Archives de Tag: Issoudun

Châteauroux : Grève à Pôle Emploi vendredi

La Nouvelle République, 11 janvier 2016 :

Trois organisations syndicales lancent un appel à la grève à Pôle emploi, vendredi 15 janvier. La CGT, FO et le SNU (FSU Centre-Val de Loire) protestent contre la décision de la direction de Pôle emploi « de façon unilatérale et contre nos avis, de fermer les agences tous les après-midi pour réserver l’accès aux personnes ayant un rendez-vous avec un conseiller ».

Ce système était en expérimentation à l’agence d’Issoudun depuis six mois. « Il n’est pas satisfaisant, estime Yannick Picard, délégué FSU sur Issoudun. Nous sommes un service public, on se doit d’être ouvert plus régulièrement. Et pas seulement le matin. Il arrive que des demandeurs d’emploi aient besoin d’une information dans l’urgence, il est inconcevable qu’ils se retrouvent face à une porte fermée les après-midi ! On ne remplit plus notre mission de service. »

Un rassemblement est organisé, vendredi, de 11 h à 15 h, devant Pôle emploi-Balsan, à Châteauroux.

Répression antisyndicale à La Poste

La Nouvelle République, 12 décembre 2015 :

La factrice d’Issoudun, en conflit avec La Poste, a été licenciée pour faute grave. La CGT-PTT dénonce une sanction liée à ses actions syndicales.

La sanction est tombée. Geneviève Choubrac a reçu sa notification de « licenciement pour faute grave ». Cette factrice d’Issoudun faisait déjà l’objet d’une mise à pied à titre conservatoire, depuis le 10 septembre. Une mesure disciplinaire contre laquelle s’était élevé le syndicat départemental CGT-PTT, en octobre.

Lire la suite

Sicma : cadres et ouvriers débraient une heure

La Nouvelle République, 13 décembre 2013 :

Une centaine de salariés se sont retrouvés, hier après-midi, devant les grilles de Sicma pour dénoncer ce qu’ils estiment être des licenciements abusifs.

Le climat social semblait quelque peu apaisé à l’entreprise Sicma. Après des débrayages en 2012, au cours desquels l’intersyndicale avait montré sa détermination à renégocier les NAO ( Négociations annuelles obligatoires, l’année 2013 paraissait être celle du retour à la paix sociale. Mais hier après-midi, Force ouvrière – qui n’a pas été suivi par les autres syndicats – appelait à un débrayage d’une heure pour dénoncer ce qu’elle appelle « une stratégie mise en place afin de licencier les gens. C’est ce qu’on appelle une chasse aux sorcières », s’est indigné Jean-François Duclos.

Lire la suite

Issoudun :  » On solde l’avenir de nos enfants ! « 

Hier, près de 120 personnes ont manifesté contre les suppressions de postes annoncées dans les écoles. Une faible mobilisation malgré l’enjeu.

Après avoir symboliquement occupé l’école Jean-Jaurès, jeudi et vendredi, les parents étaient dans la rue, hier, pour protester contre les suppressions de postes annoncées dans les écoles.

L‘heure était mal choisie, concède l’une des organisatrices de la manifestation. 9 h, c’est trop tôt, notamment pour les gens de Châteauroux qui devaient nous rejoindre S’ils étaient moins nombreux qu’attendus, hier matin, dans les rues d’Issoudun, les quelque 120 manifestants ont quand même réussi à se faire entendre en traversant bruyamment la ville. Dans le cortège, beaucoup de parents et leurs enfants, des papys et mamies mais aussi des personnels enseignants.

 «  Lourde charge pour notre ville  »

Céline et Laure, toutes deux Atsem à François-Habert et Georges-Sand, disent ainsi être venues « défendre nos enfants et nos postes ». « Sur dix ans, cinq postes d’Atsem ont été supprimés sur Issoudun. Si on ferme encore des classes, les conditions de travail vont devenir très difficiles. Une classe à 25 élèves, c’est le maximum si on veut encadrer correctement les enfants », résume Laure. « Et encore,renchérit sa copine, Céline. Ça devient compliqué dès lors qu’il y a des enfants en difficulté ou handicapés… » Lire la suite

Ecole Jean-Jaurès (Issoudun) : second jour d’occupation

L’occupation de l’école s’est poursuivie, hier matin. Les mamans en ont profité pour mettre une touche finale aux banderoles revendicatives.

