Archives de Tag: Lyon Saint-Exupéry

Aéroports : malgré les AG, des syndicats signent un accord avec le patronat

France Infos, 26 décembre 2011 :

Ce matin, les agents grévistes de Roissy et de Lyon Saint-Exupéry ont reconduit leur mouvement, pour la 11ème journée consécutive, dans le but d’obtenir une hausse de salaire de 200 euros mensuels. pourtant, cet après-midi, les fédérations FO, CFTC, CFDT et Unsa ont décidé d’accepter les propositions du patronat, qui offre aux agents une prime annuelle de 1.000 euros.

Les salariés réclamaient une augmentation de salaires. Les syndicats, eux, acceptent de se contenter d’une prime annuelle. La grève des agents aéroportuaires aboutit à une dissension entre la « base » et les responsables syndicaux. Ce matin, lors d’assemblées générales, les agents grévistes de Roissy Charles-de-Gaulle et de Lyon Saint-Exupéry ont voté à main levée la poursuite du mouvement pour la 11ème journée consécutive, malgré le peu d’enthousiasme de certains syndicaux.

Lire la suite

Sûreté aéroportuaire : Le gouvernement cherche à briser la grève, la lutte continue

Pour tenter de briser la grève des agents des sociétés de sécurité aéroportuaire, le gouvernement a commencé à déployer policiers et gendarmes dans les aéroports (voir le communiqué de la CGT et celui de l’Initiative Communiste-Ouvrière). Selon une dépêche AFP du 22 décembre, « des effectifs de la police aux frontières (PAF) se sont substitués à des agents de sûreté au terminal 2F de l’aéroport de Roissy, plus touché par la grève débutée le 16 décembre par les agents de sûreté qui réclament une augmentation de salaire de 200 euros brut et de meilleures conditions de travail, a constaté une journaliste de l’AFP. »

Roissy, 22 décembre...

Mais malgré les intimidations et les attaques contre le droit de grève du gouvernement, la lutte des travailleuses et travailleurs de la sécurité aéroportuaire continue.

Lire la suite

Cinquième jour de grève dans la sécurité aéroportuaire

La lutte des travailleuses et travailleurs de la sécurité aéroportuaire continue pour les salaires et les conditions de travail. Payés entre 1.100 et 1.400 euros par mois, les salariés de Brink’s, de Securitas, d’ICTS, etc. qui sous-traitent la sécurité pour les compagnies aériennes et les aéroports continuent leur lutte à Roissy, Lyon – Saint Exupéry et Toulouse Blagnac, alors que la grève s’étend à Mulhouse, Nice et Rennes.

Quelques vidéos de la grève :

  • Toulouse-Blagnac, 19 décembre :

  • Roissy – 18 décembre

Lire la suite

Quatrième jour de grève des travailleurs de la sécurité aéroportuaire

Le Monde, 19 décembre 2011 :

Un mouvement de grève d’agents de sécurité perturbait, lundi 19 décembre, pour le quatrième jour d’affilée le trafic aérien à Paris, où les voyageurs doivent s’attendre à des retards, et à Lyon, où 30 % des vols sont annulés.

Après un échec des discussions entre les grévistes et le patronat des entreprises de sûreté, dimanche, une nouvelle réunion a été annulée lundi, a annoncé le Syndicat des entreprises aéroportuaires (SESA) en fin de matinée. « Afin de débloquer la situation, le SESA a proposé aux organisations syndicales une réunion de négociation conditionnée à la reprise du travail. Les organisations syndicales ayant refusé de lever leurs préavis de grève, cette réunion a été annulée », a indiqué un communiqué.

Lire la suite

Echos de la lutte des travailleurs de la sécurité aéroportuaire

En grève depuis le vendredi 16 décembre, les travailleurs des entreprises de sécurité aéroportuaire continuent leur lutte pour les salaires. Quelques échos tirés de la presse du dimanche 18 :

  • Aéroport Toulouse-Blagnac :

Même si les avions sont partis et arrivés sans trop de retard tous les agents de sécurité de l’aéroport, une soixantaine de salariés de l’ICTS étaient bien en grève. Comme leurs collègues lyonnais, ils réclament l’ouverture de négociations sur les salaires et les conditions de travail. Hier matin, revêtus de gilets aux couleurs de leurs syndicats, les manifestants avaient ressorti les vuvuzelas et faisaient du tapage au milieu des vacanciers en partance. La police des frontières est intervenue pour interdire les instruments sonores et les grévistes se sont confinés dans une salle au fond du Hall B.

Lire la suite