Archives de Tag: Karaj

Nouvelles des protestations ouvrières en Iran

Nouvelles des protestations ouvrières collectées par nos camarades en Iran du 2 au 12 octobre 2015 :

Les protestations ouvrières continuent et se développent quotidiennement en Iran. Les luttes des enseignants de ces 10 derniers jours ont été un exemple pour ces protestations. A l’occasion de la journée internationale des enseignants, les enseignants se sont rassemblés dans plusieurs villes et ont réitéré leurs revendications comme la libération de leurs collègues emprisonnés. Parmi les slogans de ces assemblées, on notera « les prisonniers politiques doivent être libérés ». Les enseignants demandent aussi que leurs salaires dépassent le seuil de pauvreté. Le gouvernement a annoncé que le seuil de pauvreté était fixé à 3 millions de Tomans. Et cela alors que les salaires des enseignants, des ouvriers, des infirmières et de larges proportions de travailleurs salariés sont bien en dessous. Il y a trois ans déjà, une campagne pour des hausses de salaires avaient recueillies les signatures de 40.000 ouvriers. En plus, les retraités et les infirmières ont manifesté l’année dernière pour des hausses de salaires. Alors que ces protestations continuent, la protestation à l’échelle nationale des enseignants a un effet important sur l’espace politique dans de nombreuses villes. Et à ces manifestations, il faut ajouter les protestations dans plusieurs usines contre les salaires impayés, les licenciements, les contrats précaires, etc.

Irann

– Les ouvriers de trois importants centres pétrochimiques à Arvand, Tondgooyan et Mah-Shahr ont été respectivement 10 jours, 3 jours et 2 jours en grève. Après une rencontre le 12 octobre avec la direction de la compagnie du Holding du Golfe Persique, ces travailleurs ont suspendu leur grève. Ils revendiquent la mise en place d’une grille de salaire, une hausse de 30% du salaire minimum et de 35% de la prime de nuit des travailleurs intérimaires. Les ouvriers ont annoncé qu’ils se remettraient en grève si les promesses qui leur ont été faites ne sont pas tenues.

Lire la suite

Iran : Des dizaines de personnes sont détenues illégalement dans trois prisons à Karaj

HRW a publié un rapport sur la dure situation de dizaines de prisonniers politiques incarcérés dans trois centres de détention à Karaj, en Iran. HRW appelle le président Hassan Rouhani et les autorités iraniennes à mettre fin à leur détention illégale, et à libérer d’autres prisonniers politiques détenus suite à des procès iniques.

Prisonniers politiques iraniens. En haut (de gauche à droite) : Loghman Moradian, Zaniar Moradian et Kourosh Ziari. En bas (de gauche à droite) : Mansouri Masoud Bastani , Mohammad Ali (Pirouz) et Saeed Rezaei. © Privé

Prisonniers politiques iraniens. En haut (de gauche à droite) : Loghman Moradian, Zaniar Moradian et Kourosh Ziari. En bas (de gauche à droite) : Mansouri Masoud Bastani , Mohammad Ali (Pirouz) et Saeed Rezaei.
© Privé

HRW.org, 18/08/2014

(Beyrouth) – Plusieurs dizaines de personnes incarcérées dans une ville du nord de l’Iran purgent des peines de prison qui leur ont été infligées pour le seul fait d’avoir exercé leurs droits fondamentaux, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd’hui. Les autorités iraniennes devraient remettre en liberté immédiatement et sans conditions tous les prisonniers politiques, a ajouté Human Rights Watch. Lire la suite

Exécution d’un prisonnier politique en Iran

20 Minutes, 1 juin 2014 :

Gholamreza Khosravi Savadjani avait été condamné à mort en 2010 pour être «ennemi de Dieu», a précisé l’agence Irna. Il avait été arrêté en 2008, soupçonné d’avoir des contacts avec l’OMPI et d’avoir transmis des documents sensibles à l’opposition en exil, selon Irna. Il était détenu à l’isolement à la prison d’Evine, dans le nord de Téhéran, avant son transfert vers Karaj.

