Archives de Tag: Flins

Grève des ouvriers intérimaires à Renault-Flins

Le Parisien, 13 novembre 2015 :

Grève surprise ce vendredi matin à l’usine Renault de Flins. Une partie des quelque 1 800 intérimaires du site a débrayé dans la matinée afin de protester contre des « irrégularités récurrentes sur les fiches de paie ».

« Trop souvent, il y a des samedis ou des heures non payées. La responsabilité en incombe à la direction de Renault et aux agences d’intérim », dénonce Ali Kaya, représentant de la CGT. Selon ce syndicaliste, la production de l’usine – de l’ordre de 850 véhicules par jour – est à l’arrêt. Mais selon la direction du site, « la production est perturbée et ralentie, mais certains secteurs fonctionnent bien. »

Renault-Bursa : La lutte paie !

Tract de la CGT Renault Flins, 28 mai 2015 :

Pendant 13 jours les travailleurs de Renault Bursa, en Turquie, ont fait grève et ils ont occupé l’usine jour et nuit. Ils revendiquaient des hausses de salaire et la liberté de choisir leur syndicat.

DirenRe1

Cette grève a entrainé d’autres grèves dans de nombreuses entreprises, certaines avec occupation d’usine, à Bursa même, ainsi que dans d’autres villes comme Istanbul et Ankara.

Lire la suite

Explosion sociale : Transformer les craintes du gouvernement en réalité !

Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière, 6 février 2013 :

Alors que les plans de licenciements se multiplient et que les travailleurs de plusieurs usines sont en lutte comme PSA Aulnay, Renault, Sanofi, Goodyear et ailleurs, le gouvernement par la voix de Valls, ministre de l’intérieur, s’est inquiété des risques « d’implosions ou explosions sociales » .

A l’usine Renault à Flins, en région parisienne, « il y a de plus en plus de présence policière autour de l’usine avec plusieurs voitures banalisées », témoigne un délégué syndical. A PSA Aulnay, ce sont des agents de sécurité en rangers qui sont envoyés pour faire pression sur les grévistes alors que la répression s’abat contre des militantes et militants de la grève, avec des convocations à la sûreté d’Etat et des convocations à entretien préalable à licenciements. Les RG et autres forces de répression sont aussi au pied d’œuvre en vue de la manifestation prévue le 12 février des ouvriers de Goodyear à laquelle doivent participer des délégations d’autres usines en lutte.

Lire la suite

Débrayages en série chez Renault

Drakkar, 6 février 2013 :

L’usine Renault de Cléon a tourné au ralenti mardi à l’appel des syndicats CGT et Sud opposés à la signature d’un accord de compétitivité dans le groupe en discussion le jour même. Des rassemblements similaires se sont produits à Flins, Sandouville, Le Mans.

A Cléon, dans le froid, des piquets de grève de 100 à 200 personnes ont bloqué les entrées. Les parkings ont été fermés par la direction. Les salariés non grévistes ont été obligés de se garer en file indienne tout autour de l’usine avant de pouvoir entrer à pied dans l’usine. A la mi-journée la direction faisait état de 277 grévistes représentant 13% des effectifs (3800 salariés).

« Il n’y a personne dans l’usine et aucune production », a expliqué pour la CGT Pascal Le Manach surpris par « le forcing de la direction sur les salariés pour qu’ils prennent (mardi) une journée de congé ou de RTT ». « La direction a eu peur de la grève. Hier elle est passée dans les ateliers en disant “restez chez vous demain“ et interdiction d’être vu sur les piquets de grève », a confirmé Pascal Morel secrétaire général CGT Cléon.

Lire la suite

Les appels à la grève se multiplient chez Renault

Caradisiac, 5 février 2013 :

Chez Renault, les dernières séances de négociations qui doivent aboutir à la signature d’un accord sur la compétitivité se font sous tension. En effet, depuis l’annonce par la direction de sa volonté de supprimer plus de 8000 postes et de conditionner l’attribution de nouveaux programmes (et donc du maintien de l’emploi) à la signature de l’accord, les syndicats se sont braqués estimant que le compte n’y était pas. Depuis ce matin, le site de Flins a débrayé, une grève qui fait suite à de nombreux autres mouvements de protestation sur tous les sites du constructeur.

