Archives de Tag: milices patronales

Indonésie : Retour sur la grève des 31 octobre et 1 novembre

IndustriALL, 8 novembre 2013 :

Les manifestations nationales organisées le 31 octobre et le 1er novembre ont rassemblé 1,5 million de travailleurs et travailleuses en Indonésie. Bien que certaines revendications aient été satisfaites, les protestations ont pris fin dans la violence dans certaines parties du pays.

Manifestation ouvrière à Jakarta

Manifestation ouvrière à Jakarta

Les travailleurs et travailleuses demandaient une hausse de 50 pour cent du salaire minimum, la mise en place d’un système national de sécurité sociale, sans exception, au 1er janvier 2014 au lieu d’une application graduelle d’ici 2019, l’abolition de l’externalisation, la mise en application d’une loi sur le personnel domestique et l’abrogation de la loi sur les organisations de masse. La grève a permis d’obtenir de certains gouvernements à l’échelon local la promesse d’une augmentation du salaire minimum entre 30 et 40 pour cent. Cependant, le gouverneur de Jakarta a opté pour une hausse de seulement 9 pour cent.

Lire la suite

Mondelez annonce la fermeture immédiate d’une usine au Liban…en présence d’hommes en armes!

Campagne de l’UITA – Fédération syndicale mondiale des travailleurs de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de l’hôtellerie, 3 juillet 2013 :

Le 17 mai, plus de 100 travailleurs/euses employés par Mondelez à Beyrouth ont appris que leur usine allait fermer et qu’ils allaient tous être au chômage. La production doit être transférée en Égypte, où les coûts de production sont moindres, et où, l’an dernier, la société a licencié cinq dirigeants syndicaux d’Alexandrie et brisé le syndicat.

Le syndicat de Cadbury Adams, qui depuis des mois demandait des explications à propos des stocks anormalement bas et du faible niveau de production, a reçu pour toute réponse que tout était en ordre et qu’il n’y avait rien à craindre.
Le 17 mai, les travailleurs/euses ont été convoqués à la cafétéria de l’usine et, en présence d’hommes en armes, ils ont été informés que l’usine allait fermer et qu’ils toucheraient leur dernier salaire le 19 juin. La direction a insisté pour convaincre les dirigeants syndicaux que l’embauche d’hommes armés était une pratique courante lorsque la fermeture d’une usine est annoncée!

Lire la suite

Tunisie : Milices patronales contre les travailleurs de la Coficab

Business News, 3 mai 2013 :

La Confédération générale tunisienne du travail (CGTT) a dénoncé, dans un communiqué parvenu à Business News ce vendredi 3 mai 2013, des agressions et l’entrave au droit syndical dans la Société Coficab (du groupe Elloumi), annonçant qu’elle va porter plainte contre son propriétaire.

En effet, le syndicat dénonce l’usage de la force, des agressions, l’utilisation de gaz lacrymogène, de bâtons et de Taser (pistolet à impulsion électrique) par des milices payées par le propriétaire de la Société Coficab pour empêcher les employés de la société de faire la grève. Le syndicat de base de la Coficab a dû recourir au service d’un huissier notaire pour constater les faits.

Rappelons que la CGTT avait décrété une grève de 8 jours pour les employés de la Coficab qui a commencé ce vendredi 3 mai et continue jusqu’au 10 mai courant.

Des ouvriers bangladeshis qui manifestaient agressés en Grèce

Euronews, 18 avril 2013 :

En Grèce, des travailleurs agricoles étrangers ont fait l’objet mercredi d’une fusillade parce qu’ils réclamaient leur salaire impayé. La majorité des 200 salariés sont originaires du Bangladesh. Les trois superviseurs de l’exploitation leur ont tiré dessus à balle réelle: sept sont encore à l’heure actuelle hospitalisés.

“Nous devons arrêter de fermer les yeux là-dessus, nous devons arrêter de feindre d’ignorer de tels actes. Nous devons réagir ensemble aux politiques qui sont contre les travailleurs.” dit un manifestant solidaire de la cause des migrants.

Le propriétaire avait promis leur salaire aux travailleurs plus tôt dans la journée. Certains réclamaient même six mois d’arriérés. Manolada, où s’est produite la fusillade est un haut lieu de la production de fraises. La surexploitation et les violences contre les saisonniers sont malheureusement récurrentes dans la région.

Lire la suite

Corse : Les « truands du patronat » reprennent du service

Corsica Informazione, 11 octobre 2012 :

Pour casser la grève, un entrepreneur de Corse-du-Sud mobilise des gros bras, armés de matraques et de battes. Tout était tranquille, le 2 octobre, à Baleone, dans les environs d’Ajaccio (Corse-du-Sud). Un piquet comme tant d’autres.

Une douzaine d’ouvriers (sur 44 salariés, au total) de la Société des granulats et bétons de Corse (SGBC), une joint-venture entre Colas (filiale de Bouygues) et le groupe Mocchi (une entreprise familiale basée à Propriano) sont en grève, à l’appel de la CGT, pour obtenir la transformation en CDI des contrats de trois intérimaires employés sur le site. Après quelques jours de conflit, alors que des collègues de ­Corsovia, une autre filiale de Bouygues, sont présents pour soutenir le mouvement, une négociation sous l’égide des pouvoirs publics doit enfin s’ouvrir.

Lire la suite

Corse du Sud : Une agression inqualifiable contre des grévistes !

Communiqué CGT, 4 octobre 2012 :

Dans le département de Corse du Sud, un conflit social a débuté le mercredi 26 septembre 2012 à la société des Granulats et Bétons de Corse dont les actionnaires sont la société COLAS et le groupe MOCCHI, un acteur économique local.

Les salariés revendiquaient l’embauche de trois salariés en CDI dans une entreprise qui emploie de manière habituelle des salariés intérimaires. Après trois jours de grève, les salariés de la CORSOVIA, une autre filiale de la société COLAS sont aussi entrés en conflit et ont bloqué l’entreprise.

Sous l’égide du secrétariat général de la Préfecture et de la Direction Départementale du Travail, une réunion de négociation était organisée le mardi 2 octobre 2012 à 16h00 afin, de trouver une issue au conflit.

Lire la suite