Archives de Tag: non-paiement des salaires

Fougères. Les salariés d’Hotelys attendent leur paie

ouest-france.fr, 27/02/2015

Les employés du fabricant de literie Hotelys craignent pour leurs salaires. Déjà en janvier, ils avaient été payés tardivement.

A Fougères, les salariés d'Holelys attendent d'être payés. | Ouest-France.

A Fougères, les salariés d’Holelys attendent d’être payés. | Ouest-France.

Une réunion, avec les partenaires sociaux, s’est tenue ce vendredi matin, dans les locaux d’Hotelys, à Fougères.

Le fabricant de matelas Cauval, leader français de la literie, actuellement en difficulté, serait sur le point de déposer le bilan. Sa filiale fougeraise, Hotelys est concernée.

Les salaires attendus Lire la suite

Dammartin-en-Goële : la décision minable d’Aldi

Les salariés de l’enseigne de grande distribution, évacués pendant l’assaut lancé contre les frères Kouachi, devront rattraper leurs heures. Tout le cynisme patronal d’Aldi face aux salariés confrontés aux assauts et affrontements avec les frères Kouachi.

Des salariés d'Aldi avaient été empêchés de travailler lors de l'assaut du GIGN et du Raid contre les frères Kouachi à Dammartin-en-Goële. © Sipa

Des salariés d’Aldi avaient été empêchés de travailler lors de l’assaut du GIGN et du Raid contre les frères Kouachi à Dammartin-en-Goële. © Sipa

Le Point, le 20/01/2015

« Nous sommes tous Charlie » n’aura pas duré longtemps… Vendredi 9 janvier, les employés d’Aldi Marché à Dammartin-en-Goële sont évacués vers 16 h 20 par mesure de sécurité. Le Raid et le GIGN s’apprêtent en effet à donner l’assaut contre une imprimerie où se sont réfugiés les frères Kouachi, auteurs de l’attentat contre Charlie Hebdo. Les employés ne peuvent donc pas effectuer complètement leurs sept heures quotidiennes de travail. D’autres salariés n’ont même pas pu gagner leur lieu de travail puisque les routes étaient barrées. En tout, une vingtaine de personnes ont été totalement ou partiellement empêchées de travailler. Lire la suite

Dammartin-en-Goële : des salariés lésés après leur évacuation lors de l’assaut

francetvinfo.fr, leparisien.fr 20/01/2015

Une vingtaine d’employés d’Aldi se sont vu retirer les heures de travail non effectuées du fait de leur évacuation à la suite de la neutralisation des frères Kouachi.

Dammartin-en-Goële, le 9 janvier. Le dispositif de sécurité a empêché certains employés d’Aldi de rejoindre leur poste de travail et obligé d’autres à partir avant la fin de leur journée. Aucune retenue sur salaire ne sera effectuée, mais ils devront rattraper le temps de travail. (LP/V.R.)

Dammartin-en-Goële, le 9 janvier. Le dispositif de sécurité a empêché certains employés d’Aldi de rejoindre leur poste de travail et obligé d’autres à partir avant la fin de leur journée. Aucune retenue sur salaire ne sera effectuée, mais ils devront rattraper le temps de travail. (LP/V.R.)

L’entreprise dément toutes les accusations qui pèsent sur elle. Une quinzaine de salariés de la société Aldi à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne) avaient affirmé, par la voix d’un syndicat, qu’ils devaient rattraper des heures de travail qu’ils n’avaient pu effectuer, vendredi 9 janvier, en raison de l’assaut préparé puis donné contre les frères Kouachi, retranchés ce jour-là dans un entrepôt à proximité. La direction d’Aldi apporte des précisions, mardi 20 janvier. Lire la suite

En Grèce, on peut exploiter des migrants, leur tirer dessus et s’en sortir indemne

lesoir.be, 1 août 2014

En 2013, des employés d’une ferme grecque avaient tiré sur leurs travailleurs – des migrants embauchés illégalement – alors qu’ils réclamaient six mois d’arriérés de salaires.

Capture d’écran Twitter / Photo Menelaos Mich

Capture d’écran Twitter / Photo Menelaos Mich

Le verdict de la cour d’appel de Patras en Grèce a provoqué la stupeur du pays. Le propriétaire d’une ferme de fraises à Manolada dans le Péloponnèse, accusé d’agression et d’emploi illégal de migrants, a été acquitté. Les faits remontent au mois d’avril 2013. Alors que 200 Bangladais employés illégalement demandent leurs 6 derniers mois de salaire impayés, un superviseur, sous le regard de ses collègues, ouvre le feu au fusil de chasse. Une trentaine d’employés a été blessée, sept d’entre eux étaient dans un état critique. Lire la suite

Enad Sour El Ghozlane : les travailleurs réclament leurs salaires

El Watan.com,  03.08.14

Les travailleurs de l’Enad, entreprise spécialisée dans la fabrication des détergents implantée dans la commune de Sour El Ghozlane, 35 km au sud de Bouira, sont entrés en grève ce dimanche 03 août pour réclamer le paiement des arriérés de salaire.   

enad

Ils sont près de 400 employés à observer un sit-in devant leur lieu de travail. L’usine est complètement paralysée. « Cela fait trois mois que nous ne sommes pas payés. C’est un problème récurent que la direction n’a pas voulu réglé », souligne un gréviste qui qualifie la situation dans laquelle vivent les travailleurs de catastrophique. Lire la suite

Des fonds pour payer les salaires seraient arrivés chez MIA Electric

D’après nos informations, des fonds seraient arrivés ce matin dans la trésorerie du constructeur automobile de Cerizay. Les problèmes de salaires et de primes impayés ces derniers temps pourraient donc se régler.

mia

 » La situation reste tendue mais le problème des salaires devrait se régler: des fonds sont en effet arrivés ce matin. »

Voilà ce que nous a déclaré un salarié de MIA ELECTRIC qui souhaite conserver l’anonymat.

Une bonne nouvelle en particulier pour les 38 salariés qui ont déposé un référé devant le tribunal des prud’hommes de Niort pour obtenir le paiement de leurs salaires.

La directrice du constructeur de Cerizay, Michèle Boss, affirmait avoir passé des ordres de virements pour régler ce problème. Elle serait donc parvenue à ses fins. Lire la suite