Archives de Tag: Lvov

Ukraine : Résistance des femmes contre la guerre

Dans l’Ouest de l’Ukraine, des mères de soldats s’opposent à ce qu’on envoie leurs enfants à la boucherie.

Vidéo : Pères et mères de soldats bloquent l’envoi de leurs enfants à la guerre (Yavoriv, 2 juin 2014, en russe)

Lire la suite

Publicités

Déclaration sur la situation en Ukraine du Syndicat Autonome des Travailleurs

Au delà des divergences, il nous semble intéressant de publier ce que peuvent écrire des groupes d’extrême-gauche, marxistes ou anarchistes, sur la situation qu’ils vivent dans leurs pays. Aussi, nous publions ici une déclaration du groupe de Kiev du Syndicat Autonome des Travailleurs, organisation anarcho-syndicaliste, sur les récents événements en Ukraine. Sans forcément en partager tous les points, ce texte nous semble intéressant pour tenter de comprendre la situation politique en Ukraine, alors qu’une bonne partie de l’extrême-gauche occidentale soit développe des théories dignes de celles des staliniens pendant la guerre froide, favorables au régime ukrainien actuel et à Poutine, soit fait preuve d’un optimisme démesuré en saluant une « révolution démocratique » alors qu’on ne voit aucune intervention de la classe ouvrière en tant que telle (voir à ce propos l’interview, en anglais, d’un syndicaliste révolutionnaire ukrainien).

Déclaration sur la situation en Ukraine du Syndicat Autonome des Travailleurs, 19 février 2014 :

La guerre civile a commencé hier en Ukraine. Une manifestation pas si pacifique s’est confrontée aux forces de défense de l’Etat et à des divisions formées par les partisans de l’actuel gouvernement à côté de la  Vekhovna Rada (Parlement).Le 18 février, la police, ainsi que des paramilitaires, ont commis un bain de sang dans le quartier gouvernemental au cours duquel de nombreux manifestants ont été tués. Les bouchers des divisions spéciales ont achevé des personnes arrêtées. Les députés du parti au pouvoir, le Parti des Régions, et leurs laquais bourgeois du Parti « Communiste » d’Ukraine ont fuit le parlement par un tunnel sous-terrain. Le vote d’amendements constitutionnels, dont le but était de limiter le pouvoir présidentiel, n’a pas pu avoir lieu. Après leur défaite, les manifestants se sont retirés à Maidan. A 18 heures, le ministère des affaires intérieures et le Bureau de la Sécurité Interne (BSI) ont déclaré un ultimatum aux manifestants, leur demandant de se disperser. A 20 heures, les forces de police spéciales et les paramilitaires, équipés de canons à eau et de véhicules blindées, ont commencé leur raid contre les barricades. La police, les divisions spéciale du BSI, ainsi que les troupes pro-gouvernementales, ont utilisé leurs armes à feu. Cependant, les manifestants ont réussi à incendier un véhicule blindé de la police, et on s’est rendu compte que les forces gouvernementales n’étaient pas les seules à avoir des armes. Selon le communiqué publié par la police (le 19 février à 16 heures), 24 personnes ont été tuées : 14 manifestants et 10 policiers. 31 policiers ont été blessés par balles. Même si leur estimation du nombre de pertes du côté de la police est réel, celui des victimes parmi les manifestants est clairement minimisé. Les soignants de Maidan cite au minimum 30 tués.

Lire la suite