Archives de Tag: Kiel

Mobilisation à travers l’Allemagne contre le racisme et l’extrême-droite

Ce 12 septembre, alors que des néo-nazis voulaient organiser un « jour des patriotes allemands », des milliers et des milliers de personnes sont descendues dans les rues contre la xénophobie et l’extrême-droite.

Hambourg : 7.000 personnes se sont regroupées devant la mairie contre le racisme et une manifestation dans les rues du centre-ville a rassemblé environ 14.000 personnes contre l’extrême-droite.

Lire la suite

Publicités

Nouvelle journée de mobilisation pour les salaires en Allemagne

Ce lundi, la campagne de grèves d’avertissement dans la fonction publique pour une hausse de salaire de 6,5% et un minimum de 200 euros a touché les Länder du Schleswig-Holstein, du Bade-Wurtemberg et de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale.

Kiel : Grève à la municipalité

Dans le Schlewig-Holstein, selon Die Welt, des milliers de travailleuses et de travailleurs de la fonction publique, éducateurs, infirmiers, éboueurs et d’autres salariés, ont manifesté à Kiel. La manifestation a réuni 6.000 personnes selon la police et plus de 10.000 selon les organisateurs. Reinhard Böttcher, postier de 56 ans, a déclaré à la presse lors de la manifestation : « Cela me révolte qu’il y a tant de fric pour ceux d’en haut et qu’en bas on ne voit rien venir. On n’embauche plus de nouveau personnel, et à cause de ça les heures supplémentaires sont nécessaires. Ceux qui restent peuvent se détruire au travail. » Peter Knöfler, infirmier, déclare « Je suis aussi en colère, il y a si peu de reconnaissance de notre travail ». La charge de travail est tel qu’il ne peut même plus prendre ses pauses. « Et pour ça on gagne si peu d’argent ».

Lire la suite

L’Allemagne touchée par une vague de grèves

Le Figaro, 6 mars 2012 :

Les syndicats Ver.di et DBB réclament des hausses de salaire pour les employés de l’État fédéral et des communes. En outre, des négociations sont en cours ou vont être ouvertes dans d’autres grands secteurs de l’économie.

L’Allemagne est secouée depuis lundi par une vague de grèves dans les services publics. Conséquence de la bonne santé de l’économie allemande, malgré la crise de la zone euro: les syndicats Ver.di et DBB réclament des hausses de salaires de 6,5% après dix ans d’efforts. L’échec des négociations ouvertes la semaine dernière a provoqué un enchaînement de mouvements, qui doivent se succéder à travers les Länder dans tout le pays jusqu’à la fin de la semaine.

Lire la suite

Mobilisation en Allemagne pour les salaires

Ce lundi la mobilisation a commencé dans la fonction publique pour une hausse de 6,5% de salaire en moyenne et 200 euros bruts d’augmentation par mois minimum. La grève d’avertissement lancée aujourd’hui par le syndicat Verdi a été particulièrement suivie ce lundi 5 mars dans la région de Francfort (Main). Selon le Frankfurter Rundschau, ce sont 4.000 travailleurs qui étaient en grève dans l’agglomération de Francfort, salariés des transports publics (quasiment aucun métro et S-Bahn n’a circulé), personnel de l’hôpital Frankfurt-Höchst, éducateurs et travailleurs des eaux et de la navigation. Dans le quartier de Kaisersack, un rassemblement a regroupé plus de 3.000 travailleurs, de Francfort mais aussi de Offenbach et d’autres villes de la région.

Les grèves d’avertissement dans le secteur public vont se multiplier ces prochains jours à travers toute l’Allemagne. Le mardi 6 mars, c’est le land du Schleswig-Holstein qui se mobilisera. Il est déjà annoncé que les poubelles ne seront pas ramassées demain à Kiel et Lübeck, en plus des hôpitaux, jardins d’enfants et autres caisses d’épargne, il est aussi prévu que la grève touche l’arsenal de la marine et à Lauenburg le transport fluvial sur l’Elbe sera interrompu.

Lire la suite

9 novembre 1918 : Karl Liebknecht proclame la Libre République Socialiste d’Allemagne

Dès le début de l’année 1918, la révolte contre la guerre se renforce en Allemagne, que ce soit à l’arrière où les ouvriers multiplient les grèves ou sur les front où les soldats en ont assez de se faire massacrer pour les intérêts des capitalistes et le prestige des officiers. Pendant 6 jours, du 28 janvier au 3 février 1918, jusqu’à un million de travailleurs se mettent en grève pour  « la conclusion rapide d’une paix sans annexion »,  la levée de l’état de siège et la libération des prisonniers politiques. De nouvelles grèves éclatent du 15 au 17 avril.

Fin 1917 / début 1918 : Fraternisation de soldats russes et allemands sur le front

Mais c’est à Kiel que commence la révolution. Il est déjà certain que l’Allemagne a perdu la guerre. L’état-major, néanmoins, cherche à continuer les combats « pour l’honneur », un honneur d’autant plus facile à défendre que ce n’est pas avec le sang des généraux qu’il se paye, mais avec celui des soldats.

Soulèvement des marins et des ouvriers à Kiel

Le 30 octobre, les matelots de deux navires refusent d’appareiller, les 400 mutins sont emprisonnés le 31 octobre, ce qui, loin de calmer les marins et les ouvriers de la ville, renforce leur colère. Des manifestations de masse sont organisées pour la libération des marins emprisonnés, des conseils d’ouvriers et de soldats sont constitués. A la revendication de libération des 400 marins, ouvriers et soldats de Kiel ajoute celle de l’abdication du Kaiser. Le 5 novembre, après une journée de grève générale, ouvriers et soldats s’emparent du pouvoir et le drapeau rouge flotte sur Kiel.

Lire la suite