Archives de Tag: Franconie

Scheinfeld se mobilise contre les néo-nazis

Ce samedi 24 mai, les néo-nazis du NPD avait organisé une fête, appelée « Bayerntag » (Journée de la Bavière), dans une discothèque située à côté de la piscine découverte à Scheinfeld en Moyenne-Franconie (Bavière du Nord). La population de Scheinfeld a tenu à dire haut et fort que les néo-nazis et les racistes ne sont pas les bienvenus dans la ville. Partout dans la ville, la population a décoré les rues avec des fanions de toutes les couleurs pour montrer que Scheinfeld est multicolore et pas brune ainsi qu’avec des banderoles anti-racistes. Si la fête des néo-nazis n’a rassemblé que 200 personnes, une manifestation contre l’extrême-droite et le racisme a mobilisé 2000 personnes qui ont défilé depuis le centre de Scheinfeld jusqu’à la discothèque où se trouvaient les nostalgique du Troisième Reich. Et c’est bien toute une ville, des enfants aux grands-parents, qui a exprimé son rejet des discours xénophobes et de l’extrême-droite.

Scheinfeld multicolore, métissée et anti-raciste :

Schein16

"Scheinfeld est multicolore" en franconien, souabe, français, anglais, tchèques, etc.

« Scheinfeld est et reste multicolore » en franconien, souabe, français, anglais, portugais, roumain, tchèque, etc.

Lire la suite

En Franconie comme ailleurs, pas de néo-nazis !

Samedi 12 avril, les néo-nazis du « Freien Netzes Süd » (« Réseau Libre Sud ») ont tenté de défiler en Moyenne et en Haute-Franconie (nord de la Bavière) pour crier leur haine des travailleurs immigrés et les réfugiés. A chaque fois, la population s’est mobilisée pour ne pas laisser la rue à l’extrême-droite. A Münchberg ce sont environ 400 antifascistes qui se sont mobilisés alors que les néo-nazis n’étaient qu’une vingtaine (voir l’article).

Helmbrechts1

Helmbrechts

Partout où les néo-nazis ont voulu marcher ce samedi, ils ont reçu le même accueil de la part de la population. A Helmbrechts, 28 néo-nazis ont été accueillis par une contre-manifestation de 300 personnes. A coups de tambours et de sifflets, la population a recouvert les slogans haineux des racistes.

Hersbruck

Hersbruck

Lire la suite

Mobilisation contre les néo-nazis en Haute-Franconie

Ce samedi 12 avril, les néo-nazis du « Freien Netzes Süd » (« Réseau Libre Sud ») ont prévu de défiler en Haute-Franconie (nord de la Bavière) pour crier leur haine des travailleurs immigrés et les réfugiés. Cet après-midi, à 14 h 30, une manifestation contre l’extrême-droite est prévue devant l’hôtel de ville à Bayreuth et des mobilisations s’organisent également dans de plus petites villes comme à Münchberg et à Helmbrechts.

Munchberg

Münchberg : « La merde est brune »

A Münchberg ce matin, environ 400 antifascistes se sont mobilisés  dès 9 h 30 alors que les néo-nazis n’étaient qu’une vingtaine. Avec des tambours et autres instruments, la population manifeste bruyamment son rejet du racisme et des néo-nazis. Au cours de la matinée, de plus en plus de gens viennent rejoindre la manifestation antifasciste tandis que des néo-nazis tentent d’intimider des habitants en filmant et photographiant celles et ceux qui refusent l’extrême-droite. A Helmbrechts, la manifestation contre l’extrême-droite est prévue à 11 heures. Les différentes manifestations sont appelées par les syndicats, dont l’IG Metall, des groupes antifascistes et antiracistes, des organisations politiques, mais aussi des associations sportives et d’habitants des communes concernées.

Pas de peste brune dans l’Obermain !

Hier, samedi 29 mars, les néo-nazis du NPD avait prévu des rassemblements dans l’Obermain (Haute-Franconie, Bavière), d’abord à Lichtenfels (20.000 habitants) puis à Weismain (moins de 5.000 habitants). Mais la population n’a pas laissé sans réagir l’extrême-droite craché sa haine dans l’Obermain. Si les néo-nazis étaient à chaque fois moins de 20, 300 personnes ont manifesté contre le NPD à Lichtenfels et plus de 100 à Weismain. Quant les militants du NPD ont voulu cracher leurs discours racistes, les manifestants les ont fait taire à coups de sifflets, slogans, etc… et ont terminé leur protestation en faisant s’envoler des ballons de toutes les couleurs pour montrer que la Haute-Franconie est multicolore et pas brune !

Photos de la manifestation à Lichtenfels :

Licht1

Licht2

Lire la suite

Haute-Franconie : Pas de néo-nazis dans l’Obermain !

Ce samedi, les néo-nazis du NPD avaient prévu des rassemblements à Lichtenfels et Weismain, en Haute-Franconie. Ces derniers jours déjà, les habitantes et habitants de Lichtenfels ont accroché à leurs boîtes aux lettres des ballons de toutes les couleurs pour montrer que l’Obermain est multicolore et pas brun. Le collectif « Obermain ist Bunt »  avait également appelé à des manifestations,  10 h 30 à Lichtenfels et à 12 h à Weismain sous le mot d’ordre « La Haute-Franconie n’a pas besoin de nazis ».

