Archives de Tag: Hongrie

Convoi de voitures pour aider les réfugiés en Hongrie

Alors que des centaines de réfugiés sont partis à pied depuis Budapest en direction de la frontière autrichienne, 140 conductrices et conducteurs ont quitté Vienne ce dimanche matin pour aller à leur rencontre et les aider à traverser la frontière, et ce malgré les menaces des autorités hongroises que toute aide aux réfugiés est illégal. Une autrichienne, interrogée par la BBC, explique : « Je pense que c’est mon devoir. Je suis une mère. Je suis une femme d’Autriche et je ne peux plus fermer les yeux. Nous sommes tous des êtres humains et personne n’est illégal ».

convoy Lire la suite

2.200 conducteurs autrichiens prêts à aller chercher des réfugiés à Budapest

Alors que de nombreux réfugiés restent bloqués à Budapest, 2.200 conducteurs autrichiens se sont portés volontaires vendredi pour aller avec leurs véhicules à Budapest aider ces réfugiés à rejoindre l’Autriche.

Quatre militants autrichiens ont été arrêtés vendredi par la police hongroise alors qu’ils tentaient d’organiser des départs en voiture pour des réfugiés. Selon la législation en vigueur du gouvernement Viktor Orban, ils risquent jusqu’à cinq ans de prison pour ce simple geste de solidarité humaine. Le gouvernement autrichien a lui rappelé que « l’aide à l’immigration illégale » était passible d’une amende de 5.000 euros.

Hongrie : Résistance à la campagne raciste du gouvernement

Non content d’ériger un rideau de fer entre la Hongrie et la Serbie, le gouvernement d’extrême-droite de Viktor Orban a lancé une campagne xénophobe puante en juin , avec des immenses affiches officielles, où on peut lire des slogans comme « Si tu viens en Hongrie, ne prends pas le travail des Hongrois»,  « Si tu viens en Hongrie, respecte notre culture» ou « Respecte nos lois. » En juillet, s’ajoute une autre campagne, qui coûtera 600 millions de couronnes (soit près de 2 millions d’euros) aux contribuables, où est écrit « nous ne voulons pas d’immigrés illégaux ».

hon1hon2

Les antiracistes de Hongrie répondent à cette campagne en arrachant ces affiches, en les recouvrant de peinture ou même en détournant les slogans.

Lire la suite

Hongrie : Non au mur de la honte !

Alors que l’armée hongroise commence d’ériger un mur de quatre mètres de haut sur les 180 km de frontières avec la Serbie, mur dont le but est d’empêcher l’entrée de réfugiés et autres migrants, près d’un millier de personnes ont manifesté le 14 juillet à Budapest contre le mur de la honte, pour le droit des réfugiés et des migrants et pour rappeler qu’aucun être humain n’est illégal.

BudaBuda2 Lire la suite

Ils menacent la liberté de la presse et défilent à Paris

I-Télé, 11 janvier 2015 :

La Hongrie, l’Egypte, la Turquie, la Russie, les Emirats arabes unis ou encore l’Algérie étaient représentés dimanche à Paris lors de la marche républicaine contre le terrorisme et pour la liberté. Pourtant, ces pays sont connus pour leurs politiques répressives à l’égard de la presse et des journalistes. Des organisations de défense de la liberté de la presse et des droits de l’homme s’en sont indignés.

La présence à la marche parisienne dimanche du Premier ministre turc Ahmet Davutoglu, du chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et de ses homologues d’Algérie, d’Egypte ou encore des Emirats arabes unis a sucité l’indignation de Reporters sans frontières (RSF). L’ONG a réagi dans un communiqué publié dimanche :

Lire la suite

Après les élections européennes

Article paru dans « Communisme-Ouvrier » n°44, bulletin de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Ceux qui ont tout fait pour rendre l’Union européenne détestable se plaignent de ce qu’un parti anti-européen arrive en tête des élections européennes… Le premier ministre qui mène une politique policière, raciste et anti-ouvrière, s’étonne qu’un parti policier, raciste et anti-ouvrier ait surclassé le sien.

Le système électoral français, conçu pour protéger les partis en place, a permis d’amortir le choc lors des municipales. Les élections européennes donnent une image à la fois plus réaliste et autrement déformée des rapports de force politique. Avec 4 147 212 voix, le Front national est incontestablement en tête, loin devant le parti socialiste et ses alliés écologistes. Mais cette fois, le système électoral permet à ces voix, qui représentent en réalité 8,1% de la population adulte du pays, d’obtenir 26% des suffrages exprimés et un tiers des députés européens.

