Archives de Tag: Puy-de-Dôme

SDIS du Puy-de-Dôme : les pompiers en grève interrompent une réunion

France 3 Auvergne, 5 janvier 2016 :

Toujours pas d’issue en vue dans le conflit qui oppose les sapeurs-pompiers professionnels du Puy-de-Dôme à la présidence du SDIS, le service départemental d’incendie et de secours. Les grévistes ont interrompu la présentation d’un audit aux représentants du personnel lundi 04/01, dans la soirée.

« Au bout d’un moment, il faut arrêter de faire les agneaux ! Qui veut renter dans l’Algéco ? », lance un pompier en colère à ses collègues qui patientent devant le bâtiment depuis 1 h 30. Dans la nuit froide, les mains se lèvent. Il est 19 h 30.

Lire la suite

Unieux (42) : Aperam Précision en grève depuis une semaine

Sur le site métallurgique menacé de fermeture, le travail a cessé à l’appel de la CGT. Dans le cadre des  négociations du Plan de sauvegarde de l’emploi, le syndicat entend négocier une indemnité supra-légale versée aux salariés qui seront licenciés.

Avec la fermeture su site, la plupart des salariés devraient perdre leur emploi.

Avec la fermeture su site, la plupart des salariés devraient perdre leur emploi.

L’appel à la grève lancé par la CGT, syndicat majoritaire dans l’entreprise, s’inscrit dans le cadre des négociations en cours du Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE), notamment sur une indemnité supra-légale versée aux salariés qui seront licenciés.   Lire la suite

Répression à Lyon : Communiqué de SUD Santé-Sociaux 63

SUD Santé Sociaux 63 :

Cet après-midi 6 octobre 2011 avait lieu à Lyon une manifestation contre les employeurs des conventions collectives CC66 et CC51 (secteur privé non lucratif médico-social et social) qui tenaient leur congrès à Lyon. Bien imprégnés de la pensée ultralibérale ces Messieurs-dames les employeurs ont en effet dénoncé la convention collective, privant ainsi leurs salariés de plusieurs décennies d’acquis sociaux. La dénonciation d’une convention collective est un acte de violence sociale comparable à ce que serait pour les fonctionnaires la suppression des droits et garanties issus du statut de la fonction publique.

Pour protéger ces messieurs dames les employeurs des nuisances sonores d’une manifestation de salariés (essentiellement des éducateurs et des infirmières du secteur social), les CRS ont chargé avec une rare violence. Bilan :

• Une infirmière gravement polytraumatisée (multiples fractures des membres)
• une autre infirmière entre la vie et la mort (trauma crânien).

Lire la suite