Archives de Tag: Manesar

Inde. Soutenons les grévistes de la faim, obtenons la libération des 157 ouvriers injustement emprisonnés

maruti500

Les ouvriers des usines d’automobiles Maruti-Suzuki ont décidé une escalade dans leur lutte pour la justice en lançant une protestation assise (sit-in) et grève de la faim à durée indéterminée à compter du 18 juillet 2013.
Ils protestent contre l’emprisonnement depuis une année et sans signe de libération, de 157 de leurs camarades, de mandats d’arrêt contre 66 autres et le licenciement par la compagnie, de 2 300 d’entre eux au prétexte de cette grève.

Pour les ouvriers de l’usine Maruti Suzuki en Inde, le 18 juillet marque un anniversaire indésirable, chargé d’anti-syndicalisme manifeste de la part de la police et des autorités locales. Une grève de la faim est prévue pour tenter de mettre fin à la répression.

Pour les ouvriers de l’usine Maruti Suzuki en Inde, le 18 juillet marque un anniversaire indésirable, chargé d’anti-syndicalisme manifeste de la part de la police et des autorités locales. Une grève de la faim est prévue pour tenter de mettre fin à la répression.

Lors des violences du 18 juillet dernier, un directeur de l’usine Manesar de Maruti Suzuki India Limited (MSIL) est décédé. 157 travailleurs sont détenus en prison depuis cette date sans pouvoir bénéficier d’une libération sous caution. Un mandat d’arrêt sans caution possible a été délivré contre 66 autres. En tout, 2 300 travailleurs et travailleuses ont perdu leurs emplois, et cela fait un an que des milliers de familles se trouvent dans une situation désespérée au plan économique comme au plan affectif.
Lire la suite

Manesar : Lutte des ouvriers de Maruti Suzuki pour la liberté syndicale

Le Courrier International, 25 octobre 2011 :

A l’usine de Manesar, les ouvriers de Maruti Suzuki, premier constructeur automobile indien, ont fait grève pendant deux semaines en octobre. (…)

Manifestation des ouvriers de Maruti Suzuki, le 13 octobre à Manesar

Naresh, 25 ans, est ouvrier à l’usine Maruti Suzuki de Gurgaon (à environ 18 km au nord de Manesar) qui a également participé au mouvement social. Cet après-midi, il évoque avec nous le film de Charlie Chaplin, Les Temps modernes. Dans ce film de 1936, Chaplin incarne un ouvrier employé sur une chaîne de fabrication. Même lorsqu’il va aux toilettes, ses mains continuent d’exécuter le même geste, dans une sorte de réflexe pavlovien, et il va jusqu’à le reproduire sur les boutons de la jupe d’une dame, qu’il serre comme des boulons.

Cela ne fait pas rire Naresh. « Oui, j’ai vu le film, et oui, il pointe bien les choses : nous travaillons sur des machines, mais nous ne sommes pas des machines. » Naresh insiste : il ne veut pas se laisser déshumaniser. En avril 2010, Naresh avait été élu employé du mois de Maruti Suzuki. En juin dernier, il [a participé à un mouvement de grève] et s’est fait renvoyer. Puis il a fait partie des employés réintégrés après la grève de septembre. Mais quelques jours plus tard, il a été de nouveau suspendu. En octobre, les ouvriers se sont de nouveau mis en grève, pour réclamer la réintégration de leurs collègues.

Lire la suite

Inde : Lutte et répression dans les usines Suzuki de Manesar

FIOM (Fédération Internationale des Organisations de travailleurs de la Métallurgie), 12 octobre 2011 :

Inde : Une fois de plus, les salariés de Maruti Suzuki à Manesar se sont mis en grève, le 7 octobre, à partir de 16 heures, pour exiger la réintégration du personnel contractuel. La grève a été provoquée par la poursuite du lock-out de l’entreprise et par les agressions des hommes de main embauchés par l’entreprise pour s’attaquer au personnel contractuel. Un coup de feu a été tiré le 9 octobre.

Le 30 septembre, un accord a été conclu entre Maruti Suzuki et les grévistes. Les travailleurs ont accepté de reprendre le travail et la direction a accepté de son côté à ne pas se livrer à des actes de vengeance envers les salariés. Les parties ont également convenu de régler leurs différends par la négociation et de respecter les droits fondamentaux de chacune des parties.

Lire la suite