Archives de Tag: pétrole

Libye : Augmentation de 67% des salaires des travailleurs du pétrole

African Manager, 2 novembre 2013 :

Le gouvernement libyen a décidé un relèvement de 67 pour cent sur le salaire des travailleurs du secteur du pétrole à compter du début de l’année 2014, donnant ainsi satisfaction aux revendications régulières enregistrées dans ce secteur stratégique, annonce un communiqué de la Compagnie nationale du pétrole publié sur son site Internet.

Les grèves et protestations des travailleurs et milices ont entraîné la chute des exportations de pétrole à un niveau situé entre 150 et 200 mille barils/jour, soit un peu plus de 10 pour cent de la capacité globale d’exportation du pays.

Publicités

Sept manifestants tués au Soudan après la hausse des prix du pétrole

Sept manifestants ont été tués mercredi 25 septembre par les tirs des forces de l’ordre qui tentaient de disperser les rassemblements à Khartoum et à Oumdourman, ont déclaré des familles des victimes et des témoins.

Dix personnes ont été tuées depuis le début des manifestations, lundi 23 septembre.

Dix personnes ont été tuées depuis le début des manifestations, lundi 23 septembre.

Ce bilan porte à dix le nombre de personnes tuées au Soudan depuis le début, lundi, des protestations provoquées par la décision du gouvernement de lever les subventions sur les prix des carburants, à la suite de la suspension des subventions de l’Etat, dans le cadre d’une série de réformes économiques. Lire la suite

Tchad : Grève de la faim d’anciens employés du pétrole

VOA, 25 juin 2013 :

Plus de 4000 ex- Travailleurs du projet pétrole des bassins de Doba sont en grève de faim depuis plusieurs jours pour réclamer leurs droits.

Ces derniers devaient bénéficier de certains avantages tels que le programme de réinsertion sociale, une fois la phase de construction terminée.

Lire la suite

Hassi R’mel : 19 délégués licenciés

Algérie Soir, 23 juin 2013 :

Malgré leur disponibilité et leur ouverture au dialogue et une décision de justice qui reconnaît leur grève de la faim, 19 délégués des 1161 travailleurs de Hassi R’mel ont été destinataires de décisions de licenciement. La grève continue pour certains, d’autres n’ayant pu supporter la «pression», ont tout bonnement abandonné, a-t-on appris.Les sociétés de prestations de services ont ainsi mis à exécution leurs menaces. Après les mises en demeure, c’est le licenciement.

Les décisions de licenciement des 19 délégués des travailleurs de trois sociétés de prestations de services (Saha, Bayat et Cieptal activant pour le compte de Sonatrach), ont été transmises mardi par le biais d’un huissier de justice, nous dira Fouad Djida, un des délégués concerné par «cette énième pression».
4 délégués de Cieptal, 5 de Saha et 10 de Bayat Catering sont concernés par cette décision jugée «illégale».

La décision avait été prise bien avant, affirme Djida, indiquant qu’elles portaient la date du 13 juin. Dépité, notre interlocuteur n’hésitera pas à dire que la grève de la faim qui dure depuis 23 jours est «cassée».

Lire la suite

Les grévistes de Hassi R’mel remportent une victoire judiciaire

RFI, 11 juin 2013 :

En Algérie, les 1 161 travailleurs de Hassi R’mel, à 600 kilomètres au sud d’Alger, qui sont en grève de la faim depuis 12 jours, ont gagné une victoire judiciaire ce lundi 10 juin. Le tribunal a débouté leurs employeurs qui les accusaient de grève illégale. Mais ils ne se démobilisent pas pour autant.

Halim, 30 ans, a les joues creusées par sa grève de la faim. Mais il a le sourire. « Nous sommes contents parce que la justice, aujourd’hui, a fait son travail correctement. Quand ils ont regardé tous nos PV de grève, les photos de grève, les cas qu’on a reçus, tous ont refusé le dossier », explique-t-il.

Malgré la décision de justice, la grève se poursuit. « On n’a pas confiance. La justice nous dit qu’on a raison et l’employeur affirme le contraire. On n’a rien reçu, pourquoi arrêter la grève ? », s’étonne Fouad Djida, l’un des représentants des travailleurs.

Lire la suite

Sud Algérien : Un millier de travailleurs rentrent en grève de la faim

Le Mag.ma, 10 juin 2013 :

Le syndicat national autonome des personnels de l’administration publique en Algérie (SNAPAP) a dénoncé « fermement les pratiques antihumaines » des multinationales du catering à Hassi Rmel dans le sud algérien et « condamné la complicité et le silence du gouvernement algérien » sur la situation de plus de mille travailleurs qui entament leur 8ème jour d’une grève de la faim dans trois sociétés de catering du groupe pétrolier Sonatrach.

Dans un communiqué, dont copie a été transmise à la MAP, le syndicat note que plus de mille travailleurs entament leur 8ème jour d’une grève de la faim pour réclamer « l application d’un décret ministériel sur la rémunération et dénoncer la nouvelle forme d’esclavage utilisée par les sous-traitants qui ne reversent que 20 pc de ce que leur verse Sonatrach au mépris total du décret précisant que toutes les firmes multinationales de catering sur le site de Sonatrach doivent verser 80 pc de ce qu elles perçoivent aux travailleurs ».

Lire la suite

Hassi R’mel : nouvelle grève de la faim dans la base de vie de Sonatrach

Algérie Focus, 31 mai 2013 :

Un vaste mouvement de grève touche depuis hier le site pétrolier de Hassi R’mel. Des employés des sociétés de catering de la base de vie de Sonatrach ont entamé une grève de la faim illimitée pour défendre leurs droits. Ils affirment vouloir poursuivre la contestation jusqu’à ce qu’ils obtiennent gain de cause.

Protestation ouvrière à Hassi R’mel en février 2013

Un vent social souffle sur Hassi R’mel, où de nombreux employés ont décidé de suivre une grève de la faim pour dénoncer leurs conditions de travail. Décidés à poursuivre ce mouvement jusqu’à obtention d’une amélioration de leur salaire et de leur environnement, la majorité des 1600 employés que comptent cette base de vie de Hassi R’mel ne mangent plus depuis hier. Révoltés contre leur direction ils ont relancé la contestation qui était née début mai. Parmi leurs principales revendications, les grévistes réclament l’application de la promesse d’une augmentation de leurs salaires, un changement de leur rythme de travail ainsi qu’une amélioration de leurs conditions de vie au sein de la base de vie. « Nous ne sommes pas des esclaves, nos conditions de vie sont misérables, nous sommes à quatre dans une chambre, nos sanitaires sont dans un état désastreux. Quant à nos salaires, ils sont dérisoires, certains ne gagnent même pas le minimum et touchent 16 000 dinars par mois », s’indigne un délégué syndicaliste, contacté par Algérie-Focus.

Lire la suite