Archives de Tag: Latécoère

Latécoère : Les salariés toulousains en grève illimitée pour les salaires

Touléco, 14 décembre 2015 :

Plus d’une centaine de salariés du groupe Latécoère, « inquiets », ont entamé une grève illimitée à Toulouse et devant le site de Gimont dans le Gers. Ils protestent notamment contre le gel des salaires.

La dernière fois, c’était en 1972. Les salariés du groupe Latécoère, équipementier de rang 1 spécialisé dans la conception et la fabrication des éléments de fuselages et de portes pour Airbus et Boeing, ont entamé une grève illimitée. Depuis ce mercredi 9 décembre, plus d’une centaine d’entre eux se rassemblent devant les portes de leur société, rue de Periole. « Être ici est un échec pour nous et la direction », reconnait Richard Ferrasse, délégué syndical CGT. « Mais les salariés sont en colère et sont inquiets pour leurs emplois, le malaise est profond. »

Lire la suite

La grève partie pour durer à Latécoère

La Dépêche, 12 décembre 2015 :

L’usine Latécoère de Gimont a suivi celle de Toulouse dans la grève. Les salaires, mais aussi la levée des inquiétudes sur l’avenir du site, font partie des revendications.

Le site de Latécoère à Gimont est en grève, comme celui de Toulouse, et le mouvement est parti pour durer au minimum jusqu’à lundi. Selon les grévistes, entre 60 et 70 % des lignes de production sont stoppées.

Lire la suite

Latecoère se met en grève

La Dépêche, 11 décembre 2015 :

L’équipementier aéronautique Latécoère vit depuis hier un mouvement de grève inédit. Installé à Gimont et Toulouse, le fournisseur d’Airbus et des grands avionneurs mondiaux fait face à des débrayages déclenchés à l’appel de la CGT depuis mercredi. Le syndicat entend protester pendant «une durée illimitée» contre le gel des salaires décrété en 2015. Il réclame une augmentation générale de 50 euros.

Tunisie : Victoire des ouvrière de Latelec

Comité de soutien aux syndicalistes de SEA Latelec de Fouchana, 16 juillet 2014 :

La détermination, le courage et la combativité des ouvrières de la filiale tunisienne de la multinationale française Latécoère-Latelec ont fini par payer.

Sur les dix ouvrières licenciées en mars 2013, sept sont à ce jour réintégrées, dont deux suite aux 27 jours de grève de la faim d’Houda Thalji et de la déléguée syndicale UGTT Sonia Jebali.

Lire la suite

L’équipementier français Latécoère embarrassé par la grève de la faim de deux salariées de sa filiale tunisienne

C’est une affaire de femmes. Alitées dans le local de l’Union générale des étudiants de Tunisie (UGET), Sonia Jebali, 36 ans, et Houda Thalji, 29 ans, ont entamé, samedi 12 juillet, leur vingt-quatrième jour de grève de la faim.

1590134_3_4c7c_ce-conflit-social-est-une-des-consequences-du_ba2cc4a2295db06bc36c80bed4da3fcc

Ce conflit social est une des conséquences du « printemps de Tunis ». Au crépuscule de la dictature de Ben Ali, les ouvrières de Latelec avaient créé dans l’usine une section syndicale affiliée à l’UGTT. | AFP/LIONEL BONAVENTURE

Les deux ouvrières, qui avaient été brutalement licenciées le 15 avril 2013 avec huit autres salariées, réclament leur réintégration dans l’usine de la SEA Latelec.

