Archives de Tag: Leclerc

Toulouse : blocage de la plateforme logistique de Leclerc

Actu Côté Toulouse, 7 juin 2016 :

Mardi 7 juin 2016, les opposants à la loi Travail ont bloqué les accès à la plateforme logistique de Leclerc, à Tournefeuille. Des barrages filtrants perturbent la circulation.

Depuis 5 heures du matin, mardi 7 juin 2016, les opposants à la loi Travail bloquent la Socamil, la plateforme logistique de Leclerc, à Tournefeuille.

Lire la suite

Sablé-sur-Sarthe : Appel à la grève le 9 avril

Nouvelles de Sablé-sur-Sarthe, 2 avril 2015 :

L’Union Locale CGT de Sablé-sur-Sarthe appelle à la grève, jeudi 9 avril, pour protester contre les conditions de travail. Des entreprises à Sablé pourraient être touchées.

La première action arrive très vite, puisque le jeudi 9 avril, un appel à la grève est lancé.

Une grève se prépare. On propose de mener des actions dans les entreprises locales, ou de monter sur Paris pour montrer au gouvernement notre mécontentement.

Lire la suite

Lutte contre le travail dominical à Segré

Ouest France, 1er février 2015 :

Ce matin, ils étaient près de 80 manifestants à s’être réunis devant les deux entrées du nouvel Intermarché, zone de l’Ebeaupinière, à Segré.

segré

De 10 h à 12 h 30, les salariés des deux autres grandes surfaces de Segré (Leclerc et Super U) ont manifesté leur mécontentement contre l’ouverture le dimanche matin de l’Intermarché, implanté zone de l’Ebeaupinière.

Lire la suite

Hypermarché Leclerc de Fleury-Mérogis (Essonne) Qui-est-le-moins-cher ? Le stagiaire !

Communiqué CGT, 21 novembre 2014 :

Onze chômeuses de longue durée, soutenues par l’union locale Cgt d’Evry (Essonne), viennent de porter plainte contre l’enseigne Leclerc pour « escroquerie, offre d’emploi fausse, travail dissimulé, soumission de personnes vulnérables à des conditions incompatibles avec la dignité humaine et violences ».

De décembre 2013 à février 2014, elles ont participé, avec 80 autres personnes à une « préparation opérationnelle à l’embauche » (POE). Un organisme formateur, financé par Pôle Emploi, devait proposer aux stagiaires (sur une durée maximale de 400 heures) une mise à niveau de leurs compétences pour correspondre aux postes proposés.

Lire la suite

Des chômeuses portent plainte pour «escroquerie» après un stage chez Leclerc

Le Parisien, 20 novembre 2014 :

Onze chômeuses de longue durée ont porté plainte pour «escroquerie» et «travail dissimulé» après avoir participé à une formation dans une enseigne Leclerc, ont confirmé les avocats en charge de l’affaire, révélée par Le Monde jeudi.

Saisis par l’union locale CGT d’Évry (Essonne), Me Eddy Arneton et Me Sofiane Hakiki ont déposé plainte contre X lundi au parquet d’Évry pour «escroquerie, offre d’emploi fausse, travail dissimulé, soumission de personnes vulnérables à des conditions incompatibles avec la dignité humaine et violences».

Lire la suite

Le climat social se durcit dans la grande distribution

Cette fois, c’est Auchan qui a tiré le signal d’alarme. Fin mai, dans une note interne, le distributeur nordiste a fait passer un message musclé à ses équipes françaises : « Gel immédiat de tous les investissements, suspension de tout nouveau projet de drive, abandon des extensions de magasin. » « C’est un électrochoc », assène Pascal Saeyvoet, délégué syndical central FO du groupe de la famille Mulliez.

Mouvement de grève chez les salariés d’Auchan Petite-Forêt (Nord), le 19 avril. | MAXPPP/VOIX DU NORD/Bruno Fava

Mouvement de grève chez les salariés d’Auchan Petite-Forêt (Nord), le 19 avril. | MAXPPP/VOIX DU NORD/Bruno Fava

Auchan n’est pas l’exception. Vendredi 6 juin, les salariés des 26 entrepôts Lidl, leader du hard discount en France, ont observé une journée de grève nationale pour protester contre « les conditions de travail » et un projet d’ouverture le dimanche matin.

