Archives de Tag: féminicide

FÉMINICIDE, VIOLENCES FAITES AUX FEMMES : LE PRIVÉ EST MÉDIATIQUE

Article d’Amandine Briffaut paru dans le n°66 du bulletin Communisme-Ouvrier de juin 2016

Définition du féminicide : « meurtre d’une femme,
d’une fille, en raison de son sexe. » (Petit Robert, 2015)

Tous les 2,5 jours, en France, une femme meurt sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint.

Chaque année, la délégation aux victimes du ministère de l’Intérieur publie son rapport (1) sur les morts violentes au sein du couple et de la famille. Celui de 2014 indique que 134 femmes et 31 hommes ont été tué-e-s par leur conjoint-e ou ex-conjoint-e. 81 % des victimes sont des femmes. Le rapport donne également des détails sur la situation des enfants victimes (tués, blessés, témoins, orphelins), ainsi que sur les victimes « extérieures » au noyau familial.

À ce jour, un examen attentif de la presse quotidienne régionale (PQR) par quelques militantes féministes (2) , montre que depuis le 1er janvier 2016, 43 femmes sont mortes au sein du couple. 20 des 43 criminels se sont suicidés – échappant ainsi à la justice – ou ont tenté de le faire.

Lire la suite

Publicités

« Pas une de plus! » – en Argentine, les manifestations contre les violences

BUENOS AIRES (AFP) –
« Pas une de plus »: des dizaines de milliers d’Argentines ont manifesté vendredi pour dénoncer la violence machiste qui tue une femme toutes les 31 heures dans le pays sud-américain, des crimes restant généralement impunis.

image

Depuis la première grande manifestation convoquée voici un an dans les rues de Buenos Aires avec le même slogan, 275 femmes sont tombées sous les coups de leur mari, de leur compagnon, d’un ex, d’un prétendant éconduit, d’un proche ou d’un inconnu.

Lire la suite

A Belgrade, une action des organisations féministes contre la violence faite aux femmes et le feminicide

Le réseau « žene protiv nasilja » (femmes contre la violence), le collectif « autonomni ženski centar » (le centre autonome des femmes) et l’organisation « žene u crnom – srbija » (femmes en noir – Serbie) ont organisé un rassemblement et une action sous le nom de « Nijedna žena manje, nijedna mrtva više » (aucune femme en moins, aucune morte en plus) contre le feminicide en Serbie, le 18 mai à 17 h, place de la République à Belgrade. Ainsi que dans d’autres villes : Novi Sad,  Kraljevo, Kruševac, Leskovac.

image

(Photo page fb žene protiv nasilja https://m.facebook.com/MrezaZeneProtivNasilja/ )

Les manifestantes revendiquaient entre autre que le 18 mai soit reconnu comme journée de mémoire aux femmes victimes des violences.

Pour information : 25000 femmes sont victimes des violences chaque année en Serbie, seuls 2300 cas font objet des suites judiciaires. Plus de 20 femmes sont tuées chaque année. Depuis le début de 2016, neuf femmes ont succombé aux violences qu’elles subissaient.

Lire la suite

Mouvement de colère en Inde après la mort de 13 femmes stérilisées

13 femmes, selon le dernier bilan, sont décédées samedi dans un centre dit de planification familiale de la ville de Bilaspur, dans l’un des Etats les plus pauvres d’Inde, au Chhattisgarh, après avoir subi des opérations de stérilisation de masse. Une vingtaine d’autres sont toujours dans un état critique. 83 femmes auraient été opérées samedi en l’espace de six heures. Une cadence intenable donc des interventions bâclées pour maintenir le rythme fixé par les autorités.

En Inde, mercredi, des habitants en colère ont défilé dans les rues de la capitale de l'Etat, Raipur, pour demander la démission du chef de l'exécutif local. (AFP/STR.)

En Inde, mercredi, des habitants en colère ont défilé dans les rues de la capitale de l’Etat, Raipur, pour demander la démission du chef de l’exécutif local. (AFP/STR.)

Avec La Parisienne, 13 nov. 2014,

Ce drame a déclenché un mouvement de colère au sein de la population. Mercredi des habitants ont défilé dans les rues de la capitale de l’Etat, Raipur, pour demander la démission du chef de l’exécutif local. De son côté, le gouvernement régional a suspendu quatre responsables du secteur de la santé et lancé une enquête. Quant aux ONG elles réitèrent leurs appels pour réformer le planning familial. Lire la suite