Archives de Tag: Marine Harvest

Multiplication des plans de licenciements

Les Echos, 22 novembre 2013 :

Entre janvier et septembre, le nombre de plans sociaux est reparti à la hausse, avec 736 plans recensés , soit 16% de plus que sur la même période en 2012.

De Gad à La Redoute, en passant par FagorBrandt, Alcatel-Lucent et désormais Mory Ducros , où des milliers d’emplois sont dans la balance, voici les principales entreprises concernées par la vague de plans sociaux (ou des menaces sur l’emploi) qui déferle sur l’Hexagone depuis le début de 2013.

Entre janvier et septembre, le nombre de plans sociaux est reparti à la hausse, avec736 plans recensés, soit 16% de plus que sur la même période en 2012. Voici les principaux:

Lire la suite

Publicités

Marine Harvest : assemblée générale à 14h30

Le Télégramme, 13 novembre 2013 :

Poullaouen : Le mouvement de grève se poursuit chez Marine Harvest. Hier, les négociations entre la direction et les représentants du personnel ont duré plus de 6 h à Poullaouen (29). Une assemblée générale aura lieu aujourd’hui, à 14h30, pour informer les salariés de l’avancée des discussions.

De son côté, la direction du numéro 1 mondial du saumon évoque un « dialogue constructif ». Hier, en bloquant le site d’expédition de Plouénan en plus de celui de Poullaouen, les salariés grévistes ont mis un peu plus la pression. Ils ont en effet contraint l’entreprise a stoppé temporairement la production à l’usine de Landivisiau.

Tous ensemble contre le chômage et les licenciements

Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Alors que le taux de chômage ne cesse d’augmenter, nous apprenons chaque jour une nouvelle fermeture d’usine, un nouveau plan de licenciement ou de nouvelles suppressions de postes.

Goodyear7.11

Face au rouleau compresseur patronal contre l’emploi, les travailleurs se battent. A La Redoute, où 700 emplois sont menacés, 1.200 salariés ont manifesté dans les rues de Lille le 7 novembre ; le même jour, les ouvriers ont bloqué l’usine Goodyear d’Amiens-Nord, alors que le PDG de Titan a annoncé être prêt à racheté l’usine mais en licenciant tous les ouvriers ; dans l’agroalimentaire, les travailleuses et travailleurs résistent par la grève contre la fermeture de leurs usines que ce soit à la conserverie Val-d’Aucy à Ciel, en Saône-et-Loire, ou à l’usine Marine Harvest de Poullaouen. En Alsace, ce sont les ouvriers de BASF qui se mobilisent contre les suppressions d’emploi. Les salariés de France Télévisions se sont mis massivement en grève le 7 novembre.

Lire la suite

Poullaouen : Le personnel de Marine Harvest en grève illimitée

Ouest France, 4 novembre 2013 :

Le comité central d’entreprise qui se tenait ce matin à l’usine Marine Harvest de Poullaouen a débouché sur une grève.

« La direction a confirmé son intention de fermer le site de Poullaouen. Une fermeture en deux étapes : la production et les services administratifs le 31 mai 2014, les expéditions le 31 décembre 2015 », indique Michel Crespin, représentant CGT du personnel. « Il a également été annoncé qu’il n’y aurait aucune suppression d’emploi à Landivisiau et que le nombre d’offres de reclassement de Poullaouen vers le siège de Landivisiau était porté de 64 à 80. » Avec une prime de 15 000 € pour chaque salarié qui accepterait cette mutation.

Lire la suite

Plus de 3 000 manifestants à Carhaix pour l’emploi et contre la loi de l’argent

L’Humanité, 2 novembre 2013 :

À l’appel de la CGT, FSU et Solidaires et soutenue par le Front de gauche et les Verts, la manifestation pour l’emploi à Carhaix (Finistère) s’est déroulée dans le calme. À Quimper, des incidents ont eu lieu entre les « bonnets rouges » et les forces de l’ordre.

Alors que tous les yeux sont braqués sur la manifestation des « bonnets rouges », soutenue par la droite, l’extrême-droite et le Medef, une autre manifestation avait lieu dans le Finistère, à l’appel des syndicats CGT, FSU et solidaires et soutenue par le Front de gauche et les Verts. Plus de 3 000 personnes selon l’intersyndicale, ont défilés dans les rues de Carhaix dans le calme et la bonne humeur pour dénoncer la casse sociale organisée et le dumping social, particulièrement dans la filière agrolimentaire.

Lire la suite

CARHAIX. Marine Harvest. Paroles de femmes salariées

Qu’elles aient trois ans ou 30 ans d’ancienneté, les femmes salariées de Marine Harvest éprouvent émotion et colère. Certaines ressentent un sentiment de révolte. D’autres sont prêtes au combat. Quant à leur avenir, il s’inscrit pour l’instant en pointillé. 

Marine Harvest. Paroles de femmes salariées. Vendredi soir, près de 600 personnes se sont réunies pour discuter d'un plan de bataille.

Marine Harvest. Paroles de femmes salariées.
Vendredi soir, près de 600 personnes se sont réunies pour discuter d’un plan de bataille.

Tanisha Cope, 23 ans, Poullaouen. « C’est ma troisième saison. Si on commence à fermer tout l’agroalimentaire dans l’ouest de la Bretagne, on se demande où on va pouvoir aller bosser. À Socopa ou à Bretagne Saumon? Je ne vois rien d’autre. À moins d’aller comme saisonnière dans le Nord-Finistère, où il y a des légumes. J’habite sur Poullaouen mais je fais construire à Carhaix. J’ai deux enfants. Heureusement que mon mari travaille chez DS Smith Packaging (ex-Otor). Mais il nous faut deux salaires, sinon pour nous, la vie est impossible. »

Lire la suite

Journée de mobilisation des travailleurs de l’agro-alimentaire en Bretagne

Ouest-France, 15 octobre 2013 :

Après le séisme provoqué par la suppression de près de 900 emplois à l’abattoir Gad de Lampaul-Guimiliau (Finistère), les salariés de plusieurs entreprises agroalimentaires visées ces derniers mois par des plans sociaux sont mobilisés pour défendre leur secteur en pleine détresse. Quelque 300 salariés de l’agroalimentaire ont bloqué jusqu’en fin de matinée l’aéroport de Brest, symbole de l’économie en Bretagne, pour protester contre les lourds plans sociaux frappant leur secteur. Ils ont ensuite pris la direction de Morlaix.

10 h 30

Après une opération escargot menée sur la voie-express entre Morlaix et Brest, ils ont bloqué le rond-point d’accès à l’aéroport. Les 250 manifestants se sont ensuite dirigés vers le tarmac de l’aéroport.

Lire la suite