Archives de Tag: occupation d’usine

Grève chez St Dupont à Faverges

France 3, 22 février 2014 :

Depuis le mercredi 19 février, 70% des 130 salariés de St Dupont à Faverges sont en grève et occupent leur entreprise pour dénoncer notamment la suppression d’acquis sociaux. Mesure assez rare, le préfet de Haute-Savoie a décidé de nommer un médiateur.

Acquis sociaux, conditions d’embauches des nouveaux salariés, relation avec la direction des ressources humaines. Les sujets de mécontentement des salariés de ST Dupont sont multiples et leur mobilisation importante : près de 90 des 130 salariés du site de Faverges sont en grève depuis mercredi.

Lire la suite

Publicités

À Budapest, les travailleurs de la chimie d’EVM réclament leurs salaires

IndustriALL :

Une centaine de travailleurs de la firme EVM, spécialisée dans la chimie, ont manifesté le 12 février pour réclamer le paiement de leurs arriérés de salaires et de prestations. Cette manifestation était organisée par la Fédération des travailleurs de la chimie de Hongrie, VDSZ, devant le cabinet d’avocats qui représente le propriétaire d’EVM.

Les travailleurs ont entamé une grève avec occupation des locaux de l’usine le 3 février.

Lire la suite

Biscuiterie Jeannette : Les salariés occupent les locaux

Ouest France, 20 février 2014 :

Caen : Depuis ce jeudi matin, une trentaine de salariés occupent les locaux de l’usine liquidée en janvier dernier.

Demain, une vente aux enchères du matériel doit se dérouler et le site est donc inaccessible aux personnes venues pour la visite avant la vente.

Leskovac : Les ouvriers de « Interleminda » occupent leur usine

Leskovac (Serbie) : Ce lundi 17 février, après avoir bloqué la route principale Leskovac-Vlasotince, les ouvriers de l’usine « Interleminda » ont décidé la grève totale et l’occupation de leur usine.

Les ouvriers revendiquent le paiement de leurs salaires (les propriétaires leur doivent en tout un million d’euros) et la remise en route de la production de l’usine.

Vénissieux : Colère des travailleurs de Mory Ducros

AFP, 3 février 2014 :

« On a la haine »: sur la plate-forme Mory Ducros de Vénissieux, occupée depuis deux semaines, les salariés n’acceptent toujours pas le plan de reprise d’Arcole synonyme de fermeture du site et de chômage pour 140 d’entre eux.

Ici, le mouvement de grève et d’occupation n’a jamais cessé depuis le 21 janvier, même après la signature d’un protocole d’accord la semaine dernière par les fédérations syndicales. Et les grévistes, qui se relaient pour garder les lieux 24 heures sur 24, sont toujours aussi déterminés.

Lire la suite

Vidéos : Travailleurs d’Electrolux en grève contre les baisses de salaires

Après l’annonce de la direction d’Electrolux de baisser jusqu’à 40% les salaires des ouvriers des usines d’Italie, plusieurs sites de production sont actuellement en grève. L’usine d’Electrolux à Solaro est occupée par les travailleurs.

Lire la suite

Electrolux met le feu aux poudres en Italie

Les Echos, 29 janvier 2014 :

En proposant une baisse de 40 % des salaires, le suédois Electrolux a soulevé une tempête sociale.

« Massacre salarial », « traitement de choc à la polonaise »… : le cas d’Electrolux Italie sera aujourd’hui au centre d’une table ronde avec les syndicats, convoqués d’urgence au siège du ministère du Développement économique à Rome. En plein climat d’incertitude sur la sortie de crise italienne, l’annonce par le groupe suédois Electrolux d’un plan de réduction drastique des salaires (de l’ordre de 40 % selon les syndicats, mais seulement de 8 % selon la direction), destiné à « sauver » l’essentiel de ses quatre usines italiennes (4.000 salariés environ), a mis le feu aux poudres dans la péninsule. L’initiative « musclée » d’Electrolux intervient sur fond de crise de l’industrie italienne de l’électroménager (deuxième secteur manufacturier national), qui a vu son niveau de production chuter de 58 % en douze ans ! « Les produits italiens dans le secteur de l’électroménager sont de bonne qualité, mais souffrent de coûts de production, surtout en ce qui concerne le travail, qui sont au-dessus de ceux offerts par nos concurrents », a déclaré hier le ministre du Développement économique, Flavio Zanonato, en reconnaissant la nécessité urgente de « réduire le coût du travail ».

Lire la suite