Archives de Tag: Etupes

Etupes : Grève pour les salaires à la Snop

L’Est Républicain, 28 juin 2016 :

« ON NE VEUT PAS moins que l’an passé. » Et c’est d’autant plus légitime, aux yeux de la représentante de la CGT, Rachel Dorcy, que son employeur enregistre toujours de meilleurs résultats.

À la Snop (Société noiséenne outillage presse), du nom d’une importante usine spécialisée dans la découpe-emboutissage pour l’industrie automobile implantée depuis la fin des années 90 sur Technoland Étupes, les débuts d’été se suivent et se ressemblent. Dans la mesure où, cette année comme l’an passé, les négociations salariales annuelles obligatoires achoppent de façon à précipiter un mouvement social.

Lire la suite

Procédure de licenciement chez Derichebourg à Etupes

L’Est Républicain, 17 février 2016 :

Manifestation hier matin devant les portes de Derichebourg à Étupes. Un salarié, élu CGT, conteste la procédure de licenciement lancée à son encontre.

Pour la CGT, c’est plus qu’une coïncidence ou un malencontreux concours de circonstances. Il s’agit d’un simple rapport de cause à effet : quelques semaines après avoir pris la tête d’une toute nouvelle section départementale dédiée à la défense des salariés dans le domaine du nettoyage, Karim est mis à pied puis une procédure de licenciement est lancée à son encontre par la direction de Derichebourg Propreté. Dans tout le grand Est, cette entreprise emploie 1 500 personnes ; elle est leader du secteur dans l’Aire urbaine où travaille notamment Karim (il dépend de l’agence Besançon Montbéliard). « C’est un milieu difficile, où il a pas mal de sous-traitance », souligne Cyril Keller, secrétaire général de l’union départementale CGT. « Les patrons n’ont pas envie que les salariés s’organisent, mettent le nez dans les contrats, revendiquent leurs droits… »

Lire la suite

Etupes : Rassemblement devant l’agence Derichebourg

A l’appel des UL CGT de Besançon et du Pays de Montbéliard, nous étions 75 ce mardi matin devant l’agence Derichebourg à Etupes (Pays de Montbéliard). Il s’agissait de dénoncer la procédure de licenciement lancée à l’encontre de notre camarade Karim, délégué du personnel CGT de l’entreprise et secrétaire du Syndicat Départemental CGT du Nettoyage. Une délégation a fini par être reçue par le directeur… et une fois encore la preuve est faite que le dossier est complètement vide. La direction accuse Karim d’avoir menacé un cadre d’orange de faire « un dossier » avec l’aide de la CGT d’Orange, propos que dément Karim, et qui ne seraient de toute façon pas une faute grave. Si la direction persiste à vouloir licencier notre camarade et à entraver la liberté syndicale chez Derichebourg, d’autres actions seront organisées. Dès à présent, il est possible de signer la pétition en ligne ou de la télécharger ici en format papier.

100_3067100_3068 Lire la suite

Start People : Solidarité face à la répression antisyndicale

Frédéric Willemain, militant CGT chez Start People et membre de la Commission Exécutive de son organisation est actuellement sous le coup d’une procédure de licenciement.

La Direction de la société d’intérim Start People a informé le délégué syndical Frédéric Willemain, de sa mise à pied à titre conservatoire et convocation à entretien en vue d’un licenciement pour faute lourde pour le 4 février 2016.

Lire la suite

Salaire de la peur chez SNOP à Etupes

France Bleue, 22 juin 2015 :

Depuis ce lundi matin, une soixantaine de salariés de l’entreprise SNOP à Etupes est en grève illimitée pour réclamer une hausse des salaires.

Devant les portes de l’usine, le climat est détendu mais la détermination est là.

Après un mois de discussions et de négociations, les syndicats estiment que la direction ne va pas assez loin : alors que la CGT demande une augmentation de 4,5% des salaires, la direction de l’équipementier automobile, qui emploie 275 salariés, ne veut pas aller au delà de 1,5%.

