Archives de Tag: Hassi R’mel

Les travailleurs de Sonatrach à Hassi R’mel boycottent le restaurant

Algérie Patriotique, 1 août 2016 :

Mettant leur menace à exécution, les travailleurs de la division Production de Sonatrach à Hassi R’mel ont effectivement boycotté le restaurant comme décidé dans un appel diffusé vendredi dernier, en signe de protestation contre la décision de la dernière tripartite relative à la suppression du droit à la retraite anticipée. «Le droit à la retraite anticipée étant un acquis, et ayant cotisé pendant plusieurs années à la Cnas, la mobilisation de tous est plus que nécessaire», soutiennent les travailleurs protestataires.

Selon les échos qui nous sont parvenus de Hassi R’mel, 90% des travailleurs ont répondu au mot d’ordre du boycott de la restauration. Les travailleurs sur les modules de traitement de gaz et les stations de compression et qui déjeunent sur les lieux de leur travail, ont refusé de faire descendre les repas des camions. Regroupés autour de la Coordination pour la défense du droit à la retraite anticipée (CDDRA), les travailleurs sont déterminés à aller jusqu’à satisfaction de leur revendication, et menacent de lancer une grève de la faim dans le cas où le syndicat ne les suivrait pas dans leur action de protestation.

Lire la suite

Publicités

Sonatrach : des travailleurs en grève de la faim à Hassi R’mel

Algérie Focus, 30 août 2013 :

A Hassi R’mel, où se trouve le plus champ gazier en Algérie, des travailleurs de la compagnie nationale d’hydrocarbures Sonatrach ont entamé une grève de la faim. Cette grève qui dure depuis trois jours a été déclenchée pour défendre une liste de revendications qui tournent essentiellement autour de la mise en application d’une plate-forme contenant un nombre de doléances concernant notamment le calcul de la prime l’expérience professionnelle.

Tout a commencé lorsque les travailleurs des différentes unités de production de la compagnie pétrolière nationale, sises à Hassi R’mel à plus de 500 Km de la capitale Alger, ont refusé de prendre le déjeuner de la journée de jeudi. Les travailleurs ne sont pas satisfaits des repas qui leur a été offert et réclament une commission d’enquête pour contrôler la qualité du service de restauration en nette régression ces dernières années, ont-ils dénoncé. Dans les colonnes du quotidien arabophone «El Khabar», des grévistes soupçonnent des «malversations» dans le marché de Catering de Sonatrach. Ils indiquent que les repas remis aux travailleurs ne sont plus conformes au cahier de charge.

Lire la suite

Hassi R’mel : 19 délégués licenciés

Algérie Soir, 23 juin 2013 :

Malgré leur disponibilité et leur ouverture au dialogue et une décision de justice qui reconnaît leur grève de la faim, 19 délégués des 1161 travailleurs de Hassi R’mel ont été destinataires de décisions de licenciement. La grève continue pour certains, d’autres n’ayant pu supporter la «pression», ont tout bonnement abandonné, a-t-on appris.Les sociétés de prestations de services ont ainsi mis à exécution leurs menaces. Après les mises en demeure, c’est le licenciement.

Les décisions de licenciement des 19 délégués des travailleurs de trois sociétés de prestations de services (Saha, Bayat et Cieptal activant pour le compte de Sonatrach), ont été transmises mardi par le biais d’un huissier de justice, nous dira Fouad Djida, un des délégués concerné par «cette énième pression».
4 délégués de Cieptal, 5 de Saha et 10 de Bayat Catering sont concernés par cette décision jugée «illégale».

La décision avait été prise bien avant, affirme Djida, indiquant qu’elles portaient la date du 13 juin. Dépité, notre interlocuteur n’hésitera pas à dire que la grève de la faim qui dure depuis 23 jours est «cassée».

Lire la suite

Les grévistes de Hassi R’mel remportent une victoire judiciaire

RFI, 11 juin 2013 :

En Algérie, les 1 161 travailleurs de Hassi R’mel, à 600 kilomètres au sud d’Alger, qui sont en grève de la faim depuis 12 jours, ont gagné une victoire judiciaire ce lundi 10 juin. Le tribunal a débouté leurs employeurs qui les accusaient de grève illégale. Mais ils ne se démobilisent pas pour autant.

