Archives de Tag: Idomeni

Au camp de migrants d’Idomeni, une pluie de gaz lacrymogènes depuis la Macédoine

Le Monde, 10 avril 2016 :

D’importants incidents ont eu lieu, dimanche 10 avril dans la matinée, dans le camp d’Idomeni, en Grèce, à la frontière avec la Macédoine, où plus de 11 000 personnes vivent depuis plus d’un mois dans des conditions extrêmement difficiles.

Les incidents ont éclaté dimanche en fin matinée. La police macédonienne a fait usage de gaz lacrymogènes et, selon plusieurs journalistes, de balles de caoutchouc et de grenades assourdissantes pour disperser une foule d’environ 500 personnes qui réclamaient l’ouverture de la frontière et tentaient de détruire le grillage qui sépare les deux pays, certains jetant des pierres contre les policer macédoniens.

Lire la suite

Publicités

Grèce : manifestation des réfugiés à Idomeni

Euronews, 28 mars 2016 :

Des centaines de demandeurs d’asile manifestent à Idomeni pour exiger l’ouverture de la frontière avec l’Ancienne République yougoslave de Macédoine. Plus de 11 000 personnes restent bloquées du côté grec dans l’espoir de pouvoir reprendre une route des Balkans fermées depuis plus d’une semaine. Athènes tente de déplacer des migrants dans d’autres camps, sans grand succès.

“Hier, une femme a accouché ici, raconte Hana, originaire de Damas. Une autre a eu un bébé il y a 12 jours. Les conditions de vie ici ne sont pas satisfaisantes pour des animaux. Nous ne l’accepterons pas. Nous sommes humains, nous avons des droits et nous continuerons à protester jusqu‘à l’ouverture des frontières.”

Lire la suite

Manifestation de réfugiés à la frontière gréco-macédonnienne

L’Expression, 12 mars 2016 :

Des dizaines de personnes ont protesté samedi à Idomeni, où sont bloqués plus de 14.000 migrants, réclamant l’ouverture de la frontière avec la Macédoine, parmi lesquels un réfugié syrien qui a entamé une grève de la faim.

Environ 200 réfugiés, surtout des Syriens et des Irakiens avec leurs enfants, se sont assis à la mi-journée sur la voie ferrée frontalière, scandant « Open the border » (« Ouvrez la frontière », ndrl). Ce genre de protestation est récurrent à Idomeni où la frontière entre la Grèce et la Macédoine est fermée depuis une semaine. Parmi eux, Nazim Serhan, un Syrien de 44 ans, a commencé samedi la grève de la faim devant sa tente à Idomeni. Il voyage avec ses trois enfants et veut rejoindre sa femme, atteinte d’un cancer, et son quatrième enfant qui sont en Allemagne.

Face aux racistes de Pegida et à l’Europe des barbelés

Ce samedi 6 février, les racistes de Pegida voulaient faire des marches dans plusieurs pays d’Europe pour appeler à la haine contre les réfugiés, les immigrés, leurs enfants et petits-enfants.

NPEFin

A Dresde (Allemagne), ils étaient entre 6.000 et 8.000 selon des camarades allemands et 1500 à Prague (Tchéquie). A Dresde, après une cérémonie à la synagogue, 3500 antifascistes ont manifesté contre l’extrême-droite tandis que des groupes de manifestants plus petits ont tenté de bloquer la marche raciste. Une vingtaine d’antifascistes ont été arrêtés. En France, ils étaient 35 néo-nazis à se rassembler à Saint-Brieuc face à 300 antifascistes. A Graz (Autriche) aussi,  comme à Birmingham,  les antifascistes étaient plus nombreux que les racistes.  A Amsterdam, des affrontements ont opposé racistes et antifascistes. Dans d’autres villes, comme à Barcelone (Espagne), à Ceuta (possession espagnole au Maroc) ou à Idemi (Grèce), des manifestations ont été organisées contre l’Europe des barbelées. 400 personnes ont également manifesté devant l’ambassade d’Espagne à Rabat pour réclamer l’ouverture des frontières à Ceuta et Melilla.

Lire la suite

Rideau de fer à la frontière macédonienne

La Croix, 28 novembre 2015 :

L’armée macédonienne a commencé à ériger une clôture métallique le long de sa frontière avec la Grèce pour stopper les migrants qui tentent de gagner par cette voie l’Europe de l’Ouest.

Une source militaire a confirmé que les travaux avaient commencé, mais sans fournir de détails sur l’ampleur du chantier. La longueur qu’aura cette barrière n’est ainsi pas encore connue, mais un journaliste de l’AFP a indiqué que l’armée utilisait des équipements lourds pour ériger cette clôture de 2,5 mètres de haut hérissée de fils de fer barbelés, notamment près de la ville frontalière de Gevgelija.

Lire la suite