Lire la suite

Luttes ouvrières dans le Pays de Montbéliard

L’Est Républicain, 22 juin 2015 :

Il y a bien entendu les extrémités. La fermeture annoncée du site d’Eiffage sur Technoland Étupes (une trentaine d’emplois) en est le parfait exemple. D’autant que la décision du groupe répond plus à une gestion par anticipation. S’ajoute à cela, sur la même zone, la disparition chez Gefco, là encore récemment officialisée, de 65 emplois sur un effectif d’un peu plus de deux cents personnes. En cause : la restructuration à l’œuvre au sein de l’ex-filiale logistique de PSA Peugeot-Citroën aujourd’hui détenue à 75 % par les Chemins de fer russes.

Autant de perspectives à même de mobiliser, bien entendu. Mais le climat social se mesure aussi à l’aune de ces mouvements qui se multiplient dans des sociétés où la menace sur l’emploi n’est pas aussi prégnante, voire absente au vu des résultats. C’est ainsi du côté de la CTPM, la société de transport de bus du pays de Montbéliard, filiale de Kéolis, que l’on embrayait les premiers au printemps dans un mouvement de grève. Lequel s’est terminé sur un accord de revalorisation des salaires de 1,16 % en 2015.

Lire la suite

Etupes : Grève surprise chez Trecia

L’Est Républicain, 8 mars 2014 :

La filiale de Faurecia, implantée à Technoland Etupes, a été le théâtre hier de débrayages à la suite de la troisième et dernière réunion concernant les négociations annuelles obligatoires sur les salaires.

Etupes : fin de la grève chez STPI, sous-traitant de Véolia

France 3 Franche-Comté, 24 avril 2013 :

Les salariés de STPI, un sous-traitant du groupe Véolia, avaient cessé le travail jeudi dernier. Ils réclamaient une augmentation de salaire de 150 euros pour tous ainsi qu’un 13ème mois. Des négociations ont eu lieu aujourd’hui en début d’après-midi au siège de la société, sur Technoland à Etupes. Rapidement, un accord a été trouvé entre la direction et le syndicat CGT qui avait appelé à la grève.

Les salariés toucheront une prime de 300 euros sur leur prochaine paie. Leurs deux premiers jours de grève seront rémunérés. Le troisième et dernier jour de conflit pourra être soit couvert par un jour de congé soit par une récupération.

Dans un communiqué, la CGT s’est félicitée de cet accord : « Cette action et son dénouement sont à signaler dans une période où le patronat tente d’imposer partout le gel des salaires. »

Un centime d’augmentation, la provocation de la direction de GTEC Industrie

L’Est Républicain, 20 avril 2012 :

Etupes (Pays de Montbéliard) : « CYNISME ». « PROVOCATION ». « Humiliation ». Les termes des élus du Pays de Montbéliard et des salariés ne sont pas assez forts pour dénoncer la manière dont la direction de GTEC Industrie, implantée sur la ZAC Technoland d’Étupes (Doubs), mène les négociations salariales avec son personnel. Mercredi matin, il aura fallu que leur directeur leur propose 2 % d’augmentation sur la prime de transport pour mettre le feu aux poudres. « Cela correspond à une augmentation d’un centime » , grondent Nelly Laclef pour la CGT et Mohamed Fahem de la CFDT. « Du foutage de gueule », embrayent-ils. Aussitôt, la quasi-totalité des 150 salariés s’est mise en grève.

Depuis 1999, l’entreprise spécialisée dans les tubes pour fluides moteurs de l’industrie automobile n’avait plus connu de mouvements sociaux. Créée en 1936, la société a même bénéficié en début d’année d’un coup de pouce des salariés qui ont renoncé à certains acquis et accepté de travailler 1 h15 de plus par semaine afin que l’entreprise « puisse réaliser 500.000 € d’économies », lancent les syndicats.

Lire la suite