Halim, 30 ans, a les joues creusées par sa grève de la faim. Mais il a le sourire. « Nous sommes contents parce que la justice, aujourd’hui, a fait son travail correctement. Quand ils ont regardé tous nos PV de grève, les photos de grève, les cas qu’on a reçus, tous ont refusé le dossier », explique-t-il.

Malgré la décision de justice, la grève se poursuit. « On n’a pas confiance. La justice nous dit qu’on a raison et l’employeur affirme le contraire. On n’a rien reçu, pourquoi arrêter la grève ? », s’étonne Fouad Djida, l’un des représentants des travailleurs.

Lire la suite

Sud Algérien : Un millier de travailleurs rentrent en grève de la faim

Le Mag.ma, 10 juin 2013 :

Le syndicat national autonome des personnels de l’administration publique en Algérie (SNAPAP) a dénoncé « fermement les pratiques antihumaines » des multinationales du catering à Hassi Rmel dans le sud algérien et « condamné la complicité et le silence du gouvernement algérien » sur la situation de plus de mille travailleurs qui entament leur 8ème jour d’une grève de la faim dans trois sociétés de catering du groupe pétrolier Sonatrach.

Dans un communiqué, dont copie a été transmise à la MAP, le syndicat note que plus de mille travailleurs entament leur 8ème jour d’une grève de la faim pour réclamer « l application d’un décret ministériel sur la rémunération et dénoncer la nouvelle forme d’esclavage utilisée par les sous-traitants qui ne reversent que 20 pc de ce que leur verse Sonatrach au mépris total du décret précisant que toutes les firmes multinationales de catering sur le site de Sonatrach doivent verser 80 pc de ce qu elles perçoivent aux travailleurs ».

Lire la suite

Algérie : 1 161 travailleurs en grève de la faim à Hassi R’mel

Algérie Focus, 1 juin 2013 :

La situation sociale continue d’être préoccupante dans plusieurs localités du sud du pays. Un représentant des chômeurs algériens, Yacine Zaïd, nous a ainsi adressé un communiqué relatif à l’entrée en grève de la faim illimitée, à Hassi R’mel, un important site gazier et pétrolier, de pas moins de 1 161 travailleurs représentant trois entreprises de catering.

Ces travailleurs ont eu recours, depuis ce jeudi, à cette ultime action, comme l’explique le communiqué rendu public hier, à cause des «promesses non tenues par les employeurs, et le refus par ces derniers d’appliquer les instructions données en ce sens par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal.»

Les travailleurs en grève de la faim, qui disent être victimes d’un véritable esclavagisme, ne revendiquent rien moins que le «relèvement de 80 % de leurs salaires, un effet rétroactif du salaire de base depuis 2009, un planning du travail 4X4 au lieu du 6X2 ayant cours actuellement, le droit de s’organiser en syndicats ainsi que plusieurs autres revendications à caractère socio-économique, comme les conditions d’hébergement, de nourriture, de travail et de transport.»

Lire la suite

Hassi R’mel : nouvelle grève de la faim dans la base de vie de Sonatrach

Algérie Focus, 31 mai 2013 :

Un vaste mouvement de grève touche depuis hier le site pétrolier de Hassi R’mel. Des employés des sociétés de catering de la base de vie de Sonatrach ont entamé une grève de la faim illimitée pour défendre leurs droits. Ils affirment vouloir poursuivre la contestation jusqu’à ce qu’ils obtiennent gain de cause.

Protestation ouvrière à Hassi R’mel en février 2013

Un vent social souffle sur Hassi R’mel, où de nombreux employés ont décidé de suivre une grève de la faim pour dénoncer leurs conditions de travail. Décidés à poursuivre ce mouvement jusqu’à obtention d’une amélioration de leur salaire et de leur environnement, la majorité des 1600 employés que comptent cette base de vie de Hassi R’mel ne mangent plus depuis hier. Révoltés contre leur direction ils ont relancé la contestation qui était née début mai. Parmi leurs principales revendications, les grévistes réclament l’application de la promesse d’une augmentation de leurs salaires, un changement de leur rythme de travail ainsi qu’une amélioration de leurs conditions de vie au sein de la base de vie. « Nous ne sommes pas des esclaves, nos conditions de vie sont misérables, nous sommes à quatre dans une chambre, nos sanitaires sont dans un état désastreux. Quant à nos salaires, ils sont dérisoires, certains ne gagnent même pas le minimum et touchent 16 000 dinars par mois », s’indigne un délégué syndicaliste, contacté par Algérie-Focus.

Lire la suite