au crâne presque entièrement rasé.

Sept jours plus tôt, le 7 août, des milliers de personnes avaient manifesté contre le gouvernement dans les régions Amhara (Nord) et Oromia (Centre et Ouest). A Baher Dar, une grande ville du nord de l’Ethiopie, le bilan est d’au moins trente morts parmi les manifestants, selon Amnesty International, qui évoque un « bain de sang » ; huit selon les autorités de la région.

Lire la suite

Éthiopie : L’accaparement des terres au cœur de la crise

L’Humanité, 10 août 2016 :

La répression des manifestations pacifiques de ces derniers jours a fait près de cent morts. En cause : les conflits fonciers et les griefs politiques à l’égard des Tigréens qui s’emparent du pouvoir.

La politique d’instrumentalisation des appartenances ­ethniques par le Front démocratique révolutionnaire des peuples éthiopiens, qui monopolise le pouvoir depuis 1991, est-elle en train de lui revenir en boomerang ? Ces derniers jours, le régime a réprimé dans le sang les manifestations qui secouent les régions d’Oromia et d’Amhara, faisant près de 100 morts et des centaines de blessés, selon un bilan établi par Amnesty international. La capitale, Addis-Abeba, n’est pas épargnée : samedi, les protestataires réunis à Meskel Square ont été brutalement dispersés et la police a procédé à des dizaines d’arrestations. Pour tenter d’éviter toute contagion, les autorités bloquent, depuis vendredi, l’accès aux réseaux sociaux. Sans succès, puisque le mouvement de contestation connaît une ampleur inédite. « C’est un mouvement de masse de désobéissance civile qui n’est pas organisé par les partis politiques, les gens en ont assez de ce régime et expriment leur colère partout », a expliqué à l’AFP Merera Gudina, figure de l’opposition et président du Congrès du peuple oromo.

Lire la suite