Archives de Tag: Kehl

10 novembre 1918 : Le drapeau rouge flotte sur Strasbourg

Le 29 octobre 1918, les marins des navires de guerre de la base de Kiel refusent d’aller mourir pour « l’honneur » des officiers. C’est le début des mutineries de Kiel et d’un processus révolutionnaire dans toute l’Allemagne. A Stuttgart, le 4 novembre, un conseil ouvrier, constitué après une grève générale, se déclare prêt à signer la paix au nom du Wurtemberg et réclame l’abdication de Guillaume II. Le 6 novembre, des conseils d’ouvriers et de soldats contrôlent non seulement Kiel mais  aussi Lübeck, Brunsbüttel, Hambourg, Brême et Cuxhaven. A Munich, le 7 novembre, Kurt Eisner, membre de l’USPD (Parti Social-Démocrate Indépendant), appelle la foule à prendre le contrôle de la ville : les points stratégiques de Munich sont rapidement pris sans rencontrer de résistance de la part de la troupe. Le lendemain, le conseil d’ouvriers, de paysans et de soldats constitué lors de l’insurrection porte à sa présidence Kurt Eisner, qui proclame la « République socialiste de Bavière » ; le roi de Bavière Louis III prend la fuite. Le 9 novembre, le soulèvement atteint Berlin, où Karl Liebknecht proclame la Libre République Socialiste d’Allemagne.

Drapeau rouge sur la cathédrale de Strasbourg

Drapeau rouge sur la cathédrale de Strasbourg

L’Alsace-Lorraine, alors sous domination allemande, n’échappe pas à la vague révolutionnaire. Et ce d’autant plus que parmi les marins insurgés de Kiel, beaucoup sont originaires d’Alsace-Lorraine. Aussi, ils réquisitionnent deux trains pour rentrer chez eux. Didier Daeninckx note dans son article : « Le 8 novembre, la population de Strasbourg apprend la proclamation de la République des conseils de Bavière. Le lendemain, des milliers de manifestants envahissent la place Kléber pour acclamer les premiers détachements de marins arrivés du nord de l’Allemagne. Des dizaines d’officiers sont dégradés en public. Un train d’insurgés est bloqué au pont de Kehl, et un commandant loyaliste fait ouvrir le feu. Le soldat Fir est abattu. Ses camarades prennent le contrôle de la ville jumelle de Strasbourg, de l’autre côté du Rhin, puis traversent le fleuve« .

Lire la suite

Départ de la marche de la liberté Kehl – Strasbourg

Près de 400 personnes se sont rassemblées ce dimanche 18 mai à Kehl pour commencer la marche pour la liberté, marche organisée par différents collectifs de réfugiés et sans-papiers d’Europe, et qui doit se terminer à Bruxelles, pour revendiquer le droit au séjour, la fin des discriminations et l’égalité des droits.

101_0095

Dès 10 heures, les premiers groupes de manifestants se sont retrouvés devant la gare de Kehl, déployant les banderoles de la marche.

101_0098

Lire la suite

Marche pour la liberté vers Bruxelles

Sans titre

Flash info d’un camarade sur place, 18 mai 13h39 :

Plusieurs centaine de manifestants, dont des réfugiés et sans-papiers, viennent de passer le Rhin.

LIRE : 

Départ de la marche pour la liberté vers Bruxelles

Voir les différents rendez-vous du 18 au 20 mai à cette adresse.

 

Départ de la marche pour la liberté vers Bruxelles

Ce 17 mai, la marche des réfugiés et sans-papiers est partie de Berlin en direction de Bruxelles.

Vidéo : appel à la marche

Lire la suite

Marche de Strasbourg à Bruxelles

Rue 89, 17 mai 2014 :

Dimanche 18 mai, 150 migrants et militants se réuniront à Strasbourg. Puis, pendant trois jours, des animations et des actions auront lieu à Strasbourg pour alerter sur le sort des migrants dans l’Union Européenne. Le groupe prendra ensuite la route du 20 mai au 10 juin pour rejoindre le parlement de Bruxelles. Voici le détail de ces manifestations.

Freedommarch

Le dimanche 18 mai, à 10h30, la gare de Kehl accueillera environ 150 migrants pour la marche européenne de Strasbourg à Bruxelles. Elle permettra de joindre les deux parlements européens, deux instances symboliques pour la politique migratoire européenne. Cette action a pour objectif de dénoncer les conditions d’accueil, de détention et de régularisation des migrants européens. La marche pour la liberté avait déjà été organisée dans le sens inverse en 2012. Mais, pour un de ses organisateurs, le collectif n’a pas été entendu :

« Il n’y a pas eu de suite favorable à nos revendications. La politique migratoire est même de plus en plus dure. Il y a deux jours à peine, un bateau transportant 400 migrants a chaviré au large de l’île italienne Lampedusa. Le bilan est de 14 morts pour le moment. Nous ne pouvons pas rester les bras croisés face à de tels incidents. »

Lire la suite