Archives de Tag: exploitation

“C’est toujours dramatique, le travail”: un ouvrier rouennais raconte l’usine

Le Nouvel Observateur, 28 mars 2016 :

« Je vous écris de l’usine » est une admirable chronique ouvrière parue de 2005 à 2015 dans le mensuel de critique sociale «CQFD». Jean-Pierre Levaray y raconte la vie quotidienne dans son usine d’ammoniac et d’engrais, une de ces poudrières classées Seveso 2. Ce site de Grand-Quevilly, dans le Rouennais, était une filiale de Total avant d’être revendu en 2014 à des Autrichiens et à un fonds d’Abu Dhabi. Triste classique, auquel a préludé une série de «plans de sauvegarde de l’emploi» (PSE), comme on dit pour mieux jeter son personnel après usage.

« Dans leurs calculs, les ouvriers comptent pour du beurre», lit-on dans la chronique d’avril 2006 intitulée «Putain d’usine: on ferme !» Tout est consigné d’une plume fine et incisive, le meilleur comme le pire. La fraternité ouvrière et la servilité des cadres, toujours du côté du manche, le salaire qui peine à monter – 1,8% pour eux contre 33% pour celui des actionnaires -, le matériel vétuste, les accidents, nombreux, comme celui arrivé à un intérimaire turc recruté pour descendre dans un four immense changer un catalyseur.

Lire la suite

Les forçats immigrés de la Coupe du Monde au Qatar… pas payés depuis un an !

Après les soupçons de corruption pour l’attribution du Mondial 2022, le Qatar fait l’objet d’une nouvelle polémique: la presse britannique révèle que les travailleurs migrants qui construisent les futurs stades et bureaux n’auraient pas été payés depuis plus d’un an.

Travailleurs migrants exténués après une journée de travail. (Photo : Pete Pattisson)

Travailleurs migrants exténués après une journée de travail. (Photo : Pete Pattisson)

Ils viennent du Népal, du Sri Lanka ou encore d’Inde. Ils ont construit la tour Al Bidda à Doha – surnommée la Tour du football – dont les 38e et 39e étages sont occupés par les organisateurs de la Coupe du Monde. Depuis treize mois, ils attendent toujours leur paie. Cette situation alarmante vient d’être dénoncée par le journal britannique The Guardian. Lire la suite

Au moins 92.000 enfants exploités au Maroc

Aujourd’Hui le Maroc, 13 juin 2014 :

C’est la Journée mondiale de lutte contre le travail des enfants. Chaque 12 juin, le monde réagit, avec force slogans, faisant des effets de manche, mais le constat est le même. Toujours plus d’enfants qui triment.

C’est la Journée mondiale de lutte contre le travail des enfants. Chaque 12 juin, le monde réagit, avec force slogans, faisant des effets de manche, mais le constat est le même. Toujours plus d’enfants qui triment.

Toujours davantage de galère pour les plus petits. Au Maroc, c’est l’Arlésienne. On reprend les comptes, on publie des statistiques, alors que les réalités du terrain sont de plus en plus criardes. Des enfants entre 6 et 15 ans qui ploient sous le poids du travail ingrat journalier, cela se compte par dizaines de milliers. Selon les statistiques du HCP, 92.000 enfants âgés de 7 à moins de 15 ans travaillaient en 2012, soit 1,9% de l’ensemble des enfants de cette tranche d’âge.

Lire la suite

Mattel coupable de graves violations au droit du travail

7 sur 7, 15 octobre 2013 :

Le fabricant américain de jouets Mattel exploite sciemment des ouvrières et des ouvriers en Chine, en recourant à des fournisseurs coupables de multiples violations du droit du travail, affirment mardi des ONG.

Travaillant jusqu’à 13 heures par jour contre un salaire insuffisant pour vivre dignement, ces travailleurs et travailleuses s’entassent dans des dortoirs surpeuplés. Ils sont également privés de formation et d’équipement de protection adéquat, selon les conclusions d’une enquête de l’organisation China Labor Watch (CLW) publiée par Peuples Solidaires-ActionAid France.

Lire la suite

Ferropem : Enchaîné à la machine

Article publié dans « Comunisme-Ouvrier n°36« , bulletin de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Un travailleur a été licencié dans une usine FERROPEM pour avoir répondu à un appel urgent de sa famille.