Elles ont les yeux un peu cernés par le manque de sommeil, mais les mamans gardent le sourire. Comme prévu, cinq d’entre elles ont passé la nuit à l’école maternelle Jean-Jaurès en compagnie du directeur, Jean-Charles Paillard, et de deux assistantes maternelles. Des « otages » consentants bien soignés par leurs « ravisseurs ». « On a été aux petits soins pour eux, sourit une maman. On les a nourris, logés mais pas blanchis ! » La municipalité ayant exceptionnellement maintenu le chauffage dans l’école pendant la nuit, tout ce petit monde n’a pas souffert du froid. « L’ambiance était excellente. Des parents des autres écoles et des personnels enseignants sont venus nous tenir compagnie une partie de la soirée. Après, on a continué à discuter et à préparer des banderoles pour la manifestation de samedi. La nuit est passée très vite. »  Lire la suite

Vivarte : Journée décisive pour les salariés

La Nouvelle République, 24 janvier 2012 :

Issoudun (Indre) : Tout le week-end, une poignée de salariés de Vivarte s’est relayé sur le piquet de grève pour entretenir la flamme. « On voulait envoyer un signe fort à la direction. Montrer notre détermination à continuer si les négociations tournent court », a expliqué Marie-Laure Brouillet (CFDT).

Hier, ils étaient encore une vingtaine de grévistes le matin et une trentaine l’après-midi, toujours mobilisés à l’appel de l’intersyndicale CFDT-CFTC-Sud. L’autre inter- syndicale CGT-FO-CFE-CGC avait appelé à reprendre le travail dès vendredi, acceptant l’offre de « 2 % d’augmentation au 1er janvier et 0,5 % en juillet ».

Lire la suite

Vivarte : La grève s’amplifie

La Nouvelle République, 20 janvier 2012 :

Les syndicats de la Compagnie européenne de la chaussure (Issoudun) appellent à la grève dans les magasins de La Halle et Chaussland, samedi.

Le premier jour des soldes, mercredi 11 janvier, les salariés de la Halle aux chaussures (*) de Saint-Gervais-la-Forêt ont lancé un mouvement de grève. En cause, les salaires et la précarité provoquée par de nombreux temps partiels. Ce samedi, à l’appel des syndicats de la Compagnie européenne de la chaussure (FO, CGT, CFE-CGC d’un côté et CFDT, CFTC et Sud de l’autre), une nouvelle journée de grève sera observée.

Lire la suite

Chez Vivarte, les grévistes organisent la lutte

La Nouvelle République, 20 janvier 2012 :

Issoudun. Les syndicats appellent à la mobilisation, samedi, dans les magasins La Halle aux chaussures et Chausseland.

Dominique vit une situation inédite. A 53 ans, c’est la première fois qu’il déguste un sandwich merguez devant son entreprise, pendant ses heures de travail. « Ça fait trente ans que je bosse ici. Et c’est la première fois de ma vie que je me mets en grève », explique-t-il avec calme, mais détermination. Quand on lui demande ses raisons, il sourit et mime le signe de l’argent avec ses mains. « Si on avait obtenu les 2,5 % qu’on demandait au départ, je ne serais pas là. »

Lire la suite

Vivarte : Du débrayage à la grève

La Nouvelle République, 18 janvier 2012 :

Issoudun (Indre) : Le mouvement se durcit chez Vivarte. Au deuxième jour de débrayage, l’équipe de l’après-midi s’est prononcée, hier, en faveur d’une grève totale à une large majorité. Un vote qui devait être proposé aux équipes du soir et du matin, à leur prise de service.

Finis, donc, les débrayages de 55 minutes. Place au piquet de grève. Dès 16 h, les grévistes ont commencé à regrouper des palettes devant l’entrée principale de la Compagnie européenne de la chaussure (CEC). « Il ne fait pas chaud. La nuit va être longue. Il va bien falloir se réchauffer », lance un salarié.

Lire la suite