Archives de Tag: Hôpitaux de Saint-Maurice

Le personnel des hôpitaux de Saint-Maurice stoppe le conseil de surveillance

94 Citoyens, 23 juin 2013 :

En grève ce vendredi 21 juin pour protester contre la suppression programmée de 50 postes et la fermeture estivale de plusieurs services, le personnel soignant des Hôpitaux de Saint-Maurice (HNSM) a profité du conseil de surveillance de l’hôpital pour se faire entendre, au point que ses membres ont préféré interrompre la séance. Le mouvement de grève devait être reconduit ce lundi.

Hôpitaux-Saint-Maurice2

Un peu plus de 250 personnels de l’hôpital s’étaient réunis devant la direction ce vendredi 21 juin, restant sur place après même l’interruption du Conseil de surveillance. Aux slogans « ça va péter, ça va péter ! » et « résistance » . Les syndicats, Sud Santé et la CGT en tête, s’inquiètent des restrictions budgétaires envisagées pour le prochain exercice. « Le budget prévisionnel prévoit une économie de 2,5 millions d’euros et notamment la suppression de 50 postes » indique Nelly Derabours, déléguée Sud Santé Sociaux. « On nous assure que les soignants ne seront pas touchés, mais c’est faux : dans les services, on ne remplace pas les départs à la retraite, on diffère des embauches prévues, on ne remplace pas les congés bonifiés… » estime t-elle.

Lire la suite

Les hôpitaux de Saint-Maurice se mettent en grève

94.Citoyens, 17 juin 2013 :

Les syndicats CGT et Sud Santé des Hôpitaux de Saint-Maurice (94) appellent à la grève ce vendredi 21 juin,date du Conseil de surveillance de l’établissement, pour protester contre les restrictions budgétaires. »La dotation de l’ARS (Agence régionale de Santé) est en progression de 0,8% mais c’est insuffisant pour compenser le glissement vieillissement technicité (GVT) qui entraîne automatiquement une augmentation du budget de 2,5 à 3%.

En conséquence, nous craignons une réduction d’une cinquantaine de postes au fur et à mesure de non remplacements.L’un des infirmiers du service des sports est déjà parti sans être remplacé« , explique David François, délégué CGT.

Lire la suite