Archives de Tag: Hennebont

Bricomarché à Hennebont : Les travailleurs obtiennent le départ du directeur

Ouest France, 7 janvier 2015 :

Après trois jours de conflit, le directeur du Bricomarché d’Hennebont va quitter son poste. Les douze salariés grévistes vont reprendre le travail ce mercredi matin.

Les grévistes du Bricomarché d’Hennebont ont obtenu le départ du directeur, après plusieurs heures de négociations.

Lire la suite

Hennebont : Le personnel de Bricomarché en grève

Ouest France, 4 janvier 2015 :

Les salariés de Bricomarché se sont mis en grève avec le soutien de Force Ouvrière. Ils réclament du dialogue social. Le magasin est fermé.

Le personnel de Bricomarché s’est mis en grève, samedi matin, avec le soutien de Force Ouvrière. Sur les quatorze salariés, presque tous ont adhéré au mouvement et le magasin a été fermé. « Les revendications ne sont pas d’ordre salarial, explique Fabrice Bellec, délégué du personnel et délégué syndical FO. Il y a ici un grave manque de dialogue social. Nous voulons travailler dans un climat de travail serein, dans le respect de la personne. »

Lire la suite

Morbihan : Appel à la grève dans le second degré

Ma Ville.com, 18 mars 2012 :

Ce lundi 19 mars, dans le Morbihan, l’intersyndicale FSU, Sud, CGT, FO appelle à la grève dans le second degré. Des délégations des établissements « où des situations sont délicates » (Victor Hugo à Hennebont, Marcellin Berthelot à Questembert et Colbert à Lorient, où est annoncée la suppression du bac pro usinage) se déplaceront au rectorat de Rennes.

« Pénurie des moyens »

Par ailleurs, le comité spécial départemental du Morbihan du second degré (collèges-lycées-lycées professionnels-EREA) s’est tenu jeudi 15 mars à l’Inspection académique. Les organisations syndicales représentatives (FSU, Sud, CGT, Sgen, Unsa) ont refusé de voter la proposition de mesures de cartes scolaires dans le second degré. La FSU estime que « la prochaine rentrée sera extrêmement difficile, nécessitera le recrutement de personnels vacataires, contractuels en nombre. La situation dans plusieurs lycées avec des prévisions d’effectifs de classes à 37-38 élèves, surtout sur les niveaux première et terminale, est particulièrement préoccupante ». Pour le syndicat, « ce comité technique spécial départemental aura donc été celui du redéploiement de la pénurie des moyens ».