Archives de Tag: N’Djamena

Tchad : Grève historique à l’ONRTV

Deutsche Welle, 22 juillet 2016 :

Du jamais vu, parole de Tchadien! Les membres du personnel de la télévision d’Etat, l’ONRTV, sont en grève depuis ce vendredi. Ils devraient l’être jusqu’à lundi. La direction de l’établissement estiment ce mouvement illégal.

Les employés réclament une amélioration de leurs conditions de vie et de travail. Surtout qu’une redevance audiovisuelle est censé garantir une autonomie budgétaire et financière à cet établissement public. Un franc CFA est prélevé tous les jours à chaque appel téléphonique des contribuables tchadiens. Où est passé l’argent se demandent les employés de l’ONRTV?

Publicités

Tchad : Grève contre les salaires impayés à l’approche de l’investiture de Déby

Malijet, 14 juillet 2016 :

La crispation sociale est montée d’un cran au Tchad avec une grève dans le secteur public, s’ajoutant à la tension politique maintenue depuis avril par l’opposition qui conteste la réélection du président Déby.

L’Union des syndicats tchadiens (UST) a lancé « un arrêt de travail dès mardi dans tout le secteur public avec un service minimum dans les hôpitaux » pour cause de salaires de juin impayés, alors que l’Etat subit la chute des cours du pétrole.

Lire la suite

Tchad : la grève paralyse les hôpitaux

BBC, 30 mars 2016 :

L’appel à la grêve de l’opposition tchadienne a surtout touché le secteur de la santé. Le mouvement a également été suivi dans la plupart des institutions publiques.

La grève lancée par l’union des syndicats du Tchad a été bien suivie. A l’hôpital général de référence de Ndjaména, peu d’agents de santé se sont présentés à leur poste. Le parking souvent bondé était pratiquement vide. Même constat à l’hôpital de la mère et de l’enfant, où les services de laboratoire, de gynécologie, de pédiatrie, d’ophtalmologie n’ont pas fonctionné. Les consultations n’étaient possibles.

Lire la suite

Grève pour réclamer la libération de leaders de la société civile au Tchad

VOA, 26 mars 2016 :

Les quatre leaders de la société civile détenus à la maison d’arrêt seront maintenus jusqu’à jeudi prochain. La médiation engagée par le médiateur pour leur mise en liberté a échoué. Les centrales syndicales ont déclenché une grève pour exiger leur libération.

Cette grève se fait beaucoup sentir dans le domaine de la santé publique et de l’éducation.

Le ministère de l’éducation nationale, surtout le service courrier souvent bondé du monde, a été désert ce vendredi. Sauf au cabinet du ministre et au secrétariat général où quelques agents se sont présentés à leur poste.

Lire la suite

Tchad: victime d’un viol collectif, Zouhoura brise le silence

La Dépêche, 19 mars 2016 :

A 16 ans, elle est devenue un symbole et l’assume avec courage: Zouhoura, jeune Tchadienne victime d’un viol collectif dans son pays, réclame que « justice soit faite » pour elle et « pour toutes les femmes » violées restées murées dans le silence.

Silhouette frêle, traits délicats, Zouhoura a bouleversé le Tchad par son histoire, qui a jeté des milliers de jeunes manifestants dans les rues ces dernières semaines.

Le 8 février, alors qu’elle part au lycée avec une amie, à N’Djamena, une voiture aux vitres teintées s’arrête brusquement. A son bord, cinq jeunes garçons. Elle le saura plus tard, ils font partie de la jeunesse dorée de ce pays très pauvre.

Lire la suite

Tchad : De la colère après le viol de Zouhoura à la révolte contre le régime

Dès que le viol de Zouhoura est connu, les violeurs ayant publié une vidéo de la jeune fille en larmes sur les réseaux sociaux, des manifestations s’organisent à N’Djamena. Lycéennes et lycéens surtout veulent à la fois témoigner de leur solidarité avec Zouhoura et exiger que les coupables soient condamnés. Les coupables, en effet, sont les fils d’un ministre et de quatre généraux, les fils de hauts dignitaires du clan Idriss Déby au pouvoir depuis 25 ans, et le crime pourrait très bien resté impuni.

Premières manifestations à N’Djamena le 15 février :

Tchad1502NTchad1502Nc Lire la suite

Images de N’Djamena le 24 février : Ville morte contre le régime de Déby

Le viol collectif de la jeune Zouhoura par les fils d’un ministre et de quatre généraux a soulever l’indignation et la colère de la population tchadienne. Si les coupables, face à la pression populaire, ont été arrêtés, beaucoup craignent qu’ils ne soient rapidement libérés et que le régime fasse tout pour éviter un procès public. Surtout, le régime a répondu par une violente répression aux manifestations lycéennes en solidarité avec leur camarade. Abachou, un jeune lycéen de 17 ans, est ainsi tombé sous les balles de la police. En protestation contre le régime de Déby, une opération ville morte était lancée ce 24 février. Quelques images des routes et marchés de N’Djamena ce 24 février :

N'Djamena1 Lire la suite