Archives de Tag: Ismaïlia

Égypte : nouvelle condamnation d’un étudiant pour athéisme

AFP, 19 février 2015 :

Un tribunal égyptien a condamné un étudiant à un an de prison pour avoir «dénigré» l’islam et «prôné» l’athéisme sur Facebook. Il avait été arrêté en octobre 2013, à la suite d’une plainte du directeur de son université.

Le tribunal correctionnel de la ville d’Ismaïlia, située au nord-est de l’Egypte, a rendu son verdict. L’étudiant en lettres, arrêté il y a plus d’un an à la suite d’une plainte de son chef d’établissement, a été condamné à un an de prison pour avoir «dénigré l’islam» et «prôné» l’athéisme sur le réseau social Facebook. «Ses collègues s’étaient plaints au directeur de l’université de ses opinions et de son athéisme affiché […] c’est pourquoi la police l’a arrêté» confirme l’avocat Ahmed Abdel Nabi, qui suit l’affaire de près. Arrêté en octobre 2013, le jeune homme, âgé de 21 ans, avait été libéré sous caution le 3 décembre suivant. Il pourrait de nouveau être remis en liberté conditionnelle en attendant son procès en appel, s’il paye une caution fixée à 1000 livres (environ 115 euros).

Lire la suite

Publicités

Egypte, 1er juillet, 19 h 00, coup d’Etat militaire et manifestations de masse

Egypte, 1er juillet, 19 h 00, coup d’Etat militaire et manifestations de masse

Les gens dansent sur la place Tahrir, les hélicoptères militaires passent très bas avec d’immenses drapeaux égyptiens et des ballons et les pilotes saluent la foule, les gens hurlent leur joie et crient maintenant « le peuple et l’armée sont une seule main« , la place et les rues devant le palais présidentiel sont également pleines de gens dont certains demandent à l’armée d’intervenir tout de suite pas dans 48 H. Mais ce n’est pas parce que la foule applaudit au soutien de l’armée qu’elle souhaite un retour au pouvoir de l’armée et un régime anti-démocratique.  De grosses manifestations commencent à Mahalla, Sharqeya, Port Saïd, Monofeya et d’autres villes. Il semblerait que des troupes de l’armée se soient saisies de l’aéroport, où ils ont arrêté des dirigeants des Frères Musulmans qui fuyaient, et de la TV d’Etat. La maison du multi milliardaire et véritable homme fort des Frères Musulmans, Kairat al-Shaker a été brûlée par la population pendant que ses gardes du corps ont été arrêtés par l’armée. Le ministère de l’intérieur déclare qu’il ne prendra aucune mesure contre les policiers qui manifesteront. Un compte à rebours de 48 h commence à s’égrener sur certaines télés privées. 10 ministres ont démissionné, les gouverneurs de Damiette et Ismailiya également. Tamarod annonce qu’il ne participera pas aux négociations entre partis demandées par l’armée pour trouver une solution à la demande du peuple. Les procureurs viennent de demander au procureur général de démissionner. Des annonces de meetings et conférences de presse des partis se multiplient ce soir. Des rumeurs disent que Morsi proposera ce soir un référendum « dois-je rester ou partir ?« 

Lire la suite

Nouvelles de la révolte en Egypte

Nouvelles d’Egypte envoyées par un lecteur, 6 décembre 2012 ; à noter qu’une dépêche indique que le 5 décembre la population a attaqué des locaux des Frères Musulmans à Suez et Ismailia :

La nuit d’affrontements hier devant le palais présidentiel à Héliopolis
(banlieue du Caire) a fait 5 morts et 600 blessés. Nombreux locaux des
Frères Musulmans attaqués, saccagés ou brûlés dans tout le pays. Des
rats quittent le navire, quatre conseillers présidentiels, le juge nommé
par Morsi à la tête du comité pour le référendum du 15 décembre, le
responsable de la TV Egyptienne et l’opposition appelle à une nouvelle
manifestation vendredi 7 décembre « carton rouge » pour Morsi.

Local des Frères Musulmans en feu à Ismailia, 5 décembre

Les Frères Musulmans dirigent le pays comme le pilote du Titanic dirigeait le
bateau avant qu’il ne coule. Si le gouvernement des Frères Musulmans
tombe, on peut imaginer les répercussions en Tunisie, Arabie Saoudite,
Algérie, etc… et jusqu’ici dans les milieux immigrés.

Révolte en Egypte contre le « nouveau pharaon »

TF1, 23 novembre 2012 :

Au lendemain du renforcement considérable des pouvoirs du chef de l’Etat, accusé de devenir un dictateur, ses opposants et ses partisans défilent dans plusieurs villes du pays.

Des manifestants ont mis le feu vendredi aux sièges du Parti de la liberté et de la Justice, issu des Frères musulmans, dans trois villes d’Egypte, a rapporté la télévision publique au lendemain d’un renforcement considérable des pouvoirs que s’est adjugé lui-même le président islamiste Mohamed Morsi.

Les locaux du PLJ ont été incendiés dans les villes de Suez, Ismaïliya et Port Saïd, selon la chaîne. Un responsable du parti islamiste a en outre indiqué à l’AFP que les locaux du parti avaient été pris d’assaut dans la ville d’Alexandrie, où des accrochages ont éclaté entre manifestants pro et anti Mohamed Morsi.

Egypte : Les affrontements continuent Place Tahir

AFP, 20 novembre 2011 :

Trois personnes ont péri dimanche, asphyxiées par les gaz lacrymogènes tirés par la police sur des manifestants au Caire, portant à cinq le bilan des morts après deux jours d’affrontements en Egypte, à une semaine du premier scrutin législatif depuis le départ d’Hosni Moubarak.

En fin d’après-midi, les forces de l’ordre et plusieurs milliers de manifestants s’affrontaient pour le contrôle de l’emblématique place Tahrir, foyer de la révolte qui a provoqué le départ du président Moubarak en février.

La police anti-émeutes et la police militaire sont brièvement entrées sur cette place du centre de la capitale égyptienne, avant de refluer dans les rues adjacentes face à une vive résistance des manifestants.

Lire la suite

Egypte: heurts à Ismaïlia

Des affrontements ont éclaté entre des travailleurs d’une zone industrielle de la ville d’Ismaïlia (nord-est) et la police militaire, faisant 38 blessés, ont indiqué à l’AFP des témoins et des sources médicales.

Au moins 5.000 travailleurs de la zone franche d’Ismaïlia en grève ont tenté de sortir du complexe industriel et ont été bloqués par la police militaire, ont rapporté des témoins. La zone est située sur la rive ouest du canal de Suez et quelque 80 usines spécialisées dans le textile et le cuir y sont installées.
La police a tiré en l’air et bloqué la sortie du complexe. Les travailleurs ont ensuite lancé des pierres en direction des policiers qui ont répondu par des jets des mêmes projectiles.

Les heurts ont fait 36 blessés parmi les ouvriers et deux parmi les policiers. Selon une source médicale, 23 des blessés ont été hospitalisés. Les ouvriers observent depuis hier un mouvement de grève pour réclamer une hausse de leur salaire minimum à 1.200 Livres égyptiennes (environ 200 dollars). Ils demandent également des contrats à long-terme et la réduction de la main d’oeuvre étrangère.

AFP , 26/07/2011