Il n’y a pas que chez PSA que les syndicalistes montent en pression. Chez Renault, plus on avance dans le processus de négociation sur la compétitivité, moins les syndicats acceptent les propositions/injonctions de la direction qui a conditionné l’attribution de nouveaux programmes de production à la signature de l’accord. Les syndicats y voient du chantage quand la direction parle de négociations, bref, le dialogue de sourd s’instaure doucement.

Lire la suite

Unité des ouvriers de PSA et Renault

Vidéo : Action commune des ouvriers de PSA Aulnay et de Renault Flins contre les licenciements et pour l’emploi le 23 janvier.

Mobilisation du 23 janvier chez Renault

Infos sur la mobilisation chez Renault envoyée par un lecteur :

Après les provocations des directions de Renault et de PSA, la journée du 23 janvier 2013 fera date. Chez Renault, la mobilisation s’amplifie dans la plupart des établissements contre l’accord de régression que la direction veut imposer par le chantage.

Manif-Flins-23-janvier

Renault Flins, 23 janvier

Il y a eu plus de participants aux rassemblements et débrayages qu’en décembre et début janvier. Les appels dépassent maintenant le cadre de CGT et SUD : selon les établissements, CFDT, FO et CFTC se joignent aux appels. Décidément, la direction aura de plus en plus de mal à trouver les signatures balais nécessaires à la validation de ses diktats.

Cléon : 930 grévistes pour toute la journée, 430 dans l’équipe de l’après midi ; 450 dans les équipe du matin et normale, et 50 dans l’équipe de nuit

Le Mans : grévistes entre 300 et 350.

Lire la suite

Plusieurs débrayages programmés cette semaine chez Renault

Les Echos, 21 janvier 2013 :

Des appels à la grève ont été lancés pour cette semaine dans la plupart des usines françaises de Renault alors que la première phase des négociations sur la compétitivité du groupe automobile touche à sa fin, a-t-on appris lundi auprès de la CGT.

« Des mouvements sont programmés sur la plupart des sites, notamment à partir de mercredi, qu’il s’agisse d’appels à la grève ou à de simples débrayages », a déclaré par téléphone Jean-François Pibouleau, représentant CGT chez Renault.

Parmi les sites concernés, il mentionne l’usine de Flins (Yvelines), celle de Batilly (Moselle) et plusieurs centres d’ingénierie.

Lire la suite

Point sur la mobilisation à Renault contre l’accord de compétitivité

Point sur la mobilisation à Renault contre l’accord de compétitivité :

Hier mardi 11 :
Douai : a tourné à demi-cadence à partir de 8h du matin ( 4600 salariés). Des remplaçants des grévistes étaient prévus par la direction dès 7h30, au total plus de 600 grévistes
Sandouville 200 en grève sur 2400

Aujourd’hui mercredi :
Lardy : débrayage de 150 personnes avec blocage du rond-point à l’entrée du site
Cléon : 170 grévistes ce matin (équipe matin et normale) ; 130 sur équipe du soir
Flins : 450 à l’AG de ce matin, 350 l’après-midi
Rueil : débrayage 40 personnes
Technocentre : 500 débrayage d’ 1 heure
Le Mans : 100 le matin, 100 l’après-midi

Renault : Un point sur la mobilisation du 12 décembre contre « l’accord de compétitivié »

Le 12 décembre, plusieurs syndicats appellent les travailleurs de Renault à se mobiliser contre « l’accord de compétitivité« .

Un point sur les mobilisations prévues le 12 décembre dans quelques usines et sites Renault (info CGT) :

  • Flins Arrêt de travail de 2 heures pendant le temps de travail dans toutes les équipes et pétition contre le projet d’accord Compétitivité.
  • Cléon appel à 2 heures le 12 décembre pour les équipes normale et matin /équipes après midi et nuit (voir tract)
  • Rueil appel commun avec Sud et FO à 1heure mercredi de 10h à 11h (voir tract)

Lire la suite