Archives de Tag: Renault Lardy

La colère grandit chez Renault-Lardy

Essonne Info, 17 février 2016 :

C’est la colère chez Renault-Lardy. Ce mardi 16 février, une partie des salariés du site de recherche Renault a manifesté durant une heure pour protester contre la direction du groupe. La question des salaires est au centre des revendications.

Ce mardi matin, une centaine de salariés de l’usine Renault de Lardy sont à l’entrée de leurs locaux, drapeaux et pancartes en main. En cause, le « refus » de la direction de Renault France de remettre en place l’AGS, comprenez les augmentations générales de salaire, d’après le personnel gréviste. Privilégiant les augmentations individuelles, la direction du groupe s’est mise une parti du personnel à dos ce mardi matin. La veille, un mouvement similaire avait déjà eu lieu pour cette même raison. En privilégiant les augmentations individuelles, ce sont 10% des salariés qui ne toucheront aucune prime. « On veut une augmentation pour tout le monde » résume Mickaël Lhuillery, secrétaire CGT du site.

Lire la suite

Débrayage des salariés d’AKKA en mission chez Renault en région parisienne

Information : débrayage des salariés d’AKKA en mission chez Renault en région parisienne avec la CGT d’AKKA et la CGT de Renault.

Communication de la CGT AKKA IS aux salarié-e-s d’AKKA, 03/02/2014

Vendredi 31 janvier, la Direction d’AKKA a été convoquée chez Renault pour s’expliquer à propos d’un débrayage de salariés AKKA suivi d’une distribution de tracts à Renault-Lardy à toutes les personnes rentrant sur le site client. Le tract est ici : 20140130-Premier-tract-Akka-L38-2014-01-27_vfinale.pdf

Ce site de Lardy, situé au Sud du département de l’Essonne, nécessite d’y aller en voiture et de parcourir 50 à 60km depuis la banlieue parisienne. Avec le nouveau barème sur les frais professionnels décidé unilatéralement par la Direction d’AKKA qui pourrait être appliqué prochainement, la plupart des salariés d’AKKA risquent de perdre toutes leurs indemnités de trajet.

Lire la suite

Renault : Un point sur les appels à la mobilisation du 12 février

Point de la CGT Renault au 8 février sur les appels à la mobilisation dans les sites Renault pour le 12 février contre la signature et l’application de « l’accord de compétitivité » que veut imposer la direction.

LARDY : Hier après mid (7 février)i, c’est plus de 150 salariés qui se sont rassemblés à Renault Lardy devant le bâtiment L28 (mur de choc) pour interpeler M. TAVARES (n°2 du groupe Renault) et M. BILLIG (Directeur des Ingénieries et de la Qualité Groupe) Une manifestation organisée par la CGT, et relayée par SUD, en toute dernière minute puisque nous avons appris leur venue à Lardy le mercredi dans la soirée. Nous organisons une réunion intersyndicale ce midi afin d’envisager de la manière la plus large possible la poursuite de nos mobilisations.

Nous appelons les salariés à se mobiliser encore plus nombreux, encore plus déterminés lors d’un prochain RDV la semaine prochaine.

Lire la suite

Mobilisation du 23 janvier chez Renault

Infos sur la mobilisation chez Renault envoyée par un lecteur :

Après les provocations des directions de Renault et de PSA, la journée du 23 janvier 2013 fera date. Chez Renault, la mobilisation s’amplifie dans la plupart des établissements contre l’accord de régression que la direction veut imposer par le chantage.

Manif-Flins-23-janvier

Renault Flins, 23 janvier

Il y a eu plus de participants aux rassemblements et débrayages qu’en décembre et début janvier. Les appels dépassent maintenant le cadre de CGT et SUD : selon les établissements, CFDT, FO et CFTC se joignent aux appels. Décidément, la direction aura de plus en plus de mal à trouver les signatures balais nécessaires à la validation de ses diktats.

Cléon : 930 grévistes pour toute la journée, 430 dans l’équipe de l’après midi ; 450 dans les équipe du matin et normale, et 50 dans l’équipe de nuit

Le Mans : grévistes entre 300 et 350.

Lire la suite

Débrayages chez Renault contre les 7500 suppressions de postes

L’Expansion, 16 janvier 2013 :

Les usines Renault de Cléon et de Sandouville connaissaient de courts débrayages ce mercredi matin au lendemain de l’annonce par la direction de sa volonté de supprimer de 7500 postes. Des actions sont également prévues au Mans et à Lardy.

Des salariés des usines Renault ont procédé à des débrayages sur deux sites mercredi, à Cléon et à Sandouville, à l’appel de la CGT pour protester contre l’annonce de la suppression de 7.500 postes d’ici 2016, selon les chiffres fournis par la direction.

Lire la suite

Renault : Un point sur la mobilisation du 12 décembre contre « l’accord de compétitivié »

Le 12 décembre, plusieurs syndicats appellent les travailleurs de Renault à se mobiliser contre « l’accord de compétitivité« .

Un point sur les mobilisations prévues le 12 décembre dans quelques usines et sites Renault (info CGT) :

  • Flins Arrêt de travail de 2 heures pendant le temps de travail dans toutes les équipes et pétition contre le projet d’accord Compétitivité.
  • Cléon appel à 2 heures le 12 décembre pour les équipes normale et matin /équipes après midi et nuit (voir tract)
  • Rueil appel commun avec Sud et FO à 1heure mercredi de 10h à 11h (voir tract)

Lire la suite

Mardi 9 Octobre : Tous au salon de l’auto avec les PSA Aulnay !

Edito du bulletin de la CGT Ingénierie Renault-Lardy :

Mardi 9 octobre, une journée d’action et de mobilisation européenne pour le développement de l’industrie et de l’emploi est organisée. Dans ce cadre, deux initiatives sont organisées à Paris : un rassemblement le matin devant le Salon de l’Auto (Porte de Versailles) à l’initiative des syndicats de PSA-Aulnay et qui regroupera des syndicats de l’automobile (PSA, Renault, sous-traitants) ; l’après-midi, une manifestation (Place d’Italie à Montparnasse) qui regroupera toute l’industrie. La CGT Renault-Lardy appelle à la grève pour se joindre à ces deux mobilisations.

Sur l’emploi, il y a vraiment urgence !

Plus de 3 millions de chômeurs, totalement privés d’emploi, 6 millions de travailleurs en sous-emploi ou en situation de précarité, 8 millions de travailleurs vivant en dessous du seuil de pauvreté.

Malgré cela, le patronat poursuit sa politique de casse de l’emploi. Et les plans sociaux se multiplient dans tous les secteurs d’activité, auxquels s’ajoutent les fins de contrats précaires (CDD, Intérim), qui représentent la grande majorité des inscriptions au chômage. Sans compter les licenciements déguisés dans les 900.000 « ruptures conventionnelles » annuelles.

Lire la suite