Archives de Tag: misère

Vidéo : Colère des ouvriers et des chômeurs à Tuzla

Nouvelle journée de protestation à Tuzla, principale ville industrielle de Bosnie-Herzégovine, où ouvriers licenciés et jeunes chômeurs manifestent contre la bourgeoisie maffieuse et le gouvernement à son service. Selon RIA Novosti, on comptait jusqu’à 13.000 manifestants ce vendredi 7 février. Le gouvernement local a été pris d’assaut et incendié sous les applaudissements de la population.

Publicités

Bosnie-Herzégovine : La population attaque les bâtiments du pouvoir dans plusieurs villes

Belga, 7 février 2014 :

Des manifestations contre la pauvreté et le chômage ont tourné à l’émeute vendredi en Bosnie, où des manifestants ont saccagé les sièges des administrations régionales à Tuzla (nord-est) et à Sarajevo.

Bâtiment du gouvernement à Tuzla, 7 février. Sur le mur on peut lire "Ostavke svi ! Smrt nacionalizmu !" (Qu'ils dégagent tous ! Mort au nationalisme !)

Bâtiment du gouvernement à Tuzla, 7 février. Sur le mur on peut lire : »Ostavke svi !
Smrt nacionalizmu ! »
(Qu’ils dégagent tous ! Mort au nationalisme !)

Ces manifestations, pour la troisième journée consécutive, sont d’une ampleur sans précédent dans cette ex-république yougoslave qui, il y a trente ans jour pour jour, accueillait les Jeux olympiques d’hiver.

Elles illustrent l’exaspération de la population face à une classe politique engluée dans des querelles politiciennes et incapable de redresser une économie sinistrée, depuis la fin de la guerre intercommunautaire de 1992-95.

Lire la suite

L’austérité pourrait paupériser jusqu’à 25 millions d’Européens

Le Monde, 13 septembre 2013 :

L’Europe se serre la ceinture et cela va faire très mal aux plus démunis, dit l’ONG Oxfam qui a publié jeudi 12 septembre à Bruxelles un rapport dénonçant « le piège de l’austérité ».

La mécanique telle qu’elle est décrite est infernale. Pour éponger les déficits et les dettes que ceux-ci génèrent, les gouvernants ont taillé depuis 2009 dans leurs dépenses : les budgets des systèmes de protection sociale grec, letton, portugais et roumain ont été amputés de plus de 5 % en 2001 ; 1,1 million d’emplois de fonctionnaires ont été supprimés en Grande-Bretagne ; les salaires de la fonction publique ont reculé en Grande-Bretagne, au Portugal et en Espagne.

Lire la suite

Afrique du Sud: explosion de colère dans un bidonville de Soweto

RFI, 12 septembre 2013 :

Plus de 200 personnes ont été arrêtées mercredi 11 septembre à l’issue d’une manifestation à Soweto, dans la banlieue de Johannesburg. Environ un millier de manifestants protestaient contre les mauvais services publics dans leur bidonville. La marche a quelque peu dégénéré lorsque les manifestants en colère ont détruit la bibliothèque du quartier, brûlé des pneus et jeté des pierres sur les forces de l’ordre. La police est alors intervenue à coup de gaz lacrymogènes et de balles en caoutchouc.

Protea Glen est ce qu’on appelle un habitat « informel » c’est-à-dire un bidonville, à l’ouest de Soweto. Ici il n’y a pas d’eau courante et les 1000 habitants du quartier se partagent 20 latrines.

Lire la suite

Faute de financement, 360 sans-abris risquent de retrouver la rue à Clermont-Ferrand

L’Humanité, 2 septembre 2013 :

Quelque 360 personnes dont plus de 150 enfants ont dû quitter, ce lundi 2 septembre, les hôtels où elles bénéficiaient d’un hébergement d’urgence à Clermont-Ferrand. En cause, un financement insuffisant des pouvoirs publics selon l’association chargée de les loger.

Le conseil d’administration de l’ANEF, l’association gestionnaire du 115 dans le Puy-de-Dôme n’est plus en état d’assurer le financement de l’hébergement d’urgence, dont elle a la charge dans le cadre d’une convention avec l’Etat, le conseil général du Puy-de-Dôme et l’agglomération clermontoise et a donc décidé de ne plus payer, à compter du 2 septembre, les hôteliers assurant ces hébergements indique son directeur général, Gilles Loubier. ‘Depuis janvier 2013, l’Etat ne nous a remboursé que 5% environ des 350.000 euros par mois que nous avons engagés pour loger ces personnes », précise-t-il, « nous ne pouvons plus continuer car ce serait mettre en danger la survie de l’association et de ses 110 salariés ». Outre l’hébergement d’urgence, l’ANEF gère également une quinzaine d’établissements et services spécialisés dans la protection de l’enfance et l’insertion sociale et professionnelle par le logement, à Clermont-Ferrand, Riom et Vichy. « Si on continue ainsi, ce sont tous les services de l’association qui vont être mis à mal, faute de trésorerie, et on ne pourra pas payer les salaires de septembre », ajoute le directeur général de l’ANEF.

Lire la suite

Saint Etienne : des enfants et une femme enceinte ont à nouveau dormi dans la rue

Le Progrès, 25 août 2013 :

Une soixantaine de personnes évacuées du « squat Colette » jeudi ont passé une nouvelle nuit dans la rue. Autour de ces personnes, dont une femme enceinte et des enfants, la solidarité s’organise.

« Elle est enceinte de sept mois et elle dort dehors ! » Dans un français hésitant, les amis de Diane Novasardova s’énervent. Cette jeune femme, assise sur une chaise au milieu de sacs de nourriture, semble mal en point.
« C’est totalement illégal »

Un Stéphanois venu soutenir les familles expulsées de l’immeuble rue Colette, jeudi, se met également en colère. « C’est totalement illégal ! Le code de la famille et de l’action sociale affirme qu’une personne comme Diane devrait avoir un toit ».

Lire la suite

Besançon : Un toit pour la famille Apimanovic

La famille Apimanovic, qui a fuit la guerre et les nationalismes qui ont ensanglanté la Bosnie-Hezégovine, vit depuis cinq ans dans le quartier de Planoise à Besançon, quartier où sont scolarisés les enfants. En avril, la famille, dont cinq enfants, était sous le coup d’une expulsion et a donc perdu le logement qui lui était attribué en tant que demandeurs d’asile. Depuis, Madame Apimanovic a été régularisée. Pourtant, depuis quatre mois, le couple et ses cinq enfants vivent dans deux camionnettes devant le 20 rue de Cologne à Planoise.

19_famille_logee_dans_camion_p-mix

L’exemple de cette famille n’est malheureusement pas un cas isolé : selon les statistiques officielles, 141 500 personnes, dont 30 000 enfants, sont actuellement à la rue en France, un des pays les plus riche du monde, un pays où les 500 plus grosses fortunes se sont enrichies de 25% en un an. Rien qu’à Besançon, selon la Préfecture, le dispositif d’hébergement d’urgence est saturé, et une centaine de personnes sont sur liste d’attente.

Lire la suite