Archives de Tag: journaliers

Grève des journaliers d’EDL en solidarité avec les employés de KVA

L’Orient le Jour, 8 juillet 2014 :

Les journaliers de l’Électricité du Liban (EDL) ont observé un sit-in mardi au sein de l’entreprise, en solidarité avec les employés de la société KVA. Ces derniers ont de leur côté organisé lundi un sit-in pour réclamer le paiement de leur dernier salaire, déplorant qu’ils servent d’otages à la direction de KVA afin de régler ses différends avec l’EDL.

KVA fait partie des trois entreprises privées sous-traitantes d’EDL et en charge du réseau de distribution électrique, qui avaient embauché il y a deux ans près de 2.000 journaliers, en attendant qu’un concours soit organisé pour les cadrer au sein de l’institution publique.

Mouvement de grève des journaliers aux Brasseries du Mali

Malijet, 7 février 2014 :

Rien ne va plus entre la direction de la société des Brasseries du Mali (Bramali) et ses travailleurs, en l’occurrence les travailleurs journaliers, lesquels réclament l’amélioration de leurs conditions de travail. Leurs mauvaises conditions de travail, voire leur exploitation se trouvent être à la base d’une crise au sein de cette société. Une crise qui a fini par provoquer ce mercredi matin un arrêt de travail, occasionnant ainsi une perte de plusieurs dizaines de millions FCFA.

Selon nos informations, certains travailleurs, précisément 150 journaliers, travaillent dans un flou indescriptible à Bramali. Nos sources indiquent que cette situation est entretenue à Bramali depuis 2004, quand elle a signé un contrat de sous-traitance avec une «société fantôme » du nom Temporis qui s’occupe des travailleurs journaliers. En tout cas, la signature de ce contrat de sous-traitance entre Bramali et Temporis est considérée comme le point de départ du calvaire des travailleurs journaliers qui assistent impuissamment à la violation de leurs droits : non-respect de la sécurité sociale et du droit de congé. S’y ajoutent les salaires dérisoires.

Lire la suite

Nouvelle manifestation des journaliers d’EDL à Beyrouth

L’Orient le Jour, 30 septembre 2013 :

Des journaliers d’Électricité du Liban (EDL) ont bloqué lundi les entrées principales de l’office autonome à Mar Mikhaël, à Beyrouth, pour protester contre le non-versement de leur salaire depuis deux mois. Les journaliers, qui réclement aussi leur inscription au cadre de l’office, ont empêché les citoyens et les employés d’accéder au siège de la compagnie.

Plus tôt, les Forces de sécurité intérieure (FSI) avaient empêché des journaliers d’EDL de manifester à l’intérieur de la centrale électrique de Jiyeh, au sud de Beyrouth.

Liban : Les journaliers d’EDL lancent une grève ouverte

L’Orient Le Jour, 12 septembre 2013 :

Les journaliers d’Électricité du Liban (EDL) ont entamé une grève ouverte « jusqu’à l’obtention de leurs revendications », arrêtant net toutes leurs activités dans les centrales électriques. Ils ont manifesté hier devant le siège de l’office autonome, considérant leur geste comme « un préambule à un mouvement d’escalade ».

« Nous avions déjà lancé un cri d’alarme le 19 août dernier pour montrer l’injustice et le laisser-aller qui nous sont réservés de la part des responsables politiques », a indiqué le communiqué des journaliers. « Nous avons également effectué toutes les démarches nécessaires auprès de la direction d’EDL et du ministère du Travail, aucune réponse positive ne nous a à ce jour été apportée », a ajouté le communiqué.

Ics : Les travailleurs journaliers manifestent devant le siège de l’usine

Leral, 29 août 2013 :

Les travailleurs journaliers des Industries chimiques du Sénégal (Ics) se sont donné rendez-vous, ce matin, devant le siège de l’usine à Mbao en banlieue de Dakar. Ils y ont tenu une manifestation bruyante avec des brassards rouges pour dénoncer leurs dures conditions de travail.