L’organisation de défense des droits de l’Homme Amnesty International avait appelé samedi les autorités iraniennes à stopper son exécution, affirmant qu’il n’avait pas bénéficié d’un procès équitable.

Lire la suite

Iran : Grève de la faim de prisonniers politiques

AFP, 5 novembre 2013 :

Plusieurs prisonniers politiques iraniens ont entamé une grève de la faim pour protester contre le manque d’accès à des soins appropriés en détention, ont affirmé lundi des organisations internationales de défense des droits de l’Homme.

Dans un communiqué commun, la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH), le Centre de défense des droits de l’Homme (CDDH) et la Ligue pour la défense des droits de l’Homme en Iran (LDDHI) s’alarment de la décision de plus de 80 «prisonniers de conscience» de cesser de s’alimenter après avoir été «privés de traitements médicaux pourtant requis».

Lire la suite

Où est Bahram ?

Article publié dans le bulletin de juillet 2013 du Comité International Contre les Exécutions (ICAE) :

La semaine dernière une femme du Kurdistan s’est rendue à la prison Rajai Shahr pour voir ses fils Bahram et Shahram Ahmadi qui sont prisonniers dans les couloirs de la mort. Lorsqu’elle est arrivée à la prison, Shahram est venue pour la voir. Elle a demandé où était Bahram et comme Shahram ne répondait pas, un des gardiens a dit « On l’a exécuté il y a six mois, vous n’avez pas eu la notification ? ».

La mère a eu un malaise et est tombée dans le coma pendant trois jours. Elle prie aujourd’hui le monde de sauver son fils Shahram de l’exécution. Le « crime » de Bahram et de Shahram était de pratiquer leur religion, l’Islam sunnite, alors que la religion dominante en Iran est l’Islam chiite.

Mort en prison du militant Afshin Osanlou : Le régime d’Iran est responsable de sa mort

FreeTract de Free Them Now, Campagne pour la Libération des Travailleurs Emprisonnés en Iran, 28 juin 2013 :

Le militant ouvrier Afshin Osanlou est mort en prison en Iran

Le régime d’Iran est responsable de sa mort.

 Afshin Osanlou, conducteur de bus interurbains, célèbre militant ouvrier et frère du dirigeant syndical des conducteurs de bus Mansoor Osanlou, est mort d’un arrêt cardiaque à la prison Rajaee Shahr en Iran le vendredi 21 juin. Il n’avait que 42 ans. Selon sa famille, Afshin n’avait jamais eu de maladie cardiaque. Il avait été arrêté en automne 2010, torturé et condamné à cinq ans de prison pour ses activités syndicales. Selon sa sœur, Afshin est mort avant d’avoir pu rejoindre l’hôpital. Tout indique qu’Afshin Osanlou a été assassiné par le régime. Ce n’est pas la première fois qu’un dissident meurt en prison en Iran. Les noms suivants sont ceux de militants et de dissidents morts ces dernières années dans les prisons iraniennes :

*Sattar Beheshti *Hodi Saaber *Zahra Bani Yaghoub *Mohsen Dogmechi *Mansoor Raadpoor *Zahra Kazemi *Omid Reza Mirsiafi *Heshmat Saaran *Alborz Ghasemi *Akbar Mohammadi et *Ali Akbar Saeedi Sirjani.

Lire la suite

Iran : Mort d’un militant ouvrier en prison

Ce 26 juin, l’agence HRANA informe du décès par crise cardiaque du militant ouvrier Afshin Osanloo. Afshin Osanloo, frère de Mansour Osanloo, fondateur du syndicat des travailleurs de la compagnie de bus de Téhéran et Banlieue, était militant syndical dans ce même syndicat. Il avait été condamné à cinq ans de prison pour « assemblée et collusion », c’est à dire pour avoir oeuvré à l’organisation des travailleurs.

Selon l’agence HRANA, après une crise cardiaque à la prison Rejai Shahr (Karaj), il a été transféré le 20 juin à l’hôpital où il est décédé le 22 juin 2013.

