Archives de Tag: Nice

Mouvement de grève chez SFR

Le Monde, 6 septembre 2016 :

Branle-bas de combat chez SFR. Mardi 6 septembre, une partie des salariés de l’opérateur télécom français ont prévu de faire grève. Des rassemblements ont été programmés devant le siège du groupe, en Seine-Saint-Denis, et dans des boutiques à Marseille, Lyon, Lens, Nantes, Rennes ou Nice. Motif de la protestation : l’annonce en juillet d’un plan de réduction des effectifs, qui prévoit en 2017 la suppression d’un tiers des effectifs du groupe, soit 5 000 des 15 000 postes de l’entreprise.

Publicités

Les travailleurs sociaux de la vallée des Paillons mobilisés ce matin

Nice Matin, 31 août 2016 :

En conflit depuis près d’un an avec la direction de l’institut médico-éducatif de Sclos-de-Contes, les salariés poursuivent leur mouvement.

30 travailleurs sociaux et éducatifs ont investi ce matin, dès 7h30, le rond-point entre les communes de Contes et Blausasc, à La Pointe, pour sensibiliser le grand public à leurs revendications.

Lire la suite

Quand les politiciens fouillent dans les poubelles de l’extrême-droite

Article publié par l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Après les débats absurdes sur le burkini, on apprend que deux femmes ont été verbalisées pour avoir porté le hidjab sur une plage à Nice et à Cannes.

burki

On peut penser ce qu’on veut de tel ou tel habit, les autorités politiques n’ont pas à imposer d’interdiction vestimentaire sur la voie publique qui ne soient nécessaires pour des raisons de sécurité ou d’hygiène (par exemple, on peut justifier de l’obligation de porter un casque en moto), encore moins lorsqu’il s’agit d’une discrimination évidente contre une catégorie de la population en raison de son appartenance religieuse. Si le décret municipal de Nice indique que « l’accès aux plages et à la baignade sont interdits à toute personne n’ayant pas une tenue correcte, respectueuse des bonnes moeurs et de la laïcité, respectant les règles d’hygiène et de sécurité des baignades adaptées au domaine public maritime », il ne concerne dans les faits que des femmes de confession musulmane. Le port de la soutane et des uniformes de bonnes sœurs ne sont par exemple pas interdits dans les rues, les campagnes ni même sur les plages de Nice et de Cannes. A Cannes d’ailleurs, l’intervention policière contre une jeune femme parce qu’elle portait le voile, a libéré la parole raciste et des vacanciers ont crié « ici on est catholiques » à l’encontre de cette dame, ce qui, pour le moins, n’est pas respectueux de la laïcité !

Lire la suite

Les assassins et les charognards

Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Comme après les attentats de novembre à Paris, les victimes du carnage de Nice ne sont pas encore enterrées que l’on entend les charognards racistes chercher à attiser les haines. Quel que soit le contexte, le racisme est toujours une honte pour l’humanité. Cette propagande de charognards xénophobes est particulièrement répugnante après le carnage, où parmi les victimes, on trouve des personnes de différentes confessions, origines et nationalités. Parmi les victimes du massacre commis à Nice, on trouve des habitants de l’agglomération de Nice et des touristes, des personnes originaires de la région, de Paris, d’Allemagne, de Saône-et-Loire, de Russie, de Grenoble, de Belgique, d’Ukraine ou du Maghreb, des musulmans, des chrétiens, des juifs et des athées, bref des femmes, des hommes et des enfants qui, simplement, revenaient d’un feu d’artifice du 14 juillet, et qui ont été tués parce que le but était de tuer un maximum de personnes en un minimum de temps.

Les charognards de l’extrême-droite raciste ne valent pas mieux que les fanatiques obscurantistes. Ils partagent la même vision d’un apartheid mondial, d’une division des êtres humains selon leurs couleurs de peau, origines, croyances ou nationalités. Les uns comme les autres se sont déjà rendus coupables ces dernières années, au nom de leurs idéologies réactionnaires étriqués, de massacres que ce soit à Paris, à Utoya, à Bagdad à Charleston ou ailleurs.

Lire la suite

Fatima Charrihi, victime du carnage de Nice

Pour répondre aux charognards de l’extrême-droite qui cherchent à instrumentaliser le massacre à Nice pour attiser le racisme, un article publié le 15 juillet par l’Express :

Hamza, 28 ans et son père sortent du CUM, le centre universitaire méditerranéen de Nice, transformé en refuge pour les proches des victimes. Le bâtiment, donnant sur la promenade des Anglais, est protégé par la police nationale.

Titre de séjour de Fatima Charrihi, une des victimes du carnage du 14 juillet 2016 à Nice.

Les yeux rougis, une couverture de survie sur le dos, Hamza accepte d’évoquer le souvenir de sa mère, Fatima Charrihi décédée quelques heures plus tôt.

« C’était la première victime. Il n’y avait pas d’autres cadavres avant elle… » Digne, le jeune homme tient à honorer la mémoire de cette Niçoise, mère de sept enfants.

Lire la suite

Nice, cette nuit l’horreur

Communiqué de la CGT du CHU de Nice, 15 juillet 2016 :

nice

Télécharger le communiqué en PDF : Communiqué CHU Nice_150716 (1)

Massacre à Nice

Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Un meurtre de masse a été commis ce 14 juillet, jour de fête populaire, à Nice. En fonçant avec un camion dans une foule de femmes, d’hommes et d’enfants qui revenaient du feu d’artifice, il s’agissait de tuer un maximum de monde dans un minimum de temps. Ce vendredi matin, on compte plus de 80 morts dont de nombreux enfants.

Il n’y a pas de mots pour exprimer l’horreur face à ce nouveau crime. Un tel crime ne peut qu’horrifier toute personne ayant un minimum de sentiments humains. Nous exprimons nos plus sincères condoléances à toutes celles et tous ceux qui ont perdu des proches, des amis ou des collègues dans cet attentat terroriste barbare.