L’occasion était de réclamer leurs « 6 semaines » de paye aux responsables de l’usine en tant que journaliers. C’est ainsi qu’ils en ont profité pour dénoncer le manque de sécurité dans leur lieu de travail où ils manipulent quotidiennement des produits chimiques et toxiques. Ils ont réclamé au moins des gants et des chaussures de sécurité afin de protéger leur santé. Parmi les points de revendications de ces ouvriers, figurent également l’alimentation et le logement pour lesquels ils demandent des solutions à la direction de l’usine.

Lutte des travailleurs journaliers à Zouerate

Alakhbar, 26 mai 2013 :

Zouerate (Mauritanie) : Le commandement de la deuxième zone militaire de Zoueirat Mohamedden Ould Bilal est intervenu ce dimanche pour empêcher un accrochage entre les forces de l’ordre et des travailleurs journaliers qui voulaient marcher en direction de la Wilaya contre les autorités locales qui « ignorernt » leurs réclamations, ont-ils confié au correspondant d’Alakhbar.

Ces journaliers, qui évoluent dans une dizaine de sociétés sous-traitantes de la SNIM, réclament entre autres une augmentation de leur rémunération et la prime au bénéfice versées aux employés permanents de la SNIM.

Après quatre jours de sit-in (depuis mercredi 22 mars), les journaliers ont décidé de passer à la vitesse supérieure par l’organisation d’une marche contre les autorités qu’ils accusent d’ignorer leurs revendications et contre l’Inspection régionale du travail qui aurait autorisé le « remplacement des grévistes par des travailleurs ramassés dans la rue », selon les protestataires.

Lire la suite

Nouadhibou : Des travailleurs journaliers mettent en garde la SNIM

ALKAKHBAR, 30mars 2013 :

Les travailleurs journaliers à la SNIM, Société Nationale de l’Industrie et des Mines de Mauritanie, ont mis en garde la société qu’ils accusent de leur priver des primes qu’elle attribuent « uniquement » aux employés permanents », a rapporté le correspondant d’Alakhbar.

«La SNIM accumule des gains grâce à nos efforts. Il n’est donc pas logique qu’elle continue à nous priver de ces primes», ont déploré les protestataires lors d’une rencontre organisée vendredi devant le siège de la CGTM à Nouadhibou.

Lire la suite

Les journaliers bloquent l’entrée du siège de l’EDL à Beyrouth

L’Orient le Jour, 28 mai 2012 :

Nouvel épisode de la grève des travailleurs et percepteurs journaliers de l’Électricité du Liban (EDL) : ce matin, les grévistes ont de nouveau bloqué l’entrée principale du siège de l’EDL à Beyrouth.

Les journaliers de l’EDL avait demandé, la semaine dernière, au ministre de l’Énergie Gebran Bassil de présenter sa démission alors que leur demande d’une modification de leur statut en employés cadrés n’a toujours pas eu de suite. Les protestataires dénoncent notamment le fait qu’ils ne bénéficient pas de la couverture de la Caisse nationale de Sécurité sociale (CNSS).

Les employés journaliers manifestent depuis plusieurs semaines à travers le Liban. La semaine dernière, ils avaient notamment tenté d’occuper le siège de l’EDL à Beyrouth.

Liban : Le ras-le-bol des journaliers d’EDL

L’Orient le Jour, 11 mai 2012 :

Les journaliers d’Électricité du Liban au Sud ont poursuivi leur grève pour le troisième jour consécutif devant le bâtiment d’EDL à Nabatiyeh et coupé la route principale de la ville.

À cette occasion, ils ont publié un communiqué dans lequel ils demandent au ministre de l’Énergie et des Ressources hydrauliques, Gebran Bassil, de se pencher sur leurs difficultés « depuis de longues années », à savoir le fait qu’ils n’aient jamais été cadrés dans l’entreprise. « Nous demandons à avoir un statut stable et à être inscrits à la Caisse nationale de Sécurité sociale (CNSS), ainsi que des indemnités de transport et une aide pour les enfants scolarisés », a indiqué le communiqué. Ils ont également menacé de recourir à de plus vastes mouvements de protestations si leurs demandes n’étaient pas entendues.

De leur côté, les journaliers d’EDL à Tripoli ont eux aussi poursuivi leur grève en précisant que le mouvement se poursuivrait tant qu’ils n’auraient pas été cadrés.