Archives de Tag: Fralib

Les ex-Fralib lancent leur production

Mardi, c’est tisane !

Le Monde | 24.05.2015

C’est le retour des Fralib. Mardi 26 mai, la coopérative ouvrière SCOP-TI (Société coopérative ouvrière provençale de thés et infusions), qui a repris l’usine Fralib de Gémenos (Bouches-du-Rhône), lancera sa propre marque de thés et infusions.

1675591_3_535f_des-salaries-de-fralib-manifestant-a_1e425b0cd2c76c2127347d956382459e

Sur les 182 employés que comptait le site à sa fermeture, en 2012, 58 ont choisi de tenter l’aventure en devenant coopérateurs. Ils ont investi leurs indemnités de licenciement dans la SCOP et seront progressivement réintégrés dans l’effectif au fur et à mesure de la montée en charge de l’activité. Lire la suite

Fralib : quand la lutte paie !

Info Lutte n°11 (FERC-CGT), 11 juin 2014 :

Après 3 ans et demi de face à face entre les 182 salarié-e-s de l’usine à thés et tisanes « Eléphants » Fralib et la multinationale anglo-néerlandaise Unilever, un protocole d’accord vient d’être signé qui ouvre de réelles perspectives de construction d’une Scop, selon les représentants CGT, et constitue une victoire de grande portée. Après quelque 1 336 jours de grève, les salarié-e-s en lutte de Fralib vont en effet toucher un total de 19,1 millions d’euros pour monter leur Scop TI (Thés et Infusions) et bénéficieront du soutien d’Unilever pour la recherche de débouchés commerciaux.

Sans jamais baisser la tête, malgré le chantage et les menaces, les salarié-e-s en lutte ont refusé les offres de primes de licenciement que leur faisait Unilever (proposition individuelle de 90 000 € à 76 salarié-es). A l’issue du conflit, Gérard aura cette réponse : « On ne s’est jamais battu pour l’argent mais pour l’emploi. Ce qu’on a obtenu en fin de compte c’est juste notre dû. On l’a obtenu non pas en allant signer seul en catimini un papier au coin d’un bureau, mais par la lutte collective en toute dignité ».

Lire la suite

Fralib : Unilever va verser près de 20 millions d’euros

Les Fralib ont obtenu presque 20 millions d’euros contre la signature d’un accord de sortie de crise avec Unilever. C’est la fin d’une « lutte exemplaire qui marquera l’histoire du mouvement ouvrier », estime leur avocat.

/ ANNE-CHRISTINE POUJOULAT /AFP

/ ANNE-CHRISTINE POUJOULAT /AFP

Après 1.336 jours de résistance, les salariés de Fralib ont finalement obtenu d’Unilever la signature d’un accord de sortie de conflit à leur avantage : les 76 encore en lutte vont toucher un total de 19,1 millions d’euros pour monter leur projet de Scop TI (Thé et Infusion) et le soutien du groupe pour la recherche de débouchés commerciaux. Lire la suite

Los Fralibos – l’éléphant

Publiée le 25 déc. 2013

Les salariés de Fralib en lutte depuis 1103 jours viennent de passer leur 4ème réveillon de résistance contre la multinationale UNILEVER.

Une bande de Saltimbanks leur ont offert un magnifique cadeau qu’ils veulent partager avec tous ceux qui les soutiennent depuis plus de 3 ans !

 

Les salariés de l’usine Fralib bloquent la plateforme de Fauverney

France 3 Bourgogne, 5 juillet 2013 :

300 salariés de l’usine basée à Gémenos, dans les Bouches-du-Rhône, sont montés en Bourgogne. Depuis 4h du matin ce vendredi 5 juillet 2013, ils bloquent la plate forme où transitent les thés Éléphant et Lipton.

Les thés Lipton et Elephant conditionnés en Europe de l’Est

Cela fait plus de 1000 jours que les salariés de Fralib sont entrés en résistance. Leur lutte a débuté le 28 septembre 2010, quand le groupe Unilever a annoncé sa décision de fermer l’usine des Bouches-du-Rhône.

Plus d’un million et demi de sachets de thé étaient fabriqués dans l’usine chaque année. Mais, il y a trois ans, le géant de l’agroalimentaire a décidé de délocaliser la production en Pologne.

Lire la suite

Des salariés de Fralib investissent brièvement le ministère de l’Agriculture

L’intrusion a été furtive. Des salariés de l’usine Fralib de Gémenos (Bouches-du-Rhône) ont pénétré à l’intérieur du ministère de l’agriculture à Paris vendredi matin et devaient être reçus par des conseillers à l’Elysée. Ils étaient environ une centaine – près de 300 selon un reponsable CGT –, pour la plupart venus de l’usine de Géménos, où la direction de cette filiale du groupe Unilever a annoncé en avril qu’elle mettait fin aux contrats de travail des salariés après l’annulation par la justice d’un troisième plan social.

UN PROJET DE COOPÉRATIVE

« On est rentrés dans le ministère. On était nombreux, on les a pris par suprise », raconte Gérard Cazorla (CGT). Le ministère a confirmé de son côté la brève intrusion des salariés et précise qu’ils avaient quitté les lieux dans le calme aprèsavoir discuté avec le directeur de cabinet du ministre, Stéphane Le Foll, et obtenu un rendez-vous à l’Elysée.

Lire la suite

Fralib : le troisième plan social annulé

AFP, 28 février 2013 :

La cour d’appel d’Aix-en-Provence a annulé jeudi le troisième plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) présenté par le groupe Unilever dans le cadre de la fermeture de l’usine Fralib de Gémenos (Bouches-du-Rhône), dont deux premières moutures, contestées par les salariés, avaient déjà été invalidées.

La cour d’appel a constaté la nullité de la procédure et ordonné à la société Fralib de « reprendre à son début ladite procédure et de présenter au comité d’entreprise un plan de sauvegarde de l’emploi concernant l’ensemble des salariés du site de Gémenos ».

Lire la suite