Semaine après semaine, le climat se durcit dans la grande distribution française. Début mai, l’annonce de la vente des 865 magasins Dia par sa maison mère espagnole a fait l’effet d’une déflagration. Quelque 7 500 emplois sont concernés, et le dossier est suivi de près par Bercy. Quelques jours plus tard, les salariés des entrepôts d’Intermarché se mettaient en grève, inquiets d’un plan de regroupement de sites qui menacerait des centaines de postes.

IMPITOYABLE GUERRE DES PRIX Lire la suite

Nîmes : des caissières embauchées et virées deux mois plus tard

L’hypermarché Leclerc, route de Beaucaire, a mis fin à la période d’essai d’une vingtaine de salariés en janvier. Elles dénoncent des méthodes injustes. 

florence-48-ans-une-des-deux-caissieres-je-me-suis_811076_510x255

Florence, 48 ans, une des deux caissières : « Je me suis sentie humiliée. » (S. DUPLAIX)

Emue, Florence, 48 ans, a pleuré de joie lorsqu’elle a été embauchée en CDI à temps partiel (33 heures) au centre E. Leclerc. Christèle (1), l’une de ses collègues, a signé son contrat de travail à la même époque et, pour fêter cela, a acheté une voiture. Pour Florence, Christèle et les autres, cette embauche était une vraie respiration. Elles ont vite désenchanté et crient aujourd’hui au scandale. Lire la suite

Chez Leclerc : « On m’a dit que les gens comme moi devaient dégager »

Ils ont le sentiment d’avoir été utilisés puis jetés. Pendant un mois et demi, ces chômeurs franciliens ont bossé gratos pour Leclerc, avant de se faire virer « pour des motifs farfelus ».

leclerc-pole-emploi

Sur le coup, ils n’ont rien dit : le Pôle emploi d’Evry (Essonne) et Leclerc leur avaient assuré un CDI à la fin de la formation, sauf faute grave. La date prévue d’embauche est même formalisée sur le document signé par les demandeurs d’emploi (voir ci-contre).

Le CDI, « on nous l’a promis 10, 20, 30 fois », assure Ouarda, 47 ans, l’une des chômeuses virées :

« On nous mettait toujours la carotte du CDI : on aura un boulot, on aura une mutuelle… On nous a vendu beaucoup de rêve. » Lire la suite

Des dirigeants d’un magasin Leclerc sont jugés pour la séquestration de salariés et travail dissimulé

929491_3_d42b_l-enseigne-d-un-supermarche-leclerc_d53cca62086a64950fc5498a3af6035f

Les patrons sont parfois séquestrés, les salariés, très rarement. C’est pourtant un tel fait qui a mené quatre dirigeants du supermarché Leclerc de Montbéliard (Doubs) devant le tribunal correctionnel de la ville, jeudi 14 novembre. Ils sont accusés d’avoir séquestré, en 2006, une cinquantaine de salariés durant environ une heure dans une réserve afin de les soustraire au contrôle inopiné de l’inspection du travail. La CGT s’est portée partie civile. Une vingtaine de salariés ont demandé le paiement d’heures supplémentaires ainsi que des dommages et intérêts pour leur enfermement dans la réserve.

L’audience a duré treize heures, le temps d’essayer d’éclaircir de nombreux points de cette affaire exceptionnelle. Le 30 juin 2006, vers 21 h 45, le magasin est en plein inventaire quand arrivent des agents de l’inspection du travail, de l’Urssaf et des policiers. L’inspection enquête sur une comptabilisation suspecte des heures supplémentaires depuis plusieurs mois après des plaintes de salariés. Une partie de ces heures n’étaient ni comptabilisées ni payées. Une ancienne employée a confié, dans L’Est Républicain du 17 novembre 2011, qu’elle avait établi de faux relevés d’heures, mentionnant 37,5 heures par semaine alors que des salariés en faisaient 50 à 60. Lire la suite

Quand Leclerc fait travailler des chômeurs aux frais de Pôle emploi

Un préparateur de commandes dans un Leclerc Drive de Meurthe-et-Moselle, en février.

« Dans le cadre de l’ouverture de notre entrepôt Drive, nous recherchons 15 préparateurs/préparatrices de commandes en CDI. Formation en interne de 15 jours en amont de la prise de poste. » 

Sur le papier, l’annonce du Leclerc d’Auxerre, publiée fin juillet, était alléchante, surtout à une époque où les CDI se font rares. Mais derrière cette annonce se cachait une réalité bien moins reluisanteselon un des embauchés, qui a témoigné début octobre sur Rue89. Il venait de démissionner après seulement sept jours de travail pour l’enseigne. Lire la suite