Archives de Tag: raffineries

Raffinerie Total de Normandie : Mouvement de grève de 72h

76 Actu, 29 novembre 2014 :

La restructuration de l’unité des huiles à la raffinerie Total de Normandie, fait des remous. La CGT annonce un mouvement de grève de 72 heures, dès le lundi 1er décembre 2014.

L’annonce, vendredi 21 novembre 2014, de la restructuration de son unité de fabrication d’huiles de base, à la raffinerie Total de Normandie, à Gonfreville-L’Orcher, près du Havre, a provoqué bien des inquiétudes dans le rang syndical. La CGT, qui a mobilisé rapidement le personnel sur cette question, annonçait, en réaction, l’imminence d’une grève. Elle est officielle, désormais. Le syndicat lance un appel à la grève de 72 heures, à partir du lundi 1er décembre 2014.

Lire la suite

Publicités

Vers un mouvement de grève à la raffinerie Total de Normandie

Normandie Actu, 21 novembre 2014 :

La direction de la raffinerie Total Normandie a annoncé, vendredi 21 novembre, une restructuration de son unité d’huile. 50 emplois sont concernés. Un appel à la grève est lancé.

La direction de la Raffinerie Total de Normandie à Gonfreville-l’Orcher, près du Havre, a dévoilé aux syndicats, à l’occasion d’un comité d’entreprise extraordinaire, vendredi 21 novembre 2014, son plan de restructuration de l’unité des huiles de base du site. Elle a confirmé que 50 emplois seraient concernés par cette évolution. « Mais les salariés se verront proposer un poste adapté à leurs compétences sur la plateforme Normandie », assure-t-elle, dans un communiqué. Une annonce qui provoque la colère du syndicat CGT.

Lire la suite

Grève en cours à la raffinerie Total de Gonfreville L’Orcher

LE HAVRE (Seine-Maritime). Sur son compte Twitter, la CGT Le Havre annonce, ce samedi 14 décembre, qu’un arrêt est en cours à la raffinerie Total de Gonfreville L’Orcher près du Havre (Seine-Maritime). Un arrêt de production dû à un mouvement de grève.

LA CGT DE TOTAL APPELLE À LA GRÈVE DANS L’ENSEMBLE DES RAFFINERIES FRANÇAISES

La CGT Le Havre indique en 140 caractères : « La raffinerie total Gonfreville en grève pour les salaires. Phase d’arrêt en cours. Les propositions de la direction (1,3 %) inacceptables. »

http://www.paris-normandie.fr/actu/greve-en-cours-a-la-raffinerie-total-de-gonfreville-lorcher

 

Petroplus : les syndicats mobilisés pour l’examen des offres de reprise

AFP 16 avril 2013 :

Les syndicats ont appelé à une mobilisation « exceptionnelle » mardi pour défendre la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne (Seine-Maritime) devant le tribunal de commerce de Rouen qui doit examiner les offres de reprise du site alors que l’autorisation de poursuite de l’activité expire le jour-même.

« Les 470 salariés de la raffinerie de Petit-Couronne comptent sur une mobilisation exceptionnelle », a déclaré Nicolas Vincent, porte parole de l’intersyndicale CGT-CFDT-CFE/CGC à quelques heures de l’audience. Cet appel a été relayé par l’Union départementale CGT de la Seine-Maritime qui a prévu un rassemblement autour d’un barbecue mardi matin devant le tribunal de commerce qui devrait se donner quelques jours de réflexion avant de rendre sa décision.

L’UD-CGT a dénoncé les « majors pétroliers » qui veulent « raffiner dans des pays leur permettant de s’affranchir des règles sociales, environnementales et de sécurité » et demande à l’Etat de prendre ses « responsabilités » pour préserver cette industrie.

Lire la suite

Gabon: grève illimitée à la raffinerie de Port-Gentil

AFP, 14 janvier 2013 :

Les employés de la Société gabonaise de raffinage (Sogara) de Port-Gentil, capitale économique du Gabon (ouest), ont entamé une grève générale et illimitée lundi pour protester contre la fermeture de certaines de ses structures médicales et le licenciement de leur personnel.

La Sogara est entrée en grève depuis 12 heures aujourd’hui (lundi). Nous avons un centre médical ici, et le Directeur général a décidé unilatéralement de fermer le laboratoire et le service de radiologie, et de licencier leur personnel (cinq personnes), a affirmé par téléphone à l’AFP le délégué du personnel de la Sogara, Charles Digondi.

Lire la suite

Appel à la grève dans les raffineries

Métro, 4 novembre 2012 :

La Fnic-CGT a lancé cet appel de 24 heures pour protester contre les fermetures de raffineries menées ces dernières années, alors que le délai pour la reprise de Petroplus de Petit-Couronne, près de Rouen, expire lundi.

« C’est un premier coup de semonce ». Telle est la manière dont Charles Foulard, secrétaire fédéral de la Fédération nationale des industries chimiques (Fnic) CGT, évoque l’appel du syndicat à une grève de 24 heures dans l’ensemble des raffineries et dépôts du pays lancé pour le 5 novembre. « La date du 5 n’est pas choisi par hasard », précise-t-il dans un communiqué en référence au délai de reprise de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne qui expire lundi.

Lire la suite

Croatie : la longue agonie des salariés des raffineries de pétrole

Le Courrier des Balkans, 31 août 2012 :

Manifestations, grèves de la faim des travailleurs… Le groupe Dioki, avec ses raffineries de Zagreb et d’Omišalj, sur l’île de Krk, flirte depuis un an avec la faillite : alors que les salaires des employés ne sont pas payés depuis septembre 2011, les repreneurs potentiels se succèdent. Dernier en date : le groupe turc Çalışkan, qui s’est engagé à verser les salaires impayés…

La raffinerie d’Omišalj

Tout l’été, le bureau du Premier ministre Zoran Milanović a répété que le gouvernement était déterminé à résoudre le dossier de la raffinerie Dina-Petrokemija, située sur l’île de Krk, et de l’ensemble du groupe pétrochimique Dioki, deux entreprises en énorme difficulté économique, en assurant que « le gouvernement était très actif pour défendre les emplois ».

La vérité est pourtant sensiblement différente. Jusqu’à présent, les travailleurs des deux entreprises n’ont reçu que des promesses jamais tenues. Depuis le mois de décembre et la victoire de la gauche, les ministres Mirando Mrsić, Radimir Čačić et Slavko Linić ont continué à répéter que « les salaires seront payés la semaine prochaine », et que « la production reprendra demain ». Pourtant, au début de l’été, les retards de salaires s’élevaient à six mois pour la seule année écoulée.

Lire la suite