Archives de Tag: Marikana

Commémoration du massacre de Marikana

Trois ans après le massacre de 34 mineurs en grève par les forces de répression le 16 août 2012, une cérémonie, organisée par le syndicat AMCU, a eu lieu ce dimanche sur les lieux de la tuerie.

Lire la suite

Publicités

Commémoration du massacre de Marikana

BBC, 16 août 2015 :

L’Afrique du Sud a commémoré dimanche le massacre de Marikana durant lequel 34 mineurs en grève avaient été tués par la police le 16 aout 2012.

Trois ans après, les familles des victimes attendent toujours que justice soit faite.

Aucun policier incriminé n’a été poursuivi en justice.

Lire la suite

Afrique du Sud: le massacre de Marikana, trois ans après

PressAfrik, 16 août 2015 :

Trois ans après le drame de Marikana, deux plaintes viennent d’être lancées contre le gouvernement sud-africain. Les familles de 37 mineurs morts en 2012 ont porté plainte au civil contre le ministre de la Police. Elles demandent une compensation financière pour le traumatisme qu’elles ont subi, et pour la perte d’un soutien financier souvent essentiel à la vie de leur foyer.

Le ministre de la Police a estimé que cette plainte était légitime et nécessaire pour clore le deuil des familles. Une autre procédure a été lancée dans la foulée par plus de 300 mineurs, arrêtés ou blessés par la police au cours de la grève de 2012. Ils attaquent en justice la présidence, le ministre de la Police et le parquet sud-africain. Les plaignants demandent des compensations s’élevant au total à plus de 140 millions d’euros.

Lire la suite

Afrique du Sud: les victimes de Marikana réclament une indemnisation

AFP, 30 juin 2015 :

Les familles des mineurs abattus, blessés et arrêtés par la police à la mine sud-africaine de Marikana en 2012, déçues par le rapport de la commission d’enquête, vont demander un dédommagement en justice, a indiqué lundi un avocat.

afrikdusud_LONGfr

«Nous avons jusqu’au 16 août (date anniversaire de la tuerie, ndlr) pour déposer une plainte au civil contre l’Etat et nous allons le faire», a déclaré Dali Mpofu, l’avocat de grévistes blessés lorsque la police avait réprimé à balles réelles un rassemblement de mineurs, en grève pour arracher des hausses de salaires près d’un gisement de platine à Rustenburg (nord).

Lire la suite

Tuerie de Marikana : l’opération policière «n’aurait pas dû avoir lieu»

La Presse, 25 juin 2015 :

La commission d’enquête judiciaire sur la tuerie de la mine sud-africaine de Marikana a recommandé de confier au parquet une enquête criminelle contre la police, qui a tué 34 mineurs en grève le 16 août 2012, dans une opération mal préparée «qui n’aurait pas dû avoir lieu».

«La commission recommande une enquête exhaustive sous la direction du parquet (provincial) dans le but de déterminer la responsabilité criminelle des agents de la police nationale impliqués dans les incidents», a indiqué le président sud-africain Jacob Zuma, qui a donné lecture en direct à la télévision d’un résumé du rapport d’enquête de 600 pages sur ce massacre qui a traumatisé l’Afrique du Sud.

Lire la suite

Afrique du Sud: le rapport sur le massacre de la mine de Marikana remis mardi

AEM – AFP, 30 mars 2015 :

Le rapport de la commission d’enquête sur le massacre de la mine de Marikana, la pire fusillade policière en Afrique du Sud depuis la fin de l’apartheid avec 34 mineurs abattus en 2012, sera remis mardi au président Jacob Zuma, a annoncé la commission.

Afriksudfr2

« La commission remettra son rapport demain (mardi) au président, il n’y a pas de cérémonie formelle organisée », a indiqué à l’AFP M. Phuti Setati, secrétaire de la commission, sans pouvoir indiquer dans quel délai le rapport sera rendu public.

Lire la suite

Anniversaire du massacre de Marikana: toujours la même soif de justice

RFI, 16 août 2014 :

L’Afrique du Sud commémorait ce samedi 16 août 2014 le massacre de Marikana. Il y a deux ans, 34 mineurs en grève illégale avaient été abattus par la police. Une cérémonie d’hommage a eu lieu dans la région minière du nord-ouest sud-africain.

Aucun membre du gouvernement n’avait été invité, mais les partis d’opposition – notamment l’EFF de Julius Malema – ont fait le déplacement. La cérémonie et les discours, très politiques, n’ont été que très partiellement retransmis à la télévision.

Lire la suite