Lire la suite

À Budapest, les travailleurs de la chimie d’EVM réclament leurs salaires

IndustriALL :

Une centaine de travailleurs de la firme EVM, spécialisée dans la chimie, ont manifesté le 12 février pour réclamer le paiement de leurs arriérés de salaires et de prestations. Cette manifestation était organisée par la Fédération des travailleurs de la chimie de Hongrie, VDSZ, devant le cabinet d’avocats qui représente le propriétaire d’EVM.

Les travailleurs ont entamé une grève avec occupation des locaux de l’usine le 3 février.

Lire la suite

Hongrie : loi anti-SDF

hongrie2

Un tiers de la population hongroise vit en dessous du seuil de pauvreté. Les associations dénoncent des cas de plus en plus nombreux de sous-alimentation chez les enfants et le nombre toujours plus grands de sans-abri. Pour régler le problème, le Premier ministre Viktor Orban, et son très autoritaire parti au pouvoir, le Fidesz, ont décidé de tout simplement d’interdire les SDF. Amendes, placement forcé en centre d’hébergement et même prison. Tout est bon pour cacher la misère.

Hongrie : loi anti-SDF

Le reportage à Budapest de Martin Rosefeldt.

http://www.arte.tv/fr/hongrie-loi-anti-sdf/7747902,CmC=7749378.html

La Hongrie prend des mesures drastiques contre les sans-abri

Depuis le 1er octobre, les Hongrois sans domicile fixe (SDF) peuvent être bannis des zones d’intérêt touristique, notamment dans la capitale, Budapest, en vertu d’une loi destinée à protéger « l’ordre public, la sécurité, la santé et les valeurs culturelles », mais que les organisations d’aide aux sans-abri voient surtout comme une criminalisation de la pauvreté.

Adopté, lundi 30 septembre, à une écrasante majorité par le Parlement, le texte donne aux autorités locales toute latitude pour définir des zones interdites aux SDF et y détruire leurs cabanes ou abris de fortune.

Adopté, lundi 30 septembre, à une écrasante majorité par le Parlement, le texte donne aux autorités locales toute latitude pour définir des zones interdites aux SDF et y détruire leurs cabanes ou abris de fortune.

Adopté, lundi 30 septembre, à une écrasante majorité par le Parlement dominé par le Fidesz, le parti du premier ministre conservateur Viktor Orban, ce texte donne aux autorités locales toute latitude pour définir des zones interdites aux SDF et y détruire leurs cabanes ou abris de fortune. Les contrevenants s’exposeront à des travaux d’intérêt public, à des amendes ou à des peines de prison. Lire la suite

Hongrie : Perpétuité pour les tueurs de Rroms

Hu lala, 6 août 2013 :

De janvier 2008 à août 2009, une série d’attaques contre des Roms a coûté la vie à six personnes. La Justice hongroise a condamné ce mardi matin – selon un jugement non-définitif, en première instance – trois hommes à la prison à perpétuité pour crimes racistes et un quatrième à une réclusion de 13 ans, rapporte l’agence de presse hongroise MTI.

Mardi matin au Tribunal de Pest : beaucoup de Roms, des proches des victimes, des militants antiracistes

Les quatre condamnés étaient membres d’un groupe de supporters du club de football de Debrecen (dans l’est de la Hongrie) et partisans d’une idéologie raciste. Ils sont accusés d’avoir tué six personnes et blessé grièvement cinq autres au cours de neuf attaques, la plupart dans le nord-est du pays – à Kisléta, Tiszalök, Piricse, Nagycsécs… – dans des régions anciennement industrielles où la proportion de Tsiganes est la plus importante et où le parti d’extrême-droite Jobbik prospère aujourd’hui sur les ruines du parti socialiste.

Leur mode opératoire – répété lors de plusieurs opérations, mais pas toutes – était particulièrement sordide : ils mettaient le feu à une habitation à l’aide de cocktails Molotov puis deux tireurs abattaient ses occupants fuyant les flammes avec des armes à feu. La série d’assassinats a culminé le 23 février 2009, dans la ville de Tatárszentgyörgy au centre du pays, avec les meurtres d’un homme de 27 ans, Róbert Csorba, et de son fils de 4 ans, Robika, abattus alors qu’ils fuyaient leur maison en feu. Le 2 août 2009, trois semaines avant l’arrestation des quatre suspects, une mère a été tuée et sa jeune fille de 13 ans grièvement blessée dans les mêmes conditions.

Lire la suite