Archives de Tag: liberté syndicale

Egypte : Débat autour de la liberté syndicale

Al Ahram, 12 août 2016 :

Amendée par le parlement, la loi sur les syndicats ouvriers est au centre d’un débat. Elle est jugée par certains comme non conforme au principe de l’indépendance syndicale.

Le président de la République a ratifié les amendements intro­duits par le parlement sur la loi 35 de l’année 1976 relative aux syndicats ouvriers. En vertu de ces modifica­tions, le mandat du conseil d’admi­nistration de l’Union générale des syndicats ouvriers (organisme proche du gouvernement qui encadre les syndicats ouvriers) a été prolongé de 6 mois. La loi a aussi donné à l’ou­vrier au chômage le droit de rester membre du syndicat, une clause qui avait été annulée en 2012 par le biais d’un amendement sur la même loi sous le règne des Frères musulmans. En ce qui concerne les membres du conseil d’administration qui sont arri­vés à l’âge de la retraite, la loi stipule leur droit à poursuivre leur mandat. « Ces amendements introduits sur la loi sont procéduraux et ne satisfont pas aux véritables revendications ouvrières concernant la liberté des formations syndicales et le change­ment du système électoral. Ce conseil n’a jamais vraiment défendu les droits des ouvriers, et en vertu de la version amendée de la loi, les élec­tions longtemps attendues par les ouvriers seront reportées encore une fois », commente Kamal Abbas, mili­tant ouvrier et coordinateur général du Centre des services syndicaux. Il rappelle que le conseil d’administra­tion de l’union doit normalement être élu, mais le conseil en place depuis décembre 2011 a été nommé par l’as­semblée générale.

Lire la suite

Grève au restaurant Krowarzywa de Varsovie : Appel à la solidarité

Syndicat OZZIP, 26 juin 2016 :

Le lundi 20 juin, une grève a éclaté chez Krowarzywa, un restaurant populaire de Varsovie qui sert des burgers vegans. C’est l’aboutissement du conflit qui oppose les employé-e-s et les employeurs ces derniers mois. Ce conflit résulte des changements récemment opérés au sein de l’entreprise en parallèle à son développement. Les propriétaires ont récemment ouvert deux nouveaux restaurants et le troisième a été déplacé vers un local plus grand. Néanmoins, le succès de l’entreprise ne s’est pas traduit par de meilleures conditions de travail. C’est même le contraire : les employé-e-s ont une charge de travail plus lourde tandis que les contraintes et les salaires sont restés identiques. Les propriétaires ont lancé un message clair au personnel : plus aucune décision ne ferait l’objet d’une consultation préalable. Mettre en place la vidéo-surveillance sans le consentement, et même sans en avoir informé les employé-e-s, voici un exemple de cette nouvelle approche de la gestion des « ressources humaines ». Cet événement, ainsi que la peur d’être licencié, ont déclenché la constitution d’une section du syndicat « Initiative Ouvrière » le dimanche 19 juin. Le premier syndiqué a été licencié le même jour (même si son licenciement n’était pas officiellement lié à son appartenance syndicale, on le voit comme un signe avant-coureur d’autres licenciements dans un futur proche ; qui plus est, le licenciement s’est fait sans notification écrite et sans raison claire).

Le lendemain, les employé-e-s ont informé les patrons de la constitution du syndicat et ont remis la liste de leurs revendications. Outre la réintégration de leur collègue, ils exigeaient : la modification de la manière dont était calculé leur salaire (un taux horaire fixe en lieu et place d’un pourcentage des ventes), des contrats de travail garantis pour ceux qui sont employés de manière officieuse et via les « thrash agreements » (civic contracts) et la reconnaissance du syndicat.

Lire la suite

Besançon : Liberté syndicale chez KFC comme ailleurs !

Communiqué de l’UL CGT de Besançon :

Le 8 juin, les salariés du restaurant KFC de Châteaufarine à Besançon se sont massivement mis en grève dans le cadre d’un appel intersyndical départemental contre la loi travail et pour leurs revendications concernant les conditions de travail et le paiement des heures complémentaires.

Le lendemain, alors même qu’il demandait, avec le soutien de la CGT, la tenue d’élections des représentant du personnel, Paul, un salarié du restaurant militant CGT impliqué dans le mouvement contre la loi travail, a fait l’objet de cette mesure disciplinaire : mise à pied à titre conservatoire et convocation à un entretien préalable à un éventuel licenciement.

Lire la suite

4 fevrier 2016 : La CGT des Territoriaux de Bezons dépose un préavis de grève en soutien aux ex Goodyear

Préavis de grève des syndicats CGT et UGICT-CGT des TERRITORIAUX de Bezons

Bezons le 26 janvier 2016

Le mardi 12 janvier 2016, le Tribunal d’Amiens a rendu son jugement concernant nos huit camarades « ex Goodyear » poursuivis par le Procureur de la République pour « séquestration ». Le Procureur de la République a décidé de poursuivre nos huit camarades, alors même que l’entreprise avait abandonné toutes les plaintes.

Le juge vient de prendre la décision de suivre le Procureur de la République en condamnant huit représentants des salariés de Goodyear à vingt-quatre mois de prison dont neuf mois fermes ! Avec cinq années de mise à l’épreuve.

Lire la suite

SOAS (Londres) : Solidarité face à la répression antisyndicale

Sandy Nicoll, représentant du syndicat Unison à la SOAS (Ecole des Etudes Orientales et Africaines) de Londres, a été suspendu le 28 octobre 2015 sur la base de fausse allégations de la direction. Sandy Nicoll est un militant syndical de longue date, connu pour ses luttes en faveur des droits des ouvriers du nettoyage à la SOAS comme ailleurs. C’est un des principaux militants de la campagne « Justice for Cleaners » (« Justice pour les nettoyeurs »), campagne qui avait fini par obtenir une hausse de salaire pour les ouvriers du nettoyage à Londres.

soas4

Cette suspension intervient alors que la veille, des étudiants avait occupé le bureau de la direction de la SOAS pour dénoncer les coupes budgétaires et soutenir les agents de nettoyage, particulièrement touchés par les mesures d’austérité. Sandy Nicoll est accusé d’avoir aidé les étudiants à organiser cette occupation.

Lire la suite

Déclaration de l’UL CGT de Besançon suite à la mort du militant syndicaliste Shahrokh Zamani

L’Union Locale CGT de Besançon a appris la mort tragique de Shahrokh Zamani, militant syndicaliste membre du Syndicat des Peintres de Téhéran, en détention ce 13 septembre 2015. L’Union Locale CGT de Besançon tient tout d’abord à exprimer ses plus sincères condoléances à la famille, aux proches, aux amis et aux camarades de Shahrokh Zamani.

zamani

Sa condamnation, en 2011, à onze ans de prison pour ses activités syndicales était déjà une violation scandaleuse tant des droits humains que des libertés syndicales. La torture, les pressions et les privations de soins que notre camarade Shahrokh Zamani a subis en prison sont les causes de sa mort survenue le 13 septembre dernier. Aussi l’Union Locale CGT de Besançon dénonce les autorités de la République Islamique d’Iran comme responsables de la mort de notre camarade Shahrokh Zamani.

Lire la suite

Rassemblements du 23 septembre dans le Doubs

Le 23 septembre 2015, la CGT appelle à des rassemblements dans toute la France pour la défense des libertés syndicales.

libsynd

Dans le Doubs, les rendez-vous sont les suivants :

Voir le quatre pages CGT pour la défense des libertés syndicales : 4_pages-bd-2