Pétition : Ne laissez pas exécuter Zaniar Moradi et Loghman Moradi

Pétition adressée à Catherine Ashton, Haute Représentante des Affaires Etrangères de l’Union Européenne et à Ali Khamenei, dirigeant de la République Islamique d’Iran :

« J’exprime ma plus forte protestation contre l’emprisonnement et la condamnation à mort de Zaniar Moradi et Loghman Moradi. Je vous demande de faire pression sur le régime islamique d’Iran pour annuler les condamnations à mort de ces deux prisonniers politiques et de les libérer immédiatement. »

La pétition peut être signée à cette adresse :
http://www.change.org/petitions/please-do-not-let-them-execute-loghman-and-zenyar

Message de Zenyar Moradi, 4 janvier 2013 :

A tous les gens du monde qui sont de mon groupe d’âge

Je refuse de penser à ma mort ; je ne veux pas emmener mes aspirations à la vie dans ma tombe.

Mon nom est Zaneyar Moradi.

Actuellement je suis dans le couloir de la mort, dans ma cellule de prison à Karaj, Iran, et je veux vous parler à vous jeunes gens d’Europe et d’Amérique. Je veux parler aux gens qui ont mon âge et qui vivent au Japon, en Australie, en France, en Afrique et partout dans le monde.

S’il vous plaît, NE LES LAISSEZ PAS ME PENDRE !

Lire la suite

Lettre de Shahrokh Zamani, militant ouvrier iranien emprisonné

A tous les organisations syndicales et de défense des droits humains

Monsieur Shahrokh Zamani, membre du Comité de Suivi pour la Formation d’Organisations Ouvrières Libres en Iran et du Syndicat des Peintres de Téhéran, est un militant ouvrier connu et populaire qui, avec une lettre écrite depuis la prison de Tabriz, nous demande de faire entendre sa voix à l’échelle internationale.

Monsieur Zamani a été arête le 5 juin 2011 et a été condamné à 11 ans de prison. Son crime est de défendre les droits des travailleurs et de constituer un syndicat. Comme d’habitude, ils ne l’ont pas accusé de cela mais avec de fausses accusations comme « propagande contre le régime ». Pendant sa détention, Monsieur Zamani a subi de graves tortures et des cruautés. Il est actuellement détenu à la célèbre prison Rajaei-Shahr.

La lettre de Monsieur Zamani est jointe : en la lisant vous comprendrez les details de sa situation. Ce que subit Monsieur Zamani est exactement ce que subissent tous les autres prisonniers politiques et militants ouvriers. Nous vous appelons à soutenir Shahrokh Zamani par tous les moyens à votre disposition. Vous pouvez écrire à la République Islamique et protester contre les arrestations, les emprisonnements et la torture à l’encontre de militants ouvriers et demander la libération de Monsieur Zamani et des autres militants ouvriers.

Lire la suite

Iran : Récit de l’arrestation des militants ouvriers à Karaj

Le vendredi 15 juin, lors d’un raid contre un domicile à Karaj, non loin de la capitale Téhéran, les forces de sécurité du régime ont arrêté plus de 60 militants ouvriers. Neuf d’entre eux sont toujours en détention. Voilà un récit de l’intervention des forces de répression traduit par l’International Alliance in Support of Workers in Iran (IASWI).

Quelqu’un parle et d’autres attendent leur tour pour prendre la parole au sujet des salaires modestes et du niveau de vie désastreux de la classe ouvrière, des contrats blancs, à durée déterminée, des licenciements collectifs qui se succèdent …

Une soixantaine de membres du Comité de coordination pour la création d’organisations ouvrières, quelques militants ouvriers et invités se sont réunis dans une maison de la banlieue ouvrière de Karaj où se tient ce jour-là l’assemblée générale annuelle du Comité. La plupart s’y sont rendus directement de leur travail et ressentent encore la fatigue. Il est presque midi et ils vont bientôt déjeuner. La maison est petite, les gens doivent s’asseoir serrés et parler bas pour ne pas déranger les voisins…

Soudain des cris et des détonations retentissent dans le hall d’entrée. On s’arrête de parler et on se précipite vers la porte pour aller voir ce qui se passe… mais brusquement la porte se fracasse et des hommes armés rentrent en nombre et crient : « Tous à terre, salopards,… sinon on tire ! »

Lire la suite