Le travailleur a quitté sont poste quelques minutes pour échapper au bruit de l’atelier, il a répondu à un appel urgent puis a repris sont travail. Ses collègues l’ont remplacé et aucun incident n’a été déploré ; mais la direction de FERROPEM ne l’entend pas de cette oreille, elle a affirmé que son absence aurait pu créer un incident ou un accident et l’a licencié.

Lire la suite

Honduras : Des employés contraints de porter des couches

Le Point, 18 août 2013 :

Un fabricant de pièces pour automobiles américaines installé au Honduras est accusé d’interdire à ses salariés l’accès à ses toilettes.

L’affaire a fait la une des médias honduriens cette semaine : Kyungshin-Lear, une joint venture américano-coréenne installée au Honduras, oblige ses salariés à porter des couches pendant leur service. Motif : la pause-pipi nuirait à leur productivité. Ce fabricant de pièces pour automobiles exporte sa production aux États-Unis, où le scandale a été repris par la presse.

Lire la suite

Foxconn : rescapée d’une tentative de suicide, une employée raconte son expérience chez le fournisseur d’Apple

Douze heures de travail par jour, six jours et demi par semaine : Yu, une employée chinoise qui a survécu à une tentative de suicide en 2010, raconte l’enfer de Foxconn, entreprise qui fournit notamment Apple.

foxconn1-tt-width-604-height-394-attachment_id-416126

Des travailleurs de Foxconn à Longhua, Shenzen (Bobby Yip/Reuters)

Le 17 mars 2010, à 8 heures du matin, Tian Yu, 17 ans, se jette du quatrième étage du dortoir de son entreprise, à Shenzen, ville-monstre du sud de la Chine, après seulement 37 jours de travail. Son geste n’est pas un cas isolé. En 2010, dix-huit employés de l’entreprise Foxconn ont tenté de mettre fin à leurs jours. Les médias internationaux avaient alors baptisé les usines de Shenzen de l’entreprise “Foxconn Suicide Express”.

Lire la suite

Regularisation de Redouane !

Un comité de soutien, crée à l’initiative de la CGT Vinatier, lutte avec Redouane pour faire respecter le droit du travail et dans l’objectif d’obtenir sa régularisation.

arton12424-60c38Des actions vont s’organiser dans les mois qui viennent (diffusion de tracts, rassemblements, débats…) pour construire le rapport de force nécessaire à sa régularisation. Nous appelons à la vigilance en cas d’éventuelle tentative d’expulser Redouane.

En France depuis 2005, Redouane trouve un emploi en 2009 dans un cyber­café (le « wall-phone, 56 route de Genas à Villeurbanne). Il cons­tate rapi­de­ment que l’exploi­ta­tion ne connait pas les fron­tiè­res : semaine de 50 heures de tra­vail, paye de 5 euros par heure, hygiène déplo­ra­ble, humi­lia­tions etc. Son patron le met à la porte en juin 2012 sans lui verser son der­nier mois de salaire.

Lire la suite

Bangladesh : le bilan de l’effondrement s’alourdit à plus de 1 000 morts

AFP, 10 mai 2013 :

Après dix-sept jours de recherche dans les ruines de l’immeuble Rana Plaza, le nombre de morts ne cesse de s’alourdir. La plupart sont des femmes, ouvrières dans les ateliers textiles.

Le bilan du pire accident industriel au Bangladesh dépasse désormais les 1 000 morts après la découverte de nouveaux corps dans les décombres d’un immeuble abritant des ateliers de confection, qui s’est effondré près de Dacca le mois dernier.

«Le nombre de morts s’élève maintenant à 1 006» après dix-sept jours de recherche dans les ruines de l’immeuble de neuf étages, à Savar, une ville à 30 kilomètres au sud de Dacca, a déclaré vendredi un porte-parole de l’armée vendredi, le capitaine Shahnewaz Zakaria.

Lire la suite

Immeuble effondré au Bangladesh : le bilan dépasse les 900 morts

Romandie, 9 mai 2013 :

Le bilan du pire accident industriel au Bangladesh dépasse désormais les 900 morts, a annoncé jeudi l’armée, après la découverte de de nouveaux corps dans les décombres d’un immeuble du secteur textile qui s’est effondré le mois dernier près de Dacca.

Manifestation des ouvrières du textile à Dacca le 1er Mai 2013

Le bilan s’élève désormais à 912 morts, a indiqué à l’AFP le lieutenant Sadiq Walid, un responsable de la salle de contrôle chargée de coordonner les opérations de déblaiement. Le bilan, qui était jusque-là de 803 morts, s’est alourdi avec la découverte d’une centaine de corps au cours de la nuit.

Lire la suite