Cette société, installée depuis 2005 à Fouchana dans la banlieue de Tunis, filiale à 100 % de l’équipementier français pour l’aéronautique Latécoère, fabrique des cablages électriques pour les avions. Elle emploie 80 % de jeunes femmes aux doigts et aux salaires plus fins que ceux des hommes : autour de 120 euros par mois. Lire la suite

Des ouvrières tunisiennes en grève de la faim pour le droit au travail

Depuis plus d’un an et demi, un conflit social se déroule dans l’entreprise LATelec-Fouchana en Tunisie. Dirigée par des femmes, cette lutte est remarquable à plus d’un titre, entre autres par la ténacité des salariées à vouloir rester dans le monde du travail. Avoir un emploi pour une femme en Tunisie et le garder reste une gageure. En effet, le taux d’activité féminin y est faible, soit en 2011 de 24,9 % de la population active totale contre 70,1 % pour les hommes.

syndicalistes-de-sea-latelec-de-fouchana

Humanité, 9/07/2014

LATelec est une filiale de l’équipementier aéronautique français Latécoère, un des leaders mondiaux de son secteur, qui fournit de grands noms de l’aviation comme Airbus ou Dassault. Cette entreprise a délocalisé en Tunisie en 2005 une partie de sa production de câblage, réduisant ainsi ses coûts de fabrication : les ouvrières sont payées autour de 150 euros par mois. Lire la suite

Tunisie : derrière le consensus, la lutte sociale continue

Rue 89 – Nouvel Obs, 6 juillet 2014 :

Depuis le 19 juin dernier, deux ouvrières de la société française SEA-Latelec en Tunisie, mènent une grève de la faim. Elles veulent obtenir la réintégration de quatre salariées, licenciées en avril 2013 avec six autres (dont le cas a été réglées depuis) par cette filiale de Latécoère. Ses deux sites en Tunisie fabriquent les câbles qui équipent certains appareils Airbus et Dassault.

Mais elles veulent donner à leur mouvement une portée bien au-delà de leurs cas individuels. C’est la liberté syndicale et la protection des maigres acquis sociaux de l’après-14 janvier qu’elles entendent protéger.

Lire la suite

Tunisie : Deux ouvrières de Latécoère en danger de mort.

Tract CGT Latécoère,Toulouse,  5 juillet 2014 :

Tunisie : 2 ouvrières de Latécoère en danger de mort.

Aujourd’hui, samedi 5 juillet 2014, 2 jeunes femmes meurent lentement à Tunis sous l’oeil indifférent de la direction de Latécoère. Elles sont dans leur 17ème jour de grève de la faim.

lat1

Ces 2 jeunes femmes, Sonia Jebali et Houda Thalji, sont d’anciennes ouvrières et syndicalistes de l’usine de Fouchana à Tunis appartenant à la SEA Latelec, filiale de Latelec, elle-même filiale de Latécoère.

Lire la suite

Les employés des filiales tunisiennes de Latécoère en grève les 16 et 17 juillet

Business News, 3 juillet 2014 :

Une grève a été décrétée par l’Union régionale des travailleurs tunisiens de Ben Arous les 16 et 17 juillet courants dans la société française Latécoère qui travaille pour le compte d’Airbus.

Dans un communiqué daté du 2 juillet, le syndicat explique cette grève par le maintien de la direction générale de Latécoère de sa décision de non réhabilitation de 4 employées (2 ouvrières et 2 syndicalistes) licenciées par LATelec Fouchana, filiale de Latécoère, ainsi que par la détérioration du climat social dans l’entreprise.

Lire la suite

Les ouvrières de Latelec-Fouchana en grève de la faim

Leur combat contre le despotisme a commencé depuis quatre ans. Elles ont sacrifié leur travail, leur sécurité et leur santé. Les ouvrières de SEA Latelec-Fouchana, une filiale du groupe français aéronautique Latécoère, ont entamé une grève de la faim, depuis neuf jours, à Tunis. Après plusieurs actions, sit-in, conférences, grèves et négociations, Sonia Jebali et Monia Dridi ne trouvent ni issue ni soutien à leur cause. Elles ont décidé, alors, d’entamer cette grève pour revendiquer leur droit au travail.

« Notre droit à réintégrer notre usine n’est pas à négocier. Malheureusement, l’Union Générale des Travailleurs Tunisiens a accepté de signer un PV qui ne nous arrange pas et qui ne respecte pas nos droits. Nous ne voulons pas d’indemnisation quelque soit la somme proposée, mais reprendre le travail à l’usine comme nos collègues », explique Sonia.

Lire la suite