Archives de Tag: Fonderies du Nord

Hazebrouck : les trois salariés, mis à pied pour avoir fait grève, réintégrés

France 3 Nord / Pas-de-Calais, 8 avril 2016 :

Trois salariés d’une entreprise de métallurgie située à Hazebrouck (Nord), menacés de licenciement et mis à pied pour avoir fait grève contre la loi travail le 31 mars, ont réintégré l’entreprise vendredi, a-t-on appris auprès de la direction.

« Après avoir longuement et mûrement réfléchi (…), j’annonce que j’ai décidé de renoncer purement et simplement au projet de licenciement pour faute grave » de ces trois personnes, a écrit François Segard, PDG des « Fonderies du Nord », dans une lettre adressée aux délégués du personnel de l’entreprise et communiquée ensuite à l’AFP.

Lire la suite

Pour la défense du droit de grève : Rassemblement devant les Fonderies du Nord d’Hazebrouck

Trois ouvriers, militants CGT, ont été mis à pied et menacés de licenciement pour s’être mis en grève contre la loi El Khomri ce 31 mars.

Vendredi 8 avril, ces trois camarades sont convoqués à un entretien préalable à licenciement pour faute ! Face à cette atteinte intolérable et illégal au droit de grève, montrons notre solidarité !

Lire la suite

Hazebrouck: menacés de licenciement pour avoir été grévistes le 31 mars

L’Indicateur des Flandres, 1 avril 2016 :

Trois employés de la société les Fonderies du Nord, basée à Hazebrouck, vont recevoir un courrier qui les menace de licenciement. Le motif : ils étaient grévistes jeudi, à l’occasion du mouvement de contestation de la loi El Khomri. Les trois hommes, syndiqués à la CGT, assurent qu’ils ont prévenu leur employeur quelques jours avant de leur volonté de se mettre en grève le 31 mars. L’un est conseiller des salariés, un autre délégué du personnel, le troisième simple militant. Patrick Turpin, le conseiller des salariés, avait décidé de ne pas travailler du tout le jour de la grève. Ses deux collègues ont pris leur poste le matin, ils sont partis en début d’après-midi en bus avec d’autres militants pour participer à la manifestation organisée à Lille.

Ce vendredi, en arrivant sur leur lieu de travail, ils ont pris connaissance d’une « convocation à entretien préalable à licenciement pour faute grave avec mise à pied conservatoire », dans un courrier daté du 31 mars 2016.

Lire la suite