Archives de Tag: Morsi dégage

Egypte : Quatre jours qui ébranlèrent le monde

Quelques soient les divergences que nous pouvons avoir avec le courant des Révolutionnaires Socialistes d’Egypte, il nous semble intéressant de publier cette déclaration  des Révolutionnaires socialistes d’Egypte, du 5 juillet 2013 :

Ce qui s’est produit le 30 juin 2013 a été, sans le moindre doute, le commencement historique d’une nouvelle vague de la révolution égyptienne, la plus vaste depuis janvier 2011. Le nombre de personnes qui ont manifesté au cours de ce jour extraordinaire est estimé à plus de 17 millions de citoyennes et citoyens. Quelque chose de jamais vu dans l’histoire.

La signification de cela dépasse toute participation des restes de l’ancien régime ou le soutien apparent de l’armée et de la police. Les manifestations de masse de millions de personnes sont des événements tout à fait rares dans l’histoire humaine. Leur effet sur la conscience et la confiance de la population en elle-même, ainsi qu’en leur capacité à changer le cours de l’histoire, dépassant les limites des slogans et des alternatives politiques mises en avant.

Lire la suite

Publicités

Tanger : Manifestation en solidarité avec la révolution en Egypte

Hier, mercredi 3 juillet 2013, alors que l’on apprenait le départ officiel de Morsi en Egypte, une manifestation était organisée à Tanger par ATTAC Maroc pour affirmer la solidarité avec la révolution en cours en Egypte.

Tanger

Tanger2

Lire la suite

Egypte, 3 juillet, 21 h: Morsi est tombé

Déclaration de l’armée par la bouche du général Sissi en présence du Sheikh d’Al Ahzar, du pape des coptes, de El Baradei du FSN et quelques autres: Morsi est tombé remplacé par un gouvernement technocratique mis en place par la haute Cour Constitutionnelle, sous l’autorité de l’armée,  jusqu’à ce qu’un gouvernement de coalition nationale soit constitué,  la constitution islamiste est suspendue, tenue d’élections présidentielles anticipées, mesures pour intégrer les mouvements de jeunesse à l’autorité, commission pour réviser la constitution. Ensuite parlent le sheikh d’Al Ahzar et le pape des coptes qui confirment et parlent d’unité du peuple, etc.

Immense, immense, immense explosion de joie, partout, les gens chantent, crient, parlent, s’embrassent,  dans la rue, les cafés, le métro, les bus, hurlements de joie, concerts de klaxons, applaudissements, youyous , feux d’artifice, tout le monde descend  dans la rue. Immense fierté. Les gens crient »Tenez la tête haute, nous sommes égyptiens« , « le peuple a fait tomber le régime« . Des gens commencent à dire « libérez les prisonniers« , la révolution continue…
L’armée a informé Morsi à 17 h 00 qu’il n’était plus président

Le guide suprême des Frère Musulmans a été stoppé à la frontière lybienne alors qu’il essayait de passer

Misr 25, la TV des Frères Musulmans n’émet plus. On entend des coups de feu vers Rabaa où sont les Frères Musulmans.

Lire la suite

Egypte, 3 juillet, 20 h 15 : coup d’État dans la révolution

C’est assurément un coup d’Etat militaire qui est en cours, mais un coup d’Etat dans la révolution. 

Le but de ce coup d’Etat, en renversant Morsi, n’est pas d’affronter la révolution, la briser mais plutôt la contenir, la freiner, l’empêcher d’aller jusqu’au bout de ce qu’elle porte.

L’armée avait déjà fait la même chose  en février 2011 lorsqu’elle avait lâché Moubarak au moment où il y avait eu des appels à la grève générale et que tout montrait qu’ils commençaient à être suivis. En lâchant l’accessoire, Moubarak, l’armée préservait l’essentiel, la propriété des possédants. Elle recommence aujourd’hui la même chose.

La contestation permanente ne cesse pas en Egypte depuis plus de deux ans, qui s’amplifie depuis décembre 2012 et qui est quasi non stop depuis cette date, avec une extension considérable des conflits sociaux puisque des records historiques mondiaux de grèves et de protestations sociales marquent l’Egypte depuis le début de l’année. Or ces mouvement sociaux ont trouvé une cristallisation politique extraordinaire au travers la campagne Tamarod qui arrivait non seulement à obtenir 22 millions de signatures contre Morsi mais mobiliser des millions et des millions d’égyptiens dans les rues pour exiger la chute de Morsi.  Il n’était pas difficile de comprendre que si la rue faisait tomber Morsi, c’était la porte ouverte à un déferlement de revendications sociales et économiques qui  allaient s’attaquer aux riches, aux possédants,  à la propriété et donc aussi à l’armée puisque c’est le plus grand des propriétaires en Egypte, aussi bien dans le domaine industriel qu’agricole ou commercial. Il lui fallait éviter cela.
Évidemment elle aurait pu s’en prendre directement au mouvement social et faire front avec les Frères Musulmans et accessoirement le FSN contre la révolution en marche.

