Archives de Tag: Leclerc

Conflit social dans un Leclerc à Bordeaux : heurts entre manifestants et vigiles

L’ancien candidat à la présidentielle Philippe Poutou a été frappé par un vigile alors qu’il venait demander la réintégration de deux salariés récemment licenciés du magasin.

1

Environ cinquante militants ont participé à ce rassemblement en soutien à deux salariés du magasin récemment licenciés pour « faute grave ». Lire la suite

Travailler six semaines gratos pour Leclerc : j’ai craqué

Chez E. Leclerc, notre riverain Grégory Roumier (c’est un nom d’emprunt) n’a tenu qu’une semaine. A l’essai dans le tout nouveau « drive » d’Auxerre, il raconte comment Pôle emploi finance du travail gratuit. Rue89.

4603464896_f7a976d18f_oUn Leclerc Drive a ouvert ses portes le 20 août à Auxerre. Je devais y travailler six semaines, sans que cela ne coûte un centime à Leclerc. J’ai tenu six jours.

Tout a commencé lorsque j’ai répondu à une offre sur le site de Pôle emploi. La semaine suivante, je décroche un entretien dans leurs locaux, avec un de leurs conseillers et une personne de chez E. Leclerc.

C’est là qu’on m’explique qu’avant d’être embauché, je dois faire six semaines de formation. Je demande quelle sera la rémunération. Le conseiller me répond que je continuerai à percevoir mes indemnités, en Allocation de solidarité spécifique, soit 477 euros ce mois-ci. Mis à part cela, je ne pourrai prétendre qu’à des indemnités de frais de repas : 6 euros par jour ! Leclerc me promet un CDI à l’issue de ces six semaines de formation. Lire la suite

Grève pour les salaires à la SCAPEST de Châlons-en-Champagne

L’Union, 29 mars 2013 :

CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE (Marne). Hier, une cinquantaine de salariés de la Scapest étaient en grève. Dans le cadre de la Négociation annuelle obligatoire (NAO), la direction leur propose 1,3 % d’augmentation. « Insuffisant vu les bons chiffres de Leclerc ».

DÈS 9 heures, ils sont sortis très remontés devant les entrepôts alimentaires de la zone de Saint-Martin-sur-le-Pré avec banderoles et drapeaux afin de marquer le coup.

Hier, à l’appel de la CGT, une cinquantaine de salariés de la Scapest parmi lesquels de nombreux préparateurs de commandes et caristes ont débuté un mouvement de grève suite à la NAO (Négociation annuelle obligatoire) qui vient de se tenir.

Lire la suite

Conflans-en-Janisy : Colère des salariés de Leclerc

Le Républicain Lorrain, 16 septembre 2012 :

Hier, des employés du centre Leclerc de Conflans-en-Janisy se sont mis en grève pour dénoncer leurs conditions de travail. Postés devant les portes de l’enseigne pendant douze heures, ils n’ont pas été reçus par leur direction.

Salariés maltraités, salariés en colère ! » Hier, selon la CGT, « 12 à 13 % des 210 employés du centre Leclerc de Conflans » se sont mis en grève pour dénoncer leurs conditions de travail. Dès l’ouverture de l’enseigne au public, les grévistes ont pris position devant les entrées principales du bâtiment. Tous ont distribué des tracts aux clients en les invitants à signer une pétition de soutien. Ces derniers ont néanmoins pu faire leurs courses normalement.

Lancé à 4h15, soit à la prise de service des premiers employés, le mouvement de revendication s’est achevé vers 16h. Malgré l’appui d’élus départementaux, les salariés mobilisés ne sont pas parvenus à obtenir une entrevue avec leur direction.

Leclerc Clermont-Ferrand : Non à la répression anti-syndicale

Action de la CGT le 20 décembre devant le supermarché Leclerc Clermont-Pardieu à Clermont-Ferrand (63) contre le licenciement de deux militantes CGT :

Magasin Leclerc de St Raphaël : Une grève pour les salaires et les conditions de travail

Les salariés du magasin Leclerc de St Raphaël viennent de décider de se mettre en grève reconductible à compter du vendredi 29 juillet à 15 H 30.
Les motifs de cette grève concernent à la fois les conditions de travail et les salaires. En effet, le directeur du magasin à décider sans consulter ni les représentants du personnel ni les délégués syndicaux de modifier de manière importante les plages de travail des salariés de la station essence. Les nouveaux horaires aggravent les amplitudes de travail et multiplient les déplacements domicile-travail, travail-domicile. Malgré deux démarches de la déléguée syndicale CGT, l’employeur refuse de négocier.

Par ailleurs, des élections professionnelles viennent d’avoir lieu dans des un climat délétère et de peur qui n’a cependant pas empêché la, CGT d’obtenir 40 % des voix ce qui représente un très bon résultat. Dans ce contexte et en appui à la déléguée syndicale CGT et aux salariés grévistes, la CGT du Var appelle à un rassemblement dès 15 heures le vendredi 29 juillet près du magasin Boulevard de l’Aspé.

jeudi 28 juillet 2011, par Frédéric Dayan

Des salariés de Leclerc débrayent à Chalon

Le Journal de Saône et Loire, 29 avril 2011 :

En marge de l’action pour la reconnaissance de la pénibilité au travail, les manifestants de Chalon ont rejoint une trentaine de salariés du Leclerc qui avaient débrayé pour l’occasion. Un geste qui a très mal été accueilli par le PDG du centre commercial, M. Bizieux, qui est à la tête de l’enseigne chalonnaise depuis mars 2010.

Selon les salariés grévistes, pour la plupart qui ne travaillaient pas cet après-midi, « notre PDG nous a empêchés d’approcher nos collègues en poste, a refusé de nous recevoir et a menacé ceux qui pouvaient nous rejoindre de licenciement ». Pour Claude Cadot, secrétaire général de l’union locale CGT, « le comportement de M. Bizieux est inadmissible car il bafoue un droit de citoyen : le droit de grève, inscrit dans la constitution ». Les salariés du Leclerc de Chalon qui ont dernièrement créé un syndicat, dénoncent la disparition des primes d’ancienneté et de présence, soit une perte de revenu de 1 022 € par salarié et par an. Ils dénoncent également un surcroît de travail avec l’agrandissement de la surface marchande (2 000 m² supplémentaires) qui s’est accompagné d’une perte d’une cinquantaine d’employés. La direction a refusé de rencontrer les membres du cortège de manifestants venus tracter sur le parking du magasin.