Il y a quelques années, la ville de Bamberg avait déjà montré qu'en Haute-Franconie on ne veut pas des nazis !

Il y a quelques années, la ville de Bamberg avait déjà montré qu’en Haute-Franconie on ne veut pas des nazis !

A Lichtenfels, on a compté ce matin qu’une quinzaine de néo-nazis du NPD. En face par contre, ce sont 300 antifascistes qui ont manifesté contre l’extrême-droite et le racisme. Le politicien d’extrême-droite Karl Richter, élu municipal de Munich au nom de la « Bürgerinitiative Ausländerstopp » (Initiative Citoyenne Stop aux Immigrés) -1-, qui s’était déplacé pour l’occasion n’a finalement même pas pris la parole.

Lire la suite

Grèves d’avertissement à T-Systems

Jeudi 20 mars, environ 4.000 travailleurs de T-Systems (Deutsche Telekom) ont débrayé à travers l’Allemagne pour exiger une hausse de salaires de 5,5%. Ces derniers jours, selon Verdi, ce sont au moins 13.000 travailleurs de Telekom qui ont participé à des débrayages lors de grèves d’avertissement.

Le 18 mars, en plus, la direction a fait connaître son projet de supprimer 2.700 emplois. En Franconie (nord de la Bavière), les centres de Nuremberg, Wurzbourg et Bamberg seront particulièrement touchés par ces suppressions de postes. Aussi, jeudi 20, 150 travailleurs des Telekom se sont rassemblés à Nuremberg tant pour défendre les emplois que leurs salaires.

 

Nouvelles de la marche des réfugiés à travers la Bavière

Depuis le 20 août, deux groupes de réfugiés marchent à travers la Bavière pour revendiquer le droit au séjour et l’obtention de l’asile, et pour dénoncer les conditions inhumaines qui sont imposées aux demandeurs d’asile, comme la « Residenzpflicht », loi qui restreint considérablement la liberté de mouvement des réfugiés en Allemagne, et qui est particulièrement restreinte en Bavière où les demandeurs d’asile n’ont pas le droit de quitter les frontières du  district (Regierungsbezirk).

Arrivée à Nuremberg, 24 août

Arrivée à Nuremberg, 24 août

Les deux groupes, l’un parti de Wurtzbourg et l’autre de Bayreuth, marchent en direction de Munich. Au nom de la « Residenzpflicht », les marcheurs doivent subir un harcèlement policier constant et bien souvent des demandeurs d’asile sont arrêtés et renvoyés sous escorte policière dans « leurs » camps. La police met toute la pression possible pour que les demandeurs d’asile cessent de participer à cette marche. C’est ainsi que le 25 août, les policiers ont menacé des demandeurs d’asile qu’ils avaient arrêtés de condamnations pouvant aller jusqu’à six mois de prison pour « infraction à la Residenzpflicht ». Malgré ces pressions, la marche continue.

Lire la suite

Nouvelles de la marche des réfugiés à travers la Bavière

Le 20 août, les réfugiés ont commencé leur marche à travers la Bavière en direction de Munich. Deux groupes sont partis, l’un depuis Bayreuth (Haute-Franconie) et l’autre depuis Wurtzbourg (Basse-Franconie), deux villes situées dans le nord de la Bavière.

Vidéos de la marche :

Manifestation à Bayreuth le 20 août :

20 août, marche de marche Bayreuth à Creußen : Contrôle policier

Lire la suite

Marche des réfugiés à travers la Bavière

Le 20 août, les réfugiés ont commencé leur marche à travers la Bavière en direction de Munich. Deux groupes sont partis, l’un depuis Bayreuth (Haute-Franconie) et l’autre depuis Wurtzbourg (Basse-Franconie), deux villes situées dans le nord de la Bavière.

Devant le camp de réfugiés de Bayreuth le 20 août

Devant le camp de réfugiés de Bayreuth le 20 août

Les forces de police sont intervenues lors des deux rassemblements pour intimider les réfugiés et vérifier les passeports. 9 personnes ont ainsi été interpellées à Wurtzbourg et était toujours détenues dans la soirée du 20 août. Une d’entre elles a depuis été ramenée par la police dans son camp de réfugiés à Nuremberg. Des pressions ont été faites au commissariat pour forcer les réfugiés interpellés à signer des documents qu’ils ne comprenaient pas et pour les dissuader à continuer la marche par des menaces. A Bayreuth, une personne a été interpellée lors du contrôle d’identité et a été libérée en fin d’après-midi.

Lire la suite

Début de la marche des réfugiés à Bayreuth

Ce 20 août, une centaine de demandeurs d’asile se sont rassemblés devant l’hôtel de ville à Bayreuth (Haute-Franconie, Allemagne) puis, après avoir manifesté dans les rues du centre ville, ont commencé leur marche de protestation vers Munich.

Manifestation dans les rues de Bayreuth, 20 août 2013

Une autre marche est partie aussi en début d’après-midi depuis Wurtzbourg (Basse-Franconie). Les demandeurs d’asile comptent rejoindre la capitale de la Bavière dans 10 à 14 jours et veulent par cette marche à travers le Land manifester pour le droit au séjour, l’obtention du droit d’asile et dénoncer les conditions de vie inhumaines dans les camps de réfugiés en Allemagne, bref comme le dit Ghlam Vali, un des manifestants originaires du Pakistan, dans le Nordbayerisher Kurier, « être traités comme des êtres humains et pas comme du bétail ».