Archives de Tag: Gold Fiels

Afrique du Sud : Grève dans les mines d’or le 3 septembre

Ecofin, 1 septembre 2013 :

Un préavis de grève dans les mines d’or d’Afrique du Sud a été lancé pour mardi 3 septembre après l’échec des négociations salariales qui se déroulent chaque année entre juin et août.

«Un préavis de grève dans les mines d’or a été déposé par les syndicats pour le 3 septembre », a indiqué dans un communiqué la Chambre des mines qui a piloté les négociations avec les syndicats. «Les employeurs vont continuer à prendre des dispositions en prévision de cette action de grève, afin d’assurer la continuité des services essentiels, et la sécurité des salariés comme des actifs», a ajouté la chambre qui négocie depuis deux mois pour le compte de plusieurs entreprises, dont AngloGold Ashanti, Gold Fields, Harmony Gold, Evander Gold Mine, Sibanye Gold et Village Main Reef.

Lire la suite

Publicités

Afrique du Sud : préavis de grève dans les mines d’or

Mali Actu, 30 août 2013 :

Un préavis de grève dans les mines d’or d’Afrique du Sud a été lancé pour mardi 3 septembre après l’échec des négociations salariales annuelles pilotées par la Chambre des mines pour l’ensemble du secteur, a indiqué vendredi l’organisation dans un communiqué.

« Les employeurs vont continuer à prendre des dispositions en prévision de cette action de grève, afin d’assurer la continuité des services essentiels, et la sécurité des salariés comme des actifs », a précisé la Chambre des mines qui négocie depuis deux mois pour le compte de plusieurs entreprises dont AngloGold Ashanti et Gold Fields.

La grève doit démarrer avec les équipes en poste dans la nuit de lundi à mardi. Plus de 100.000 mineurs travaillent dans ce secteur.

Lire la suite

Afrique du Sud : Vers la grève dans les mines d’or

Slate Afrique, 28 août 2013 :

Les syndicats des mines d’or d’Afrique du Sud ont refusé mardi les offres d’augmentation des salaires proposées par les employeurs, faisant planer le spectre d’une nouvelle vague de grèves dans le pays.

Manifestation de mineurs à Johannesburg le 27 août

Sept mines d’or, dont les géants tels que AngloGold Ashanti et Gold Fields, ont offert une augmentation maximale de 6,5% des salaires.

Toutefois, la puissante centrale, la National Union of Mineworkers (NUM), a imméditament rejeté l’offre.

Lire la suite

Afrique du Sud : 8 500 mineurs grévistes licenciés

Métro, 23 octobre 2012 :

Le groupe minier sud-africain Gold Fields a mis sa menace à exécution en licenciant ses 8 500 employés qui n’avaient pas repris le travail ce mardi. Un épisode de plus dans les violents conflits miniers dans le pays.

Le bras-de-fer social est allé jusqu’au bout. Le groupe minier Gold Fields a annoncé mardi le licenciement de 8500 grévistes de KDC East qui ont « ignoré l’ultimatum » de la direction, exigeant un retour au travail à 16 heures. « Nous avons envoyé des lettres de licenciement à tous », a prévenu le porte-parole du groupe, Sven Lusche.

La mine d’or de KDC East, au sud-ouest de Johannesburg, qui emploie 12 500 personnes, est paralysée depuis le 14 octobre par une grève sauvage pour réclamer de fortes augmentations de salaire. Les grévistes protestent aussi contre le rôle du Syndicat national de la mine, censé les représenter, mais jugé trop proche du pouvoir.

Lire la suite

Afrique du Sud : blocage des négociations dans les mines d’or en grève

Aujourd’hui le Maroc,15 octobre 2012 :

Patronat et syndicats étaient dans l’impasse lundi en Afrique du Sud, incapables de mettre fin à la grève sauvage dans les mines d’or, alors que les grévistes s’exposent désormais à des licenciements tandis que le mouvement s’est étendu chez Gold Fields.

Dans un effort pour obtenir la reprise du travail, le patronat des mines avait proposé la semaine passée des augmentations de salaires que le Syndicat national des mineurs (NUM) avait accepté de soumettre à la base, avant d’essuyer un refus.

Lundi, après avoir laissé quelques jours de plus aux grévistes pour réfléchir, la Chambre des mines, maîtresse de la grille des salaires pour les mines d’or, a refusé de marchander davantage.

Lire la suite

Afrique du Sud : Le patronat face à la vague de grèves dans les mines

Le Figaro, 11 octobre 2012 :

Après avoir joué du bâton, en licenciant des milliers de grévistes, le patronat accepte de revoir les grilles de salaires. L’enjeu est crucial pour le pays dont le secteur minier, paralysé depuis des semaines, représente 20% du PIB.

Le patronat des mines sud-africaines fait un petit pas en avant, alors que des grèves sauvages affectent toujours plusieurs sites à travers le pays. La Chambre des mines, qui centralise la négociation salariale dans les mines d’or, a annoncé très tard mardi soir qu’elle avait «revu les conditions pour les salaires de base et les autres catégories».

A l’issue d’une journée de négociations, la Chambre s’est dit prête à une série de mesures: hausse du salaire des ouvriers les moins payés, «allocation pour les foreurs», «amélioration de la rémunération» d’autres catégories de salariés. Plus symbolique encore, le patronant «reconnaît des anomalies qui méritent d’être traitées». Pour le NUM, syndicat majoritaire, il s’agit d’une première victoire. Son porte-parole, Lesiba Seshoka, précise toutefois qu’ «il n’y a pas d’accord, c’est encore une proposition». Le NUM doit en effet consulter la base, notamment à Carletonville où une mine d’or du groupe sud-africain Gold Fields est paralysée par une grève sauvage depuis le 9 septembre.

Lire la suite

Contre l’avis de la bureaucratie syndicale, les grèves en Afrique du Sud font tâche d’huile

L’Usine Nouvelle, 4 octobre 2012 :

Les grèves qui affectent la production de platine et d’or en Afrique du Sud s’enveniment. Elles touchent désormais les mines à ciel ouvert de minerai de fer, de charbon et de diamants.

Travailleurs en grève des mines Gold Field

A mi-août, juste après le massacre de Marikana, tant les experts du mouvement social en Afrique du Sud que les dirigeants des compagnies aurifères niaient la possibilité d’une extension des grèves en dehors des mines de platine. Aujourd’hui, non seulement plus de la moitié des mines d’or du pays sont arrêtées par des grèves, mais le mouvement a débordé vers les mines de charbon, de fer et même de diamants. Le premier constructeur automobile local, Toyota, a lui aussi été touché par des débrayages d’ouvriers réclamant de fortes augmentations de salaire. Sans oublier une grève massive des camionneurs qui commence à peser sur l’économie sud-africaine.

Dans le platine, le plus important producteur mondial, Amplats, a beau menacer de sanctions sévères les grévistes, quatre de ses cinq mines situées dans la région de Rustenburg sont stoppées. Une grève non protégée touche également sa mine d’Union Platinum, dans une autre région, le Bushveld, et ce sont près de la moitié de ses 58 000 salariés qui ont posé les outils. La direction du groupe a qualifié la revendication d’un salaire de 16 000 rands d’ « irrationnelle et n’entrant dans aucune forme de négociations collectives ». Le numéro deux du secteur, Impala Platinum, qui avait craqué sous la pression d’une grève de six semaines en début d’année, accordant des augmentations en dehors de la convention collective avec le syndicat, vient de nouveau d’accepter de nouvelles hausses de salaires qui ajouteront 4,8% à sa masse salariale.

Lire la suite