Lire la suite

Egypte, 2 juillet, 0 h 15 : après la fête, les affrontements ?

Place Tahrir, c’est un festival de chants et de feux d’artifice qui n’arrêtent pas depuis plus de 6 heures, tout comme devant le palais présidentiel où la foule est toujours si immense.

!cid_part2_03040204_08020006@wanadoo

De gigantesques manifestations anti-Morsi du même type dans la plupart des villes d’Egypte. C’est la fête mais pas partout.

A Mahalla, principale ville ouvrière d’Egypte, les manifestants ont décidé de mettre en pratique immédiatement la grève générale et la désobéissance civile.

Lire la suite

Egypte, 1er juillet, 22 h: Explications et récit

Explications

Avec l’affaiblissement progressif du pouvoir des frères Musulmans sur fond de records historiques de grèves et protestations depuis des mois, puis les manifestations massives du 30 juin contre Morsi et enfin l’ultimatum de ses organisateurs pour que Morsi dégage qui arrivait à échéance mardi 2 juillet à 17 h , faute de quoi, ils appelleraient à une grève générale illimitée et un mouvement de désobéissance civile jusqu’à la chute du régime, l’armée, pour voler au peuple la deuxième révolution qui venait, a décidé de réitérer son coup de janvier 2011, lorsque devant la menace d’une grève générale, elle avait décidé de laisser tomber Moubarak.

Mais il y a plusieurs différences importantes entre aujourd’hui et il y a deux ans.
D’une part Morsi avait été élu et la rue vient de démettre un président élu. Ce qui est quelque chose qui ne s’oublie pas. Moubarak était un dictateur classique avec des élections bidons. Morsi était aussi un dictateur, les élections qui l’ont mené au pouvoir étaient truquées mais beaucoup de gens avaient eu le sentiment de participer à une véritable élection démocratique, en tous cas en comparaison avec ce qui se faisait auparavant. Renverser un président élu par la rue, car même si c’est l’armée qui met la dernière main, c’est le mouvement populaire qui a fait l’essentiel, c’est légitimer la révolution conte les élections. C’est dire : si vos élus ne tiennent pas leurs promesses, vous n’êtes pas obligés d’attendre les prochaines élections, vous pouvez les renverser avant. C’est vous le vrai pouvoir, le peuple, la rue, la révolution. C’est pour ça que les USA sont gênés d’abandonner un président élu.  Ils légitimeraient ainsi tout ça. Donc aussi pour ailleurs: partout dans le monde vous pouvez renverser ceux que vous avez élu et qui vous trompent. Ca fait du monde. Et si on pense à la Turquie, le Brésil, la Tunisie, la Bulgarie, le Chili, la Bosnie, la Grèce, l’Espagne, l’Italie et tellement d’autres, ça risque de ne pas tomber dans les oreilles de sourds.

Lire la suite

Egypte, 1er juillet, 19 h 00, coup d’Etat militaire et manifestations de masse

Egypte, 1er juillet, 19 h 00, coup d’Etat militaire et manifestations de masse

Les gens dansent sur la place Tahrir, les hélicoptères militaires passent très bas avec d’immenses drapeaux égyptiens et des ballons et les pilotes saluent la foule, les gens hurlent leur joie et crient maintenant « le peuple et l’armée sont une seule main« , la place et les rues devant le palais présidentiel sont également pleines de gens dont certains demandent à l’armée d’intervenir tout de suite pas dans 48 H. Mais ce n’est pas parce que la foule applaudit au soutien de l’armée qu’elle souhaite un retour au pouvoir de l’armée et un régime anti-démocratique.  De grosses manifestations commencent à Mahalla, Sharqeya, Port Saïd, Monofeya et d’autres villes. Il semblerait que des troupes de l’armée se soient saisies de l’aéroport, où ils ont arrêté des dirigeants des Frères Musulmans qui fuyaient, et de la TV d’Etat. La maison du multi milliardaire et véritable homme fort des Frères Musulmans, Kairat al-Shaker a été brûlée par la population pendant que ses gardes du corps ont été arrêtés par l’armée. Le ministère de l’intérieur déclare qu’il ne prendra aucune mesure contre les policiers qui manifesteront. Un compte à rebours de 48 h commence à s’égrener sur certaines télés privées. 10 ministres ont démissionné, les gouverneurs de Damiette et Ismailiya également. Tamarod annonce qu’il ne participera pas aux négociations entre partis demandées par l’armée pour trouver une solution à la demande du peuple. Les procureurs viennent de demander au procureur général de démissionner. Des annonces de meetings et conférences de presse des partis se multiplient ce soir. Des rumeurs disent que Morsi proposera ce soir un référendum « dois-je rester ou partir ?« 

Lire la suite