Archives de Tag: Le Kef

Tunisie : une adolescente de 17 ans risque la prison pour des statuts Facebook

Le Monde, 31 décembre 2015 :

Afraa Ben Azza, jeune fille un peu bohême, aux larges boucles châtain, devrait passer son bac l’an prochain. Son intérêt pour la philosophie et l’histoire l’a conduite à la filière littéraire. Mais l’adolescente tunisienne de 17 ans, originaire du Kef, à deux cents kilomètres à l’ouest de la capitale, a d’autres soucis en tête. Elle risque la prison pour des publications sur Facebook.

Accusée d’outrage à agent et atteinte à l’institution sécuritaire, elle doit comparaître le 31 décembre devant le juge pour enfants. Les charges qui lui sont reprochées pourraient, selon l’article 125 du code pénal, lui valoir jusqu’à un an de prison et 55 euros d’amende. Etant mineure, elle pourrait toutefois être condamnée à une peine symbolique si sa culpabilité était reconnue par le tribunal.

Lire la suite

Tunisie : Human Rights Watch dénonce la répression policière

HuffPost Tunisie, 10 septembre 2015 :

« La police tunisienne a illégalement utilisé la force pour disperser des manifestations apparemment pacifiques dans au moins trois villes depuis le 1er Septembre 2015 », affirme Human Rights Watch (HRW) dans un communiqué de presse publié ce jeudi 10 décembre.

Ces manifestations organisées en marge du projet de loi sur la réconciliation économique et financière nationale ont drainé de nombreux manifestants de manière spontanée ou non à Tunis, Gafsa, Sousse, Le Kef, Kasserine, Djerba ou encore Sfax.

Lire la suite

Les éducateurs en grève dans la région du Kef

Tunisie Soir, 26 avril 2011 :

Les éducateurs de l’enseignement secondaire et de base dans la région du Kef, ont observé, mardi, une grève des cours pour protester contre la présence de certains symboles de l’ancien régime au sein de la direction régionale de l’éducation et à la tête d’un certain nombre de lycées et collèges dans la région.

Les enseignants réclament la mise à l’écart de tous les chefs de services administratifs et directeurs dont l’appartenance à l’ancien régime a été confirmée et la nomination de nouvelles compétences qui répondent aux aspirations du peuple après la révolution du 14 janvier.