Archives de Tag: Lardy

La colère grandit chez Renault-Lardy

Essonne Info, 17 février 2016 :

C’est la colère chez Renault-Lardy. Ce mardi 16 février, une partie des salariés du site de recherche Renault a manifesté durant une heure pour protester contre la direction du groupe. La question des salaires est au centre des revendications.

Ce mardi matin, une centaine de salariés de l’usine Renault de Lardy sont à l’entrée de leurs locaux, drapeaux et pancartes en main. En cause, le « refus » de la direction de Renault France de remettre en place l’AGS, comprenez les augmentations générales de salaire, d’après le personnel gréviste. Privilégiant les augmentations individuelles, la direction du groupe s’est mise une parti du personnel à dos ce mardi matin. La veille, un mouvement similaire avait déjà eu lieu pour cette même raison. En privilégiant les augmentations individuelles, ce sont 10% des salariés qui ne toucheront aucune prime. « On veut une augmentation pour tout le monde » résume Mickaël Lhuillery, secrétaire CGT du site.

Lire la suite

Débrayage des salariés d’AKKA en mission chez Renault en région parisienne

Information : débrayage des salariés d’AKKA en mission chez Renault en région parisienne avec la CGT d’AKKA et la CGT de Renault.

Communication de la CGT AKKA IS aux salarié-e-s d’AKKA, 03/02/2014

Vendredi 31 janvier, la Direction d’AKKA a été convoquée chez Renault pour s’expliquer à propos d’un débrayage de salariés AKKA suivi d’une distribution de tracts à Renault-Lardy à toutes les personnes rentrant sur le site client. Le tract est ici : 20140130-Premier-tract-Akka-L38-2014-01-27_vfinale.pdf

Ce site de Lardy, situé au Sud du département de l’Essonne, nécessite d’y aller en voiture et de parcourir 50 à 60km depuis la banlieue parisienne. Avec le nouveau barème sur les frais professionnels décidé unilatéralement par la Direction d’AKKA qui pourrait être appliqué prochainement, la plupart des salariés d’AKKA risquent de perdre toutes leurs indemnités de trajet.

Lire la suite

Point sur la mobilisation à Renault contre l’accord de compétitivité

Point sur la mobilisation à Renault contre l’accord de compétitivité :

Hier mardi 11 :
Douai : a tourné à demi-cadence à partir de 8h du matin ( 4600 salariés). Des remplaçants des grévistes étaient prévus par la direction dès 7h30, au total plus de 600 grévistes
Sandouville 200 en grève sur 2400

Aujourd’hui mercredi :
Lardy : débrayage de 150 personnes avec blocage du rond-point à l’entrée du site
Cléon : 170 grévistes ce matin (équipe matin et normale) ; 130 sur équipe du soir
Flins : 450 à l’AG de ce matin, 350 l’après-midi
Rueil : débrayage 40 personnes
Technocentre : 500 débrayage d’ 1 heure
Le Mans : 100 le matin, 100 l’après-midi

Luttes dans le secteur de l’automobile

Article de “Communisme-Ouvrier n°18” (mars 2012), bulletin de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Samedi 18 février, plus de 2.000 personnes ont manifesté dans les rues d’Aulnay-sous-Bois (93) contre la fermeture de l’usine PSA de la ville. Ce sont en effet 3.300 salariés, embauchés et intérimaires, qui travaillent dans ce site que la direction veut fermer en janvier 2014 dans le cadre d’une restructuration du groupe. Comme les salariés de PSA Aulnay dans leur appel à manifester : « M. Varin, le PDG de PSA, l’homme qui touche 9 000 € par jour week-end compris, s’est vanté que l’entreprise s’était enrichie en traversant la crise et de disposer d’une trésorerie de 11 milliards. » Les moyens existent, en prenant sur les profits de Peugeot, pour maintenir tous les emplois en répartissant le travail entre les sites. Mais la logique de la direction de PSA, celle du capital, c’est d’imposer la surcharge de travail pour les ouvriers des sites de Poissy ou de Mulhouse (où 600 intérimaires sont licenciés) et d’envoyer les milliers de travailleurs d’Aulnay au chômage.

Chez Renault, les négociations annuelles obligatoires se sont terminés par l’octroi d’une hausse de 1,3% par la direction. Bien loin de ce qui est nécessaire pour faire face à la hausse des prix. Le mardi 28 février, toutes les usines Renault de France étaient touchés par des grèves et des débrayages de 2 à 3 heures. A l’usine de Cléon (76), ce sont en tout 1.350 salariés qui ont cessé le travail. Sur le site de Lardy (91), ce sont plus de 250 travailleurs qui se sont rassemblés. De nouvelles actions devraient être organisées le mardi 6 mars.

Lire la suite

Débrayages pour les salaires dans les usines Renault

France 3 Pays de la Loire, 29 février 2012 :

Des salariés de Renault mènent des débrayages depuis hier sur cinq sites du groupe.

Un appel à des débrayages a de nouveau été lancé pour la journée de mercredi, selon la CGT.

Ce mardi, des salariés de Renault ont mené des débrayages pour dénoncer les propositions de la direction sur les salaires qu’ils jugent insuffisantes.

Lire la suite