Archives de Tag: Raynal et Roquelaure

Plus d’une centaine d’ouvriers de Raynal et Roquelaure en grève

Le Dauphiné Libéré, 19 août 2016 :

La production ne tournait pas, hier, à l’usine Raynal et Roquelaure, de Camaret-sur-Aigues.

Plus d’une centaine d’ouvriers s’est mis en grève, campant devant les différentes entrées de la société spécialisée dans la fabrication de plats préparés. Les syndicats CGT, CFDT, FO ainsi que les salariés grévistes réclament que les négociations annuelles obligatoires puissent reprendre. Le tout, « dans de meilleures conditions ».

Lire la suite

Publicités

Raynal et Roquelaure : Les travailleurs descendent dans la rue

La Dépêche, 6 décembre 2012 :

Mercredi matin, ce sont une centaine de salariés qui ont fait grève, se sont rassemblés devant l’usine Raynal et Roquelaure, à Sainte-Livrade-sur-Lot, et ont défilé dans les rues de la ville, à l’appel de l’intersyndicale FGA CFDT, FO et CGT, afin de dénoncer le plan de restructuration prévoyant la délocalisation de la fabrication des boîtes de conserve et la suppression et/ou le transfert de 41 emplois.

Le maire Claire Pasut et plusieurs adjoints et conseillers municipaux se sont joints au cortège afin de soutenir les salariés. Autre soutien, celui des salariés de l’usine de Capdenac-Gare qui ont débrayé. «On va se battre, soulignait le délégué du personnel FGA CFDT, faisant part de la grande inquiétude sur la pérennité de l’usine. On aura les moyens de leur mettre des bâtons dans les roues. Cela ne va pas se passer aussi bien qu’ils l’espèrent !».

Lire la suite

Grève chez Raynal et Roquelaure

Vaucluse Matin, 2 septembre 2011 :

Camaret sur Aigues (Vaucluse) : Nouveau jour de grève, hier, des salariés de Raynal et Roquelaure. Et trois nouvelles réunions de négociation. Mais toujours pas d’issue au conflit social démarré mercredi matin. C’est que les employés de l’entreprise spécialisée dans les plats cuisinés, leader du marché des raviolis et cannellonis, sont bien décidés à tenir bon.

Leurs revendications ? Elles sont principalement salariales.

En tête de liste : l’augmentation de 100 euros sur le salaire de base de chacun, mais également la prime transport pour tous, le maintien du 13e mois en cas de maladie et les chèques vacances sans seuil de rentabilité.

Lire la suite