Archives de Tag: Lénine

Marx et Lénine best-sellers à Téhéran

Selon une dépêche de l’agence INRA datée du 31 décembre 2015, on trouve plusieurs livres en référence à Marx et Lénine dans le top 10 des ventes des librairies de Téhéran de la deuxième quinzaine de décembre.

marx

Si les trois livres les plus vendus sont des romans (« Dans le Jardin de la bête » d’Erik Larson en tête, suivi par le dernier roman de Kevan Arizaghi et un recueil de nouvelles d’Isaac Bashevis Singer), la quatrième place revient à un recueil de textes philosophiques de Lénine sur Hegel, suivi de deux livres sur Marx traduits de l’anglais : le livre de Peter Hudis « La conception de Marx de l’alternative au capitalisme » (Marx’s Concept of the Alternative to Capitalism) en cinquième position et « Le Marx tardif et la voie russe » (Late Marx and the Russian Road) de Teodor Shanin en sixième position.

Publicités

Sur les fraternisations dans les tranchées (texte de Lénine)

En ce 11 novembre, fin de la première boucherie impérialiste mondiale, nous aurons une fois encore droit aux défilés militaires et aux discours patriotiques, bref loin d’une journée pour fêter la paix retrouvée, le 11 novembre reste la fête de la victoire d’un camp impérialiste contre un autre afin de préparer de nouvelles boucheries pour le profit d’une minorité. A ce propos, il nous semble intéressant de reproduire ce texte de Lénine, paru le 29 mars 1915 sur les fraternisations entre soldats.

Fraternisation entre soldats anglais et allemands, 1915

Fraternisation entre soldats anglais et allemands, 1915

Périr dans la guer­re entre les esclavagistes, en restant un esclave aveugle et impuis­sant, ou bien périr pour « des tentatives de fraternisation » entre les esclaves, afin de renverser l’esclavage ?

« Le 8 janvier […] on mandait de Berlin aux journaux suisses : « Ces derniers temps, les journaux ont publié à plusieurs reprises des informations relatives à des tentatives de rapproche­ment pacifique entre les tranchées allemandes et françaises. La Tägliche Rundschau communique qu’un ordre de l’armée en date du 29 décembre interdit la fraternisation et, en général, tout rap­prochement avec l’ennemi dans les tranchées; toute infraction à cet ordre sera réprimée comme un crime de haute trahison. »

Lire la suite

18 mars 1871 : Proclamation de la Commune de Paris

Le 18 mars 1871, les ouvriers de Paris prennent le pouvoir et proclament « La Commune », elle durera jusqu’au 28 mai, succombant sous les coups de la répression. Plus qu’une des nombreuses pages héroïques des luttes révolutionnaires de la classe ouvrière, La Commune de Paris est la première réponse, non pas théorique mais dans les faits, de ce qu’est la réalité du pouvoir ouvrier, non pas la vieille machine d’Etat de la bourgeoisie repeinte en rouge, mais sa destruction et la mise en place de nouveaux organes de pouvoir, la révocabilité des élu(e)s, l’abolition de l’armée permanente, le versement à tout mandaté politique d’un revenu équivalent au salaire moyen d’un ouvrier, etc.

A l’heure où, de l’Afrique à l’Amérique, en passant par le Moyen-Orient, l’Asie et l’Europe, des millions et des millions de gens cherchent une alternative pour en finir avec le capitalisme, ses crises et ses souffrances, l’expérience de la Commune de Paris reste d’une brûlante actualité. La révolution, pour vaincre, pour apporter le pain, la liberté et la dignité humaine, ne peut se contenter de mettre les Frères Musulmans et des militaires sur le siège de Moubarak, les islamistes sur celui de Ben Ali, ou tout autre force bourgeoise à la place d’une autre. C’est bien la machine d’Etat de la bourgeoisie qu’il faut briser, la remplacer par le pouvoir des conseils de travailleuses et de travailleurs, bref construire une forme nouvelle de pouvoir, un Etat du type de celui de la Commune.

Lire la suite

7 novembre 1917 : Révolution d’Octobre

Le 7 novembre 1917 (25 octobre selon l’ancien calendrier russe), en Russie, l’insurrection organisée par le Parti Bolchevik et soutenue par les conseils d’ouvriers et de soldats est victorieuse.

Gardes Rouges, Petrograd - octobre 1917

Dans la nuit du 6 au 7 novembre, à Petrograd, les ouvriers en armes, soldats et marins occupent les points stratégique de l’ancienne capitale de Russie, puis prennent le Palais d’Hivers, siège du gouvernement  de Kerensky.

Vidéo : Extrait du film « Reds » qui retrace l’histoire de la vie de John Reed, journaliste communiste américain, témoin de la révolution d’Octobre et auteur du livre « Dix jours qui ébranlèrent le